Radio-Canada : ça vaut la peine de se plaindre !!!

99e12433fe18ebe0c7eb7c2ea0c12f08

Les mensonges de Radio-Can lui reviennent comme un boomerang


  


Ho bien, regardez donc ça ! Si c’est pas Radio-Canada qui reconnaît du bout des lèvres avoir manqué de transparence, d’équilibre et d’objectivité.  


Rappel des faits : le 23 août, Radio-Canada publie un texte intitulé « Une enseignante sikhe quitte le Québec pour fuir la loi sur la laïcité ». Je réagis aussitôt sur mon blogue, en m’insurgeant contre l’utilisation du verbe « fuir », teinté idéologiquement.   


  


Ici ;https://www.journaldemontreal.com/2019/08/23/quand-radio-canada-demonise-la-laicite  


De plus, je reproche à la société d’État de ne pas avoir offert de contrepoids à cette histoire. Et je leur reproche de ne pas avoir expliqué les raisons pour lesquelles l’enseignante refuse de travailler au privé (là où la loi 21 ne s’applique pas).  


Le lendemain, mon collègue Mathieu Bock-Côté abonde dans le même sens   


https://www.journaldemontreal.com/2019/08/24/fuir-le-quebec  


Hier, à 9h36, Radio-Canada publie cette Mise au point : « Par souci de transparence et de clarté, notre article intitulé Une enseignante sikhe quitte le Québec en raison de la loi sur la laïcité a été modifié afin d'ajouter quelques éléments de contexte. Le titre de l'article paru le 23 août 2019 a été modifié pour remplacer le verbe fuir par le verbe quitter. La version originale du texte mentionnait que Amrit Kaur est vice-présidente pour le Québec de l'Organisation mondiale des sikhs du Canada. Nous avons cependant précisé que l'organisme a ajouté sa voix à la contestation de la loi 21 devant les tribunaux. Il a également été précisé que la loi n’aurait pas interdit à Mme Kaur d’enseigner au Québec mais dans un établissement privé. »  


  


Autrement dit, il a fallu que deux vilains chroniqueurs de l’empire Québecor ruent dans les brancards pour que la société d’état fasse son boulot à peu près comme il faut.  


Je dis à peu près, car Radio-Canada continue de pêcher par omission. Pourquoi ne pas avoir mentionné que Mme Kaur est fraîchement diplômée de l’université d’Ottawa ? Qu’elle y a passé les deux dernières années à étudier en enseignement ? Que le 16 juin, quand elle a appris que la loi 21 était votée, elle revenait en auto de sa cérémonie de collation des grades, comme elle l’a raconté au magazine Macleans ? https://www.macleans.ca/society/a-sadness-you-cant-describe-the-high-price-of-quebecs-bill-21/  


Cela change tout, voyez-vous, car Radio-Canada dit au sujet de Mme Kaur : « Elle regrette cependant d'avoir dû quitter ses amis et la province où elle habitait depuis l’âge de 5 ans afin de poursuivre la carrière qu'elle aime. » Ben voyons donc ! Vous la dépeignez comme une victime de la laïcité qui doit fuir le Québec pour enseigner « loin des siens » alors qu’elle vient de passer deux ans loin des siens. Il y a quand même des limites à la mauvaise foi.  


Autre élément : dans la première version du texte, qui a considérablement été modifié, on mentionnait simplement que Mme Kaur ne voulait pas enseigner au privé... au Québec. Mais savez-vous dans quel type d’école elle va enseigner en Colombie-Britannique ? Une école privée !  


Dans la deuxième version du texte, Radio-Canada a cru bon de rajouter ceci : « Dans les deux institutions (Université de Montréal et Université Laval ), on ne recense pas de cas connu de diplômés en sciences de l'éducation en 2019 qui ont quitté le Québec pour se soustraire à la loi 21. »  


You hou les petits amis radio-canadiens, ça ne vous tentait pas de mentionner cette info dans le PREMIER texte ? Ça aurait montré à tout le monde que vous vous intéressiez à un cas isolé, un épiphénomène, que vous avez complètement monté en épingle.  


Dans la deuxième version du texte, Radio-Canada donne la parole à une pro-laïcité : « J'espère que ça va rester des cas isolés, dit Leila Bensalem, une enseignante musulmane, suppléante à la Commission scolaire de Montréal, et militante pro-laïcité. Quand on met dans la balance sa carrière, ses amis, sa famille, pour un signe religieux, pour moi, c'est de l'intégrisme, ajoute la femme d'origine algérienne qui a ouvertement appuyé la Loi sur la laïcité de l'État lors de la commission parlementaire tenue en mai dernier. »  


ALLO ??? Comment se fait-il que dans la première version Radio-Canada, qui doit donner les deux points de vue dans toute situation, n’avait donné la parole qu’à des anti-laïcité ? Comment se fait-il qu’il a fallu que Mathieu et moi rappelions la société d’État à l’ordre pour que celle-ci daigne faire preuve d’objectivité ?  


Mme Amrit Kaur multiplie, depuis octobre 2018, les entrevues victimaires, où elle pourfend la loi 21. C’est tout sauf « une enseignante comme une autre ».   


Le 8 octobre 2018, elle explique à CTV qu’elle ne quitte jamais son turban, qu’elle a même trouvé un moyen de prendre sa douche avec son turban. Et elle dénonce la loi 21 qui va « limiter » ses choix de carrière. Le 12 août 2019, elle confie au Macleans que cette loi lui a causé : « une tristesse indescriptible, je ne souhaite ça à personne ». Le 14 août 2019, elle affirme à CTV news être « forcée de choisir entre ma carrière et ma religion » . Elle qualifie la loi 21 de « raciste et stupide », une loi qui la traite « en citoyenne de seconde classe »» Le 14 août aussi, dans une entrevue à Global sa mère témoigne qu’il est très difficile pour une mère de voir son enfant « victime de discrimination et de racisme »  


En lui donnant la parole, en braquant les projecteurs sur un cas isolé, Radio-Canada a fait preuve d’une mauvaise foi éhontée.  


J’espère vivement que l’ombudsman de Radio-Canada sera saisi de cette histoire, un reportage bâclé, biaisé, teinté politiquement et dénué de toute objectivité.