Pour la neutralité religieuse

A7ec90911527813c42aab6c5d102912c

Les Québécois sont pour l'interdiction des signes religieux pour les personnes en position d'autorité


Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.




L’énoncé


En réaction à l’ouverture de Valerie Plante sur l’intégration des accessoires religieux à l’uniforme des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la députée péquiste Agnès Maltais affirmait mercredi que les Québécois n’étaient pas d’accord avec cette réflexion de la mairesse.


« Ça n’a aucun sens ! La grande majorité des Québécois désire qu’on applique le rapport Bouchard-Taylor, c’est-à-dire que les personnes en situation d’autorité, qui représentent la loi, soient neutres religieusement. », a-t-elle signalé.


Les faits


Agnès Maltais semble avoir raison. Les sondages démontrent qu’une majorité de Québécois s’oppose au port de signes religieux pour les fonctionnaires en position d’autorité.


En 2013, un sondage de la firme Léger commandé par le PQ et questionnant 1506 personnes a montré que 68 % des répondants étaient d’accord pour que Québec interdise le port de signes religieux au personnel de l’État (policiers, juges et gardiens de prison).


En août de la même année, un autre sondage de Léger montrait que 78 % des 1000 personnes sondées étaient pour une interdiction des signes religieux chez les policiers.


Ces deux sondages ont été menés avant le dépôt du projet de loi de la Charte des valeurs québécoises en novembre 2013, qui a fait couler beaucoup d’encre par la suite.