On ne fait pas la révolution avec une pétition

Paralysons le Québec

Corruption libérale - le PLQ en perte de légitimité - cynisme politique croissant

Une pétition exigeant la démission de Charest et la tenue d’élections, pour cause d’allégations de malversation, de collusion et de corruption, circule sur Internet. Nulle part, il n’est cependant fait mention des grandes manœuvres du présent gouvernement (élu par abstention) pour angliciser le Québec, le piller, l’endetter, l’abêtir. Quoi qu’il en soit, l’équipe libérale a largement démontré son incompétence, son amateurisme, son manque d’envergure, de jugement, son imbécillité et sa mauvaise foi pour que les Québécois, à juste titre, lui désigne la porte.
Mais, advenant que Charest s’en retourne d’où il vient, c’est-à-dire du Canada, que pourrions-nous espérer d’un PQ au pouvoir ? (dans la mesure où il sortirait vainqueur d’une élection, ce qui n’est pas prouvé) Car, qu’on le veuille ou non, le Parti québécois se trouverait lui aussi dans la position de gouverner la belle province et non un grand pays. Les députés et leur chef ne s’empresseraient-ils pas, en froussards qu’ils sont, de mettre de côté l’indépendance du Québec pour « s’occuper des finances » de l’État ?
Apprenons de nos erreurs. Saisissons cette occasion qui nous est donnée de non seulement nous débarrasser de ces faux maîtres, mais de déclarer notre indépendance.
Par conséquent, plutôt que de demander à tous les membres élus de l’Opposition de cesser les travaux parlementaires, de quitter l’Assemblée nationale et de se joindre à nous, citoyens et citoyennes du Québec, pour exiger la démission du Premier Ministre Jean Charest, la dissolution de l’Assemblée nationale et le déclenchement d’élections générales

Paralysons le Québec, EXIGEONS de nos élus à Québec et à Ottawa qu’ils cessent leurs travaux parlementaires, quittent l’Assemblée nationale et le Parlement et se joignent à nous pour déclarer l’indépendance de Québec, mettre en place un gouvernement et une constitution provisoires.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 237 886

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



17 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    9 mai 2010

    Lecteur de France, je suis l'actualité québecoise avec régularité car je crois en vous. Et la france a besoin de vous.
    Tant de peuples prennent ou songent à leur Indépendance, la vôtre serait un signal donné au monde et à l'empire militaro-financier anglo-saxon.
    Nous comptons sur vous, vous n'avez rien à perdre avec tant de place, tout à gagner. Une société modèle écologiquement est à votre portée. En français!
    Vive le Québec, vive la Liberté!

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mai 2010

    Chère Caroline,
    Faut s'inscrire sur Facebook pour constater la distribution de "PARALYSONS LE QUÉBEC" que je me suis permis de mettre en branle, fièrement.
    On attend la suite. Mettons fin au pillage, à la bêtise, à l'asservissement.
    Robert Aubin

  • Archives de Vigile Répondre

    26 avril 2010

    Quand le peuple voudra mettre fin au régime, il le pourra en quelques jours. Sans bruit et sans effusion de sang. Mais il ne le veut pas. L'en convaincre ne produit pas d'effets durable. Allumer la mèche est inutile si la charge n'est pas là. Il y a des choses que chacun doit COMPRENDRE. Ce dont un peuple a besoin, c'est de courage, bien sûr, mais d'abord d'un peu de curiosité...
    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/161-un-temps-pour-lanarchie/
    Pierre JC Allard

  • Serge Charbonneau Répondre

    26 avril 2010

    Correction à M. Le Hir.
    Il y a bien eu de petits "caserolazos" (manifestations bruyantes de casseroles frappées) en Argentine, mais ce n'est rien avec le «caracazo» du Venezuela.
    En 1989, CAP le Président du Venezuela (Carlos, Andrés Pérez), un des pires présidents corrompus du Venezuela, laquais des entreprises US en sol vénézuélien, met en place des politiques sociales "économiques" semblables à celles que notre bon ministre Bachand du «courageux» (!) gouvernement Charest nous fait avaler en ce moment.
    En février 89, CAP avait décidé d’adopter les réformes proposées par l'organisme néolibéral que l'on appelle le FMI (Fond monétaire international) qui a pour objectif d'asservir les pays pauvres pour exploiter sans contraintes leurs ressources naturelles et en faire un marché-clientèle captif tout en donnant l'image d'offrir une aide salutaire.
    CAP propose donc la fin d'un tarif réglementé pour les biens de première consommation (libéralisation du marché), l'augmentation des prix du téléphone, de l'eau, de l'électricité et du gaz, l'augmentation des prix des biens issus du pétrole, l'augmentation des prix des transports de 30%, la réduction du déficit budgétaire à moins de 4% du PIB.
    Ça ne ressemble pas à «notre» révolution culturelle de Charest, ça? Hein? On dirait l'étude de Claude Montmarquette tout craché.
    Eh bien, les Vénézuéliens-nes en ont eu plein le cul. Ils ont pris la rue le 27 et 28 février 1989. Des émeutes comme jamais le Venezuela en avait connu. Une répression policière sanglante: 3000 morts.
    C'est pour mettre fin à ce régime répressif et corrompu que Chávez tente un Coup d'État en 1992 (le 4 février). Il est arrêté et passe près de deux ans en prison. Lorsqu'il fut arrêté, pour calmer la population, pour éviter la violence, Chávez déclara à la télé: «Por ahora» : «Pour l'instant». Ce fut des mots clefs. La population l'a attendu et l'a élu dès qu'il est sorti de prison.
    Ce «caracazo» du 27 février 1989 fait partie de l'Histoire du Venezuela. C'est le jour charnière. C'est à ce moment que le peuple s'est réveillé et a décidé de se prendre en main.
    Peut-être sommes-nous à la veille de notre «caracazo».
    Serge Charbonneau
    Québec
    P.S.: Pour mieux connaître le «caracazo», je vous suggère
    Le ’Caracazo’, c’était il y a 15 ans ...
    par Frédéric Lévêque
    Article publié le 29 février 2004<
    http://risal.collectifs.net/spip.php?article860

  • Archives de Vigile Répondre

    25 avril 2010

    Le commentaire précédent adressé à André Gignac est de Michel Gendron.
    Désolé de l'oubli...

  • Archives de Vigile Répondre

    25 avril 2010

    @ André Gignac
    Je vous réfère au texte de monsieur Thompson intitulé "Lettre à Monsieur LeHir". Tout y est ou presque. Le travail à faire va bien au-delà des déclarations de foi et autres charges intempestives.
    Comme le dit C. Montmarquette, l'agit-prop ne va nulle part s'il n'existe pas un vaisseau stratégique dûment constitué pour lui donner un sens.
    L'action citoyenne concertée est le levier qui permettra à la société civile de grouper le tir pour forcer nos partis à s'engager ensemble sur une voie stratégique plutôt que strictement partisanne et électoraliste.

    Pas facile. Travail, travail, travail. Le déchirage de chemise ne vient en aide qu'aux merceries et autres vendeurs de guenilles.
    Ras-le-bol des pétards lancés à l'improviste.

  • Caroline Moreno Répondre

    25 avril 2010

    Pour votre information
    _____________________________________________________
    Lors d’une conférence de presse donnée à Paris ce matin, le Président du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), Ferhat Mehenni, a annoncé la mise en place d’un gouvernement provisoire Kabyle à compter d’aujourd’hui mercredi 21 avril 2010. Selon les termes du communiqué diffusé par le MAK, ce gouvernement « aura pour mission de mettre en place les institutions officielles de la Kabylie et de représenter celle-ci auprès de la communauté internationale. Il durera jusqu’à la reconnaissance officielle de la Kabylie en tant que peuple et en tant que nation par l’Etat algérien. ». Cette annonce a lieu à un moment très important pour la communauté kabyle vivant en Algérie, au lendemain de la commémoration des 30 ans du « printemps amazigh » d’avril 1980, ainsi que du « printemps noir » de 2001, où plus de 130 morts étaient à déplorer. « En ce 21 avril 2010, en vertu des responsabilités historiques qui sont les miennes, devant les hommes et devant l’Histoire, je proclame la création du premier Gouvernement Kabyle », a affirmé Ferhat Mehenni dans le communiqué rendu public par son mouvement. Afin de renforcer la légitimité du gouvernement provisoire Kabyle, Ferhat Mehenni a annoncé la mise en place d’une « Commission de Dialogue et de Consultations (CDC) pour prendre langue avec les organisations politiques, le monde associatif et les personnalités kabyles susceptibles de donner noms, avis et conseils pour la constitution de ce Gouvernement dans un délai ne pouvant excéder un mois ».

  • Christian Montmarquette Répondre

    25 avril 2010

    D'accord avec Michel Gendron.
    C'est toute la différence entre l'agitation et l'action organisée. À dire vrai, plus je vous lis, et plus je me demande de quel bois vous vous chauffez... Vous êtes comme un électron libre.. Vous faites de la politique comme un billet d'humeur..
    Une idée vous passe par la tête..
    Et hop..
    Aussitôt pensé...
    Aussitôt publié..
    Cela donne parfois des articles intéressants..
    Mais, rien qui ne se contruit jours après jours.
    Je me demande parfois ce qui vous motive vraiment..
    Christian Montmarquette

  • Archives de Vigile Répondre

    25 avril 2010

    @ Michel Gendron
    Ce n'est pas l'immobilisme et la passivité actuels du peuple québécois qui vont nous permettre de nous débarrasser de cette pourriture gouvernementale et encore moins de ce système électoral vétuste dans lequel les citoyens du Québec donnent un chèque en blanc à un parti politique pour 4 ans, sans possibilité de s'en défaire, même si ce parti politique gouverne contre le peuple, comme le PLQ le fait actuellement. Grosse farce la démocratie au Québec! Tab.....! il y a une limite à se faire écoeurer de la sorte! J'aimerais que vous m'expliquiez votre solution à ce que nous vivons, présentement, au Québec; j'attends votre réponse.
    André Gignac le 25 avril 2010

  • Louis Fournier Répondre

    25 avril 2010


    Que voulez-vous dire Madame Moreno? Que l'indépendance du Québec doit se faire par un coup d'État, sans consultation démocratique des Québécois par référendum? Je milite pour l'indépendance du Québec depuis 50 ans et j'ai rarement lu des propos aussi aberrants, sinon dans certains écrits de militants extrémistes du FLQ. L'impatience et la frustration sont de bien mauvaises conseillères. Il y a 50 ans, nous n'étions qu'une petite poignée de militants indépendantistes. Lors du dernier référendum, près de 2,5 milllions de nos compratiotes ont voté OUI pour se donner un pays. Pour réaliser notre projet de pays, nous avons la chance d'avoir ici un grand parti démocratique, le Parti québécois.Continuons de travailler, avec patience et détermination, et nous y arriverons.

  • @ Richard Le Hir Répondre

    24 avril 2010

    Le "caserolazo", c'était en Argentine, M. Tremblay. Pas au Vénézuela. Mais c'est pas grave. L'important, c'est de comprendre que le peuple n'est pas démuni. L'important, c'est que le peuple sache qu'il est souverain même si son pays ne l'est pas. Et qu'il ne tient qu'à lui qu'il le devienne.
    Mme Moreno, j'aime votre feu. Dans toute action que nous entreprendrons, il est nécessaire de garder à l'esprit les conséquences de nos actes, et d'éviter ceux qui pourraient compromettre la légitimité de notre projet : tout l'art de maintenir le délicat équilibre entre la colère légitime du "Juste" et les intempérances du révolutionnaire. Nous saurons éviter de faire le jeu de nos adversaires.
    Richard Le Hir

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    Madame Moreno et disciples,
    Ben oui, on est d'accord pour que ça change.
    Votre plan d'action, votre base populaire, c'est quoi?
    Prenez la direction de la fureur du peuple et libérez-nous. Vous semblez savoir comment. Ne nous en privez pas!
    Tiens, tant qu'à y être, je lance un appel aux Palestiniens pour qu'ils s'unissent et mettent un terme à l'occupation d'Israël en Cirsjordanie et à Gaza!
    Suffisait d'y penser! Brillant!

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    Bonsoir Madame Moreno,
    Je suis prêt à offrir mon intelligence, mon savoir-faire, mes connaissances, mes idées et ma présence « charnelle » pour renverser la tendance totalitaire qui se dessine à travers le monde. Ici comme ailleurs (Marguerite Duras écrivait : « Ici, c'est comme ailleurs »), il faut nous mobiliser et dire NON à la bêtise et à la répression des droits fondamentaux de l'homme au nom d'une compétitivité mortifère entre les peuples! Car il est possible de vivre autrement. Il est possible d'imaginer un autre monde!
    André Meloche

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    En effet, le fruit est mûr au Québec pour une révolution moins tranquille que la dernière qui nous conduira cette fois-ci, de façon assurée et déterminée, à la naissance du pays québécois.
    Je crois que nous en sommes capables aisément si nous nous y mettons un tant soit peu. Alors chers compatriotes québécois: debouts et à l'action. La liberté appartient au courage et à la détermination; non pas à la résignation et à l'impuissance.
    Ensemble nous pouvons!
    Jacques L. (Trois-Rivières)

  • Raymond Poulin Répondre

    24 avril 2010

    Paralyser le Québec exige forcément un rassemblement largement majoritaire des Québécois. Alors, vous l’organisez quand et comment, ce rassemblement? Parce que, forcément, vous ne proposez pas une action d’une telle envergure sans un plan mûri, des ressources humaines et des moyens de communication adéquats... Rêver de ce rassemblement est chose facile, partagée par bien des gens; le concrétiser exige non seulement la détermination d'une équipe compétente — ce qui n'est pas rien — mais d'abord la conviction, raisonnablement documentée, qu'une part importante des citoyens actuellement désabusés de leurs gouvernements est prête à voir la solution dans l'indépendance et à envisager sérieusement la désobéissance civile pour parvenir à ses fins. Alors, vous disposez déjà de tout cela ou vous lancez, comme d'autres ici même, une bouteille à la mer?

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    Bonjour Caroline
    Un texte comme je les aime! Je l'ai suggéré à plusieurs députés du Bloc et du PQ en espérant qu'ils profiteront de la fin de semaine pour y penser sérieusement. Tant qu'à moi, je suis prêt pour descendre dans la rue, n'importe quand; il faut paralyser le Québec en entier, par tous les moyens possibles à notre disposition, pour se débarrasser de de ce gouvernement de crapules et de collabos, vendu aux intérêts du néolibéralisme et du fédéralisme "CANADIAN" assimilateur. QUÉBÉCOIS DANS LA RUE!
    VIVE LA RÉPUBLIQUE DU QUÉBEC!

    André Gignac le 24 avril 2010

  • Archives de Vigile Répondre

    24 avril 2010

    Bonjour, Mme Moreno.

    Je suis entièrement de votre avis sur tous les points.
    Il est urgent d'agir et sortir avec les casseroles , et faire un boucan d'enfer. Comme l'a fait le peuple du Vénézuéla. Et ça a
    réussi. C'est l'expression réelle de la démocratie.

    Tout le monde dehors, le temps qu'il faudra. Action!Action!Action!
    Lawrence Tremblay.