Devant les abus de pouvoir du gouvernement Charest, j’ai besoin d’un avocat

Je ne peux pas admettre qu’il n’y a rien à faire. Que la corruption organisée fasse partie de nos mœurs au Québec.

Corruption libérale - le PLQ en perte de légitimité - cynisme politique croissant

Oui, j’ai un urgent besoin d’un avocat. J’ai besoin de juristes qui se connaissent en droits politiques. Devant un gouvernement libéral qui ne respecte pas la volonté de la population, celle du directeur général des élections, du vérificateur général, des partis d’opposition et qui impose le bâillon aux Québécois:
EXISTE-T-IL UNE DISPOSITION DANS LE SYSTÈME LÉGAL ACTUEL POUR DESTITUER UN GOUVERNEMENT DÉMOCRATIQUEMENT ÉLU QUI EST DEVENU DICTATORIAL?
Suis-je dans la légalité en suggérant les trois stratégies suivantes:
1) Qu’à la prochaine entrée parlementaire, tous les députés de l’opposition tiennent un blocus aux portes du gouvernement pour empêcher tout député et ministre d’entrer et de siéger à l’Assemblée nationale;
2) Ou si cela ne réussit pas, que les députés de l’opposition se rendent chez le Gouverneur général, occupent les locaux, lui demandent de démettre le gouvernement et d’ordonner des élections générales;
3) Ou, si cela ne parvient à aucun résultat, que les députés de l’opposition demandent à la population d’organiser avec eux une grève de la faim indéfinie aux portes de l’Assemblée nationale ou dans chacune de leur circonscription.
Je ne peux pas admettre qu’il n’y a rien à faire. Que la corruption organisée fasse partie de nos mœurs au Québec. Que pouvons-nous faire? Devons-nous baisser les bras ne sachant quoi faire? Pour ma part après réflexion, la seule arme qu’il me restait était de vous écrire pour demander conseils aux avocats ou juristes interpellés par la situation actuelle… Vous comprendrez qu’en bout de ligne, je veuille agir moi itou en toute légalité et être politiquement correct!

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 120 463

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    13 septembre 2010

    Je crois que ce n'est pas une solution que de renverser un gouvernement démocratiquement élu. Tous les pays qui ont fait ça une fois ont été pris avec des groupes qui ont abusé de cette façon de faire à répétition et à long terme.
    La plus grande force pour convaincre un gouvernement c'est que la population descende dans la rue à tout les jours ou à défaut de tous les jours au moins un jour semaine tous en même temps pour signifier notre insatisfaction et de demander au gouvernement sa démission. La force du nombre pourrait faire la différence. Pour faire celà il faut des leaders qui lanceraient un message sur internet dans chaque région et qu'on aille dans la rue tous en même temps.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 septembre 2010

    Monsieur Morin,
    Je suis bien d'accord avec le fait que le PQ devrait faire quelques coups d'éclats, comme refuser de siéger quelques jours ou poser cette fameuse question à Charest: Pourquoi avez-vous démissionné de votre poste de ministre conservateur le 24 janvier 1990 ?
    Des actions précises et qui font très mal doivent être faites. Cependant, étant moi-même conseiller dans un exécutif de circonscription pour le PQ, je peux vous dire que ceux qui ont une certaine influence, certains postes-clés, sont majoritairement des militants qui ont des façons de faire très conventionnelles et qui ne pensent qu'à organiser des épluchettes de blé d'inde ! Il y a beaucoup de petits-bourgeois sans courage, mais qui ont des contacts qui leur ont permis d'accéder à ces postes d'influence.
    Par ailleurs, je me demande quelles motivations farfelues sont derrière le choix de laisser Amir Khadir, de Qs, demander régulièreemnt la démission de Charest. Où est l'intérêt de lui laisser tout cet espace médiatique ? Où est le leadership de Marois ? Si le PLQ est corrompu, le PQ est faible et ceux qui le dirigent, Marois en tête, ont manqué plusieurs occasions de provoquer la démission de Charest.
    Si j'ai voulu entrer dans l'organisation de ce parti, c'est justement pour proposer des actions courageuses et faire en sorte que ce parti ait moins peur de la réaction des journalistes. Je souhaite également qu'il ose, lorsque c'est nécessaire, faire passer la politique avant le droit.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 septembre 2010

    Aussi longtemps que les fédéralistes qui commettent ces crimes contrôleront 100% de nos impôts à Ottawa et à Québec il n'y a rien à faire comme dans les années 1960 ou tout était bloqué et que seul le FLQ à tout débloqué par une décennie de combats aboutissant sur l'Élection du Parti Québecois en 1970 et 1976 .

  • @ Richard Le Hir Répondre

    13 septembre 2010

    M. Morin,
    Votre refus de vous résigner devant l’inacceptable et votre indignation sont parfaitement justifiés. Les deux premiers moyens que vous proposez risqueraient cependant de vous placer dans l’illégalité. Quant à une grève de la faim, elle n’est pas dans nos moeurs, et je douterais fort qu’elle soit suivie.
    Il n’y a qu’un seul moyen qui aurait quelque efficacité, ce serait un geste spectaculaire de l’opposition à l’Assemblée nationale, comme de rester dans la rue à la reprise des travaux parlementaires pendant quelques jours, ou toute autre stratégie du genre, pour clairement signifier à la population le caractère inacceptable et totalement inusité de ce qui est en train de se passer.
    Il faudrait pour cela que l’opposition se décide à montrer qu’elle a une épine dorsale, et qu’elle ne se contente pas de japper aux jarrets du gouvernement Charest.
    Richard Le Hir