Oui à la loi 101 au cégep

7794448f4fbdd2bd19611aecf3843590

Le prochain chef du PQ osera-t-il aller jusque là ?


Appliquer la loi 101 au cégep, comme le demandent les jeunes péquistes et le Mouvement Québec français (MQF), ça aurait dû être fait depuis longtemps.


Contre cette idée, on invoquera, bien sûr, la « liberté de choix ». On en fera peut-être même un « droit » fondamental.


Étrange : nous sommes à une époque où, partout, on nous incite (souvent avec raison) à nous méfier de ces choix semblant « libres », mais qui sont en fait déterminés par des « systèmes » ; de ces « droits » qui occultent une relation « dominant-dominé ».


Racisme, discrimination « systémique », privilège « blanc », etc.


Or, il y a de puissants systèmes à l’œuvre pour favoriser l’anglais dans notre Dominion, dans ce continent, et dans le monde entier aujourd’hui.


Autrement dit, si le français n’a pas un coup de pouce, on sait quel résultat on obtiendra : une « vraie » langue commune, celle du Dominion, du continent, du monde s’imposera ; en marge, une sorte de langue folklorique, qui ne permet pas de mener et de gagner sa vie, vivotera.


Nous n’en sommes pas là encore au Québec, mais il faut être vigilants.


Osmose


On sait bien ce que de vivre dans le monde contemporain signifie : nos appareils, nos voitures, nos médias sociaux, absolument tout nous parle anglais.


Nous évoluons dans une classe d’immersion permanente. Les enfants en particulier.


En ce sens, dans la région de Montréal, l’anglais s’apprend comme par osmose. Avec les réseaux sociaux et l’empire culturel des Netflix et cie, par la musique populaire, hors Montréal, il s’apprend aussi très facilement.


Revenons à la notion de « liberté de choix » : c’est ce qu’invoquaient aussi les opposants à la loi 101 d’origine. Heureusement qu’on ne les a pas écoutés. Le résultat, presque 50 ans plus tard, c’est un Québec qui a su conserver le français comme langue presque commune, sans éliminer l’anglais pour autant. Sans se fermer à lui non plus.


Avoir cédé à la rhétorique du « libre choix » aurait signifié la fin graduelle du Québec français. Une perte indéniable pour la diversité du continent et du monde.


Équilibre précaire


L’équilibre des langues semble être de plus en plus précaire à Montréal. « Les inscriptions dans les programmes préuniversitaires anglophones, à Montréal, sont en voie de surpasser celles des cégeps français », souligne la pétition du MQF.


Cela met une pression sur les établissements francophones qui, à la recherche de clientèle, sont prêts à renier leur « raison d’être ». André Campagna, directeur fondateur du cégep Gérald-Godin, dans l’Ouest-de-l’Île, l’expliquait éloquemment dans Le Devoir d’hier.


On dira qu’on ne peut forcer des « adultes » à faire un choix linguistique au cégep. Ça ne tient pas debout. On impose à plein d’adultes plein de règles, notamment de franciser leur milieu de travail.


Dans quel autre pays du monde l’État offre-t-il ce choix de la langue d’enseignement au niveau collégial ou l’équivalent ? s’interrogeait Pierre Curzi, en 2011, lorsqu’il luttait pour que la loi 101 soit appliquée au cégep.


En effet. Ici, des systèmes nous font avaler l’idée qu’il devrait y avoir « liberté de choix ».