N’est pas Duplessis qui veut

E80465dda4796f00c9707e119be109a5

« Aujourd’hui, nos universités sont sous influence idéologique fédérale, laquelle menace les standards de recherche »


François Legault aime se réclamer de Maurice Duplessis. En septembre 2021, dans un échange avec Gabriel Nadeau-Dubois, il disait ceci du chef unioniste: «il avait beaucoup de défauts, mais il défendait sa nation». Le premier ministre rétorquait à Gabriel Nadeau-Dubois, lequel avait candidement admis son peu d’intérêt à défendre les compétences du Québec. Legault l’avait accusé d’être un woke. 


On comprend ce dernier de vouloir se comparer à Duplessis. Si à certains égards son bilan est éminemment discutable, il brille au palmarès pour la défense de notre autonomie. Il a mis sur pied l’impôt provincial en 1954, en forçant Ottawa à reculer dans ce dossier. Deux ans plus tôt, Duplessis avait forcé nos universités à refuser des subsides d’Ottawa, l’éducation étant une compétence exclusive des provinces. Ces subventions étaient «anticonstitutionnelles». Comment Legault se compare-t-il à son prédécesseur? 


Restons sur l’exemple de l’enseignement supérieur. Depuis plusieurs années, Ottawa arrose de millions dollars nos chercheurs et nos universités, à condition qu’ils étudient le racisme systémique. Par exemple, le budget fédéral de 2021 prévoit 12 millions de dollars pour un programme intitulé «Initiative sur le genre, la race et la diversité». Par ailleurs les fédéraux octroient des chaires de recherche qui permettent aux universités d’obtenir de l’argent et de faire des embauches. Ottawa impose toutefois des critères méthodologiques et intervient directement dans le processus d’embauche. 










Deux exemples. À l’Université Laval, un poste lié à une chaire en histoire est affiché récemment. Seuls les individus s’identifiant comme autochtones, handicapés, racisés ou encore les femmes peuvent postuler. L’Université Laval explique qu’elle est tenue d’agir ainsi à cause du gouvernement fédéral. 


Celui-ci précise que pour obtenir une chaire, les établissements «doivent être proactifs dans l’identification des obstacles systémiques (racisme, capacitisme, sexisme, discrimination) et leur élimination de leurs politiques et milieux de travail». En somme, les universités québécoises doivent reconnaître officiellement l’existence du racisme systémique en leur sein pour avoir l’argent des fédéraux. 


Le programme de chaire s’accompagne d’ailleurs d’un guide sur la diversité auquel les chercheurs doivent se plier, faute de quoi ils perdront leur chaire. Ceux-ci ne doivent pas commettre de «micro-agression», c’est-à-dire offenser des minorités, notamment par le fait de «minimiser les effets de la race». 


Tous les recteurs d’universités québécoises se plient à ces exigences, même si elles sont incompatibles avec la liberté académique et avec la méthode scientifique, laquelle a fait le succès de l’Occident. Cette situation est ironique puisque ces mêmes recteurs dénoncent l’intention du gouvernement québécois de protéger la liberté académique dans l’enseignement supérieur. 


À son époque Maurice Duplessis avait mis les recteurs au pas. Si une université acceptait un dollar d’Ottawa, elle se voyait couper d’un dollar l’argent versé par Québec. Toutes s’étaient conformées. Aujourd’hui, nos universités sont sous influence idéologique fédérale, laquelle menace les standards de recherche.


La main sur le cœur, Legault parle de défendre la nation et pourfend l’idéologie woke. Sauf qu’il ne fait rien pour défendre notre autonomie en éducation. 


Comme dit notre premier ministre, le chef unioniste avait ses défauts. Mais sa défense des compétences québécoises ne se limitait pas à des discours.



Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien122 articles

  • 50 997

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.





-->