Migrants: Heurtel demande au fédéral de s'adapter à cette «nouvelle réalité»

96751287fa1f97d5f6f3322b054b1a3e

Le régime libéral reconnait finalement la crise migratoire totale que l'on subit depuis 1 an !


Le ministre québécois de l'Immigration, David Heurtel, implore le gouvernement fédéral de soutenir davantage le Québec, qui est au point de «saturation» face à la migration irrégulière massive à la frontière canado-américaine, une «nouvelle réalité» qui n'est pas éphémère, selon lui.


«Il faut que le gouvernement fédéral réalise qu'on est dans une nouvelle donne. Et ça ne changera pas», a soutenu M. Heurtel, lors d'un événement de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vendredi après-midi.


«C'est une nouvelle réalité, on va avoir ça tous les ans, ça n'arrêtera pas», a-t-il renchéri.


Le gouvernement québécois a recensé 5700 traversées irrégulières depuis le début de l'année, alors qu'il y en avait eu 2000 à pareille date l'an dernier. En 2017, 25 000 personnes avaient franchi la frontière entre les États-Unis et le Québec de façon irrégulière, ce qui représente une augmentation de 700 pour cent par rapport à l'année précédente.


Selon le ministre Heurtel, ce mouvement de population «n'est pas une aberration» et est voué à se poursuivre, comme c'est le cas dans d'autres régions du monde.


M. Heurtel exhorte ainsi Ottawa à verser plus d'argent au Québec, qui a reçu 50 pour cent de tous les demandeurs d'asile arrivés l'an dernier, a-t-il indiqué, rappelant que le gouvernement fédéral était entièrement responsable des réfugiés en vertu de la Constitution.


«Nous, nos ressources sont saturées. On ne peut pas revivre des situations comme le Stade olympique», a-t-il déclaré, faisant référence à la situation de l'an dernier, lorsque des milliers de migrants avaient dû être hébergés au stade montréalais.


«Ce n'est pas juste de les héberger temporairement. Les enfants doivent aller à l'école, il y a des besoins en santé, les services à l'employabilité, l'accès à la justice», a-t-il ajouté.


Le gouvernement demande «au minimum» 146 millions $ au gouvernement fédéral seulement pour l'an dernier, a indiqué M. Heurtel.


Il y a quelques semaines, le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, semblait réticent à augmenter sa contribution, affirmant que le gouvernement Trudeau en avait «déjà fait beaucoup» pour le Québec dans ce dossier.


«Si vous examinez les différentes façons dont nous avons géré cet enjeu, nous en avons fait beaucoup particulièrement en ce qui concerne le Québec», avait-il déclaré


M. Heurtel a par ailleurs incité le gouvernement fédéral à accélérer le processus de demandes d'asile, qui était beaucoup trop long même avant la vague arrivée l'an dernier, selon lui.


«Ce qu'on veut, nous, c'est un processus de demande d'asile qui va beaucoup plus vite. Ça marche, c'est possible, d'autres pays l'ont fait», a-t-il plaidé.