Lettre à Françoise David

La condescendance de la cheuf

Tribune libre

Madame David

Je n’ai pas été très surpris de votre attitude condescendante lors de votre point de presse pour justifier votre absence au rassemblement des forces souverainistes soulignant le vingtième anniversaire du référendum de 1995. « Vous n’êtes pas d’accord sur la façon de faire » avez-vous dit.

J’en suis même à me demander si vous êtes réellement une souverainiste. Je pense que vous utilisez le terme souverainiste seulement pour attirer une certaine clientèle dans votre village gaulois de l’île de Montréal et semer la pagaille dans le camp souverainiste pour maintenir votre statut de député.

Votre parti a de bonnes idées sociale-démocrates, elles sont intéressantes mais ce qui importe avant tout, même si cela ne se fait pas selon vos attentes, c’est qu’il faut réaliser d’abord un pays et actuellement c’est le Parti Québécois qui est le mieux placé pour le faire. Le temps compte et on ne peut se permettre une trop longue attente pour assurer notre avenir.

C’est à cause de votre attitude dans vos déclarations que nous piétinons sur place. Les journalistes des médias fédéraux se servent de vous car ils savent que vous savez mettre la bisbille dans le camp des souverainistes.
Arrêtez donc ce petit jeu d’enfant gâtée qui veut tout avoir sans rien partager. Cela tape sur les nerfs.

De l’extérieur, vous semblez être un peu trop dictatoriale et semblez vouloir tout contrôler si bien qu’on ne peut plus discerner ce qui émane réellement de votre parti de ce qui viens seulement de vous. En quoi votre présence à cette rencontre aurait été une dérape? Avez-vous peur de perdre la face devant vos membres?

Madame David, si vous voulez réellement un pays, vous devrez nous le prouver.

Featured 46fbc2a38e3d4ccc9f329692d2b92d34

Roger Kemp110 articles

  • 86 434

Pamphlétaire actif à Trois-Rivières Membre actif à la SSJB de la Mauricie





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    11 novembre 2015

    Et puis y a aussi des anciens rouges. Votre serviteur en est un. Et aussi des anciens bleus qui ont fini par comprendre qu'on n’arriverait jamais à rien avec les vieux partis, qu'on n’arriverait jamais vraiment à queque chose parce que les vieux partis, c'est pas parce qu'y a pas des gens dévoués là-dedans et qui travaillent très fort pour le Québec. Mais c'est pas leur premier souci, en tant que parti, aussi bien les bleus que les rouges.
    Leur premier souci, vous savez, c'est de garder le monopole entre eux, là, le monopole de l'assiette au beurre.
    De garder exclusivement le contrôle du parlement, du gouvernement et puis aussi du patronage et puis des caisses électorales, en coulisse. -René Lévesque

  • Archives de Vigile Répondre

    31 octobre 2015

    M.Kemp., quelle belle naiveté ., Québec Solidaire , n existe en fait., que parce qu il nuit au Parti Québecois !!! et ce ., depuis sa naissance ., il faut vraiment être aveugle ., pour ne pas s en rendre compte !!!

  • Archives de Vigile Répondre

    31 octobre 2015

    Je crois qu'il sera nécessaire de cultiver chaque jour et sans reculer une nécessaire fierté d'être souverainiste dans un parti comme le Parti Québécois.
    Avec tous les documentaires sur le référendum de 95 qu'on a pu revoir cette semaine, force est de constater que ce parti, fondé par le grand René, est le plus grand que le Québec n'a jamais porté.
    À côté de ce parti, QS apparaît un parti pseudo social-démocrate, pseudo souverainiste, soutenu en coulisse par la haute finance, genre Power Corporation, un parti qui a encore la couche aux fesses9fondé en 2006 par une poignée de paumés...), et qui se targue de faire la leçon à tout le monde.
    Coudonc! Vraiment ! Il est temps qu'on sache se tenir debout avec fierté et qu'on s'affirme sans rougir comme les fiers héritiers et membres du grand Parti Québécois. Je crois que c'est la meilleur façon de dégommer ces enfuirés que sont les fondateurs d'un parti créé juste pour mettre du sable dans l'engrenage de la souveraineté.

  • Pierre-Yves Dubreuil Répondre

    30 octobre 2015

    Oubliez l'appuis de QS, si vous êtes souverainiste.
    Ce parti aime les grands ensemble et est muée par une idéologie aussi imépériale que celle du PLQ. faute de raisonement logique, ce parti utilise la démonisation de l'adversaire et l'attrait du pouvoir pour rassembler des forces.
    Plus l'idée l'indépendance cheminera, plus QS se fera un allié objectif du Canada et ce dernier multiplira les tapes dans le dos.
    l'indépendance doit deveni l'article numéro 1 de QS, ou ce parti ne sera d'aucune utilité face à un adversaire qui joue sa vie.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 octobre 2015

    On ne peut pas être a demi-enceite, pas plus que l'on peut être a demi-indépendantiste.
    Si on me montrait entre l'indépendance complète et l'asservissement entier de la pensée une position intermédiaire où je puisse espérer me tenir, je m'y établirais peut-être ; mais qui découvrira cette position intermédiaire ? • Alexis de Tocqueville

  • Henri Marineau Répondre

    30 octobre 2015

    "Madame David, si vous voulez réellement un pays, vous devrez nous le prouver"...J'ai bien peur, M. Kemp, que votre souhait tombe dans la nuée des temps! À mon sens, Françoise David est une sociale-démocrate qui peut fort bien s'accommoder d'un Québec dans le Canada.
    En passant, cessons de rêver en couleur, QS ne s'adjoindra jamais au regroupement des forces souverainistes pour la simple raison qu'il se considère comme "le" parti qui détient "la" vérité...