La légende du verre d'eau

Les limites de l'accueil

Tribune libre

Dernièrement, ma fille est revenue vivre sous notre toit avec son ami Ashad. En arrivant à la maison, Ashad s’est confortablement assis au salon et a demandé à ma fille de lui apporter à manger car dans son pays il était l’heure pour une collation et la femme doit lui faire à manger peu importe l’heure. Ma fille s’exécuta sur le champ.
Pendant ce temps Ashad examina la disposition des meubles dans le salon et nous dit qu’on devrait disposer les meubles autrement car dans son pays, il est important de ne pas placer un sofa face à une fenêtre car selon leurs coutumes cela est irrespectueux.
Je mentionnai à ma fille que je le trouvais un peu trop envahissant mais comme elle le trouvait de son goût, elle me demanda de céder à ses « petites demandes d’accommodements » que cela ne causerait aucun préjudice à personne. Quelques jours plus tard il nous demanda de transformer notre vivoir en lieu de prière car, tout bon musulman se doit d’avoir son lieu de prière. La moutarde me monta au nez, je me suis levai et annonça à Ashad qu’il était dans ma maison et que dans ma maison, c’est moi qui dicte les règles et que lui doit s’adapter à nos us et coutumes. « Je veux bien connaître comment cela se passe dans son pays pour enrichir ma connaissance », lui dis-je « ici c’est chez-nous et tu devras te conformer à nos règles de vie ».
Je lui ai montré un verre et lui dis que ce verre symbolisait nous, notre peuple et que l’eau qu’on y verse symbolise lui, les gens désirant venir s’établir en notre terre d’accueil. Je lui fis remarquer que l’eau s’adapte à la forme du verre et non l’inverse. Que c’est donc à lui à s’adapter à nous et non pas l’inverse.
Vous aurez compris que toute cette prémisse totalement imaginée, vise à démontrer en cette période de débat sur les valeurs québécoises, qu’il est temps pour nous de reprendre le contrôle de notre identité.
Le Québec est une terre d’accueil qui doit dicter son mode de vie à ceux et celles qui veulent venir s’y établir. La légende du verre d’eau nous sert d’exemple simple pour comprendre ce qu’on doit faire.

Featured 46fbc2a38e3d4ccc9f329692d2b92d34

Roger Kemp110 articles

  • 80 857

Pamphlétaire actif à Trois-Rivières Membre actif à la SSJB de la Mauricie





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    22 octobre 2016

    M. Lachapelle: lui trouver une adresse à Ottawa? C'est son plus cher souhait! Mais il y a une file d'attente derrière le p'tit Trudeau, Charest, Johnson?...

  • François A. Lachapelle Répondre

    21 octobre 2016

    Bravo Roger Kemp pour cette démonstration de la légende du verre d'eau que tout Québécois devrait mettre en pratique.
    Comment se fait-il que Philippe Couillard ne comprenne pas un langage clair comme celui que vous nous présentez aujourd'hui ? Avec le projet de loi 62 da la Ministre de la justice, Stéphanie Vallée, notre PM ne voit pas les choses comme vous et moi et des milliers de Québécois.es .
    Couillard répète qu'il ne veut pas brimer aucune liberté dans notre société qui doit offrir des conditions d'accueil aux immigrants dans ce sens. Une telle position est une soumission totale à une Charte des droits et libertés de Trudeau-père de 1982 que le Québec n'a jamais signé.
    Couillard fait comme si tous les Québécois endossaient la Charte de Trudeau-père. Comment voulez-vous "faire comme si" lorsque cette Charte avec le multiculturalisme est l'arrêt de mort lente du Québec.
    Couillard manque à son devoir de défendre les valeurs du Québec avant de défendre les valeurs du Canada. S'il ignore volontairement ce fait qu'il existe une fin de non recevoir par des milliers de Québécois.es de la Charte de Trudeau-père, c'est qu'il est un mercenaire au service du fédéralisme.
    Il faut le foutre à la porte de la maison du Québec et lui trouver une adresse à Ottawa.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 octobre 2016

    Ça ne peut être plus clair et légitime. Nous avons droit à du respect. Exigeons-le.