Les relations internationales sous Robert Bourassa - Un héritage?

Certainement pas avec la France!

Robert Bourassa - 10e anniversaire



Contrairement à ce qu'a laissé entendre Jean-Louis Roy dans un article récent publié dans les pages du Devoir ([«Robert Bourassa, Le Québec dans le monde»->2430], 19 octobre 2006), l'héritage le plus important en matière de relations internationales de Robert Bourassa et du Parti libéral du Québec dans les années 1980 n'est très certainement pas à rechercher du côté des relations France-Québec qui se détériorent plutôt que de s'améliorer. Jamais depuis Maurice Duplessis les relations France-Québec n'ont été aussi tièdes.



Le contexte
Pour bien comprendre les transformations au niveau des relations internationales du Québec sous les deux derniers mandats de Robert Bourassa, il faut d'abord les replacer dans leur contexte. La fin des années 1980 et le début des années 1990 sont marqués par le plus important bouleversement géopolitique depuis la Seconde Guerre mondiale : la chute de l'URSS. Le Canada entre également en guerre, c'est la première guerre du Golfe.
Sur le plan économique, ces années sont celles de la négociation du cycle de l'Uruguay, de la conclusion de l'Accord de libre-échange canado-américain (ALE) et également de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Durant cette période, la plupart des pays occidentaux prennent le tournant néolibéral et mettent en oeuvre la première vague d'austérité dans les finances publiques. Au Québec, la Révolution tranquille est enterrée lors des élections de 1985.
La conjoncture politique interne au Canada est, pour sa part, marquée par une récession, la crise des finances publiques et celle provoquée par l'échec de l'accord du Lac Meech. Ainsi, alors que les questions internationales, très marquées par des enjeux de «hautes politiques», cantonnent le Québec à un rôle de spectateur, la situation politique au Canada force le gouvernement québécois à s'investir moins dans sa projection internationale que dans la question constitutionnelle.
Les relations internationales du Québec sous l'administration de Robert Bourassa prennent, sur le fond, une coloration clairement économique, alors que, sur la forme, le gouvernement du Québec démontre une volonté d'intégrer sa politique à celle du Canada tout en affirmant toutefois une certaine spécificité pour le Québec.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne s'agit pas d'une rupture absolue, car les relations entre le gouvernement du Québec dirigé par le Parti québécois et le gouvernement fédéral s'étaient améliorées à la suite de l'élection des conservateurs de Brian Mulroney. C'est en effet sous Mulroney qu'aura lieu le déblocage qui mènera à l'entente Québec-Ottawa du 7 novembre 1985 portant sur la participation du Québec aux Sommets des chefs d'État et de gouvernement des pays ayant en commun l'usage du français. Soulignons enfin que le comportement exemplaire de Robert Bourassa lors du Sommet de Versailles permettra au Québec, dès le départ, de jouer un rôle plus important que ne le prévoyait l'accord initial.
Dans le secteur de l'économie, grâce notamment aux efforts de John Ciaccia, le bilan est positif. Le Québec, en déficit commercial année après année depuis 1982, se retrouve dans une situation de surplus à partir de 1993. Il connaîtra ensuite pendant une dizaine d'années des surplus commerciaux qui s'expliquent largement par une augmentation spectaculaire des exportations vers les États-Unis. Le Québec a gagné la bataille du libre-échange.
Les relations France-Québec sous Bourassa
La rupture la plus manifeste dans les relations internationales du Québec sous Robert Bourassa concerne les relations entre la France et le Québec qui connaissent un véritable refroidissement.
Ces relations partent d'un bon pied grâce aux deux premiers Sommets de la francophonie, mais Robert Bourassa décide de ne pas respecter l'importante entente conclue par René Lévesque et Raymond Barre concernant les visites alternées entre les premiers ministres de la France et du Québec. Il faudra attendre 1996 et le retour au pouvoir du Parti québécois pour voir un premier ministre français, Alain Juppé, fouler le sol du Québec.
En 1990, les relations France-Québec deviennent même glaciales. Michel Rocard, premier ministre français dont les sympathies souverainistes sont connues, doit venir au Québec. Robert Bourassa fait tout pour empêcher ce voyage. La crise est totale lorsque Bourassa demande à Rocard de reporter sa visite à cause de la crise d'Oka -- et, apprendrons-nous plus tard, à cause de sa maladie -- et de prendre la responsabilité du report en invoquant la montée de la crise au Moyen-Orient. Rocard est outré de l'attitude de Bourassa, car, ce faisant, il aurait également dû reporter un autre voyage, au Chili celui-là, afin de rendre le mensonge de Bourassa vraisemblable ! Lorsque dans son communiqué, Québec laisse entendre que Rocard est en partie responsable de l'annulation de la visite, la porte-parole du premier ministre français contredira le premier ministre québécois.
Ces événements et d'autres ont facilité la tâche des souverainistes à Paris.
Si les relations de Michel Rocard avec Robert Bourassa ne sont pas bonnes, elles seront meilleures, même si pas toujours faciles, avec Jacques Parizeau. Au total, pour la période qui va de 1989 à 1995, le chef des souverainistes québécois, s'entretient avec les plus importantes personnalités du monde politique français. Il rencontre, à gauche, deux fois le président Mitterrand, à trois reprises Michel Rocard, deux fois Laurent Fabius, et une fois chacun Pierre Bérégovoy et Pierre Mauroy. À la droite du spectre politique français, il voit Raymond Barre deux fois, Jacques Chirac, Alain Juppé et Édouard Balladur.
Le président François Mitterrand et le premier ministre Michel Rocard vont dans les faits plus loin encore puisqu'ils acceptent de rencontrer Lucien Bouchard, pour l'un (Michel Rocard) dès 1991 alors que le Bloc québécois n'est pas un parti politique reconnu à la Chambre des communes.
La partie à jouer en France aurait été beaucoup plus difficile sinon impossible pour les souverainistes si les relations politiques France-Québec avaient été aussi bonnes que ne l'écrit Jean-Louis Roy...
Stéphane Paquin

Professeur adjoint, Département d'histoire et de sciences politiques, Université de Sherbrooke.
Louise Beaudoin

Professeure associée, Département de science politique, Université du Québec à Montréal et ex-ministre des Relations internationales du Québec*
*Les auteurs sont respectivement directeur et collaboratrice du livre Histoire des relations internationales du Québec, qui paraîtra en novembre chez VLB éditeur.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé