Sondage Léger Marketing-Le Devoir

Les Québécois veulent Legault

La coalition de l'ex-ministre péquiste récolte 12 points de plus que le PQ et 13 de plus que le PLQ

Recomposition politique au Québec - 2011


«La grande question au cours des semaines prochaines, c’est: “Qui incarne le changement?” Pour l’instant, c’est François Legault, explique Jean-Marc Léger. Pour l’instant, je dis bien.»

Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir


Première partie du sondage
Marco Bélair-Cirino - L'éventualité d'un saut de François Legault dans l'arène politique fait grincer des dents dans les quartiers généraux du Parti québécois, du Parti libéral du Québec et de l'Action démocratique du Québec, et pour cause. Si la Coalition pour l'avenir du Québec se métamorphosait en formation politique, elle figurerait au premier rang des intentions de vote, révèle un nouveau sondage Léger Marketing-Le Devoir.
La Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ) récolte 33 % des intentions de vote, le Parti québécois (PQ) 21 %, le Parti libéral du Québec (PLQ) 20 %, l'Action démocratique du Québec (ADQ) 11 %, Québec solidaire (QS) 9 % et le Parti vert du Québec (PVQ) 3 %, après répartition des intentions de vote des indécis.
Pour sa part, un parti politique né de la fusion de l'ADQ et la de CAQ ayant à sa tête François Legault recueillerait 41 % des votes si les élections avaient lieu aujourd'hui. C'est deux fois plus que le PQ et le PLQ, qui obtiendraient chacun 21 % des votes, selon le coup de sonde effectué par la firme Léger Marketing. QS et le PVQ fermeraient la marche avec respectivement 9 % et 4 % des votes.
«On assiste, au Québec, à ce qu'on peut appeler un "Big Bang politique"», lance le président de Léger Marketing, Jean-Marc Léger, faisant écho aux propos de l'homme politique français Michel Rocard.
Avec un tel score, le PQ de Pauline Marois serait pratiquement rayé de la carte. En 1970, le PQ de René Lévesque avait fait élire sept députés en récoltant 23,06 % des voix. Le PLQ, lui, ne conserverait que ses fiefs, situés pour la plupart dans l'Ouest-de-l'Île à Montréal.
M. Léger y voit une manifestation d'un désir profond de changement exprimée sous la forme d'un sévère camouflet servi aux grands partis politiques. «Les électeurs en ont marre des politiciens professionnels. Ce qu'ils veulent, c'est un changement», souligne-t-il, tout en montrant du doigt les résultats de l'élection fédérale du 2 mai.
«Cette volonté extrêmement forte de changement est latente depuis longtemps. Elle s'est exprimée avec un vote complètement fou pour le NPD [Nouveau Parti démocratique]. Les électeurs se sont défoulés contre les partis en place à Ottawa. Ils vont faire de même à Québec, si rien ne bouge, met-il en garde. On assiste à éclatement de la tradition politique au Québec.»
Legault incarne le changement
C'est François Legault qui incarne actuellement le changement au Québec, mais pour combien de temps, s'interroge Jean-Marc Léger? «La grande question au cours des semaines prochaines, c'est: "Qui incarne le changement?" Pour l'instant, c'est François Legault. Pour l'instant, je dis bien. Dans deux semaines, ils peuvent nous dire le contraire. Il faut faire attention à l'interprétation qu'on fait des intentions de vote de François Legault.»
L'électorat de la Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ) — si elle se métamorphose en parti politique —, est constitué à 38 % d'adéquistes, à 26 % de péquistes, à 24 % de libéraux et à 22 % de solidaires. Il embrasse ainsi de «de l'extrême gauche de Québec solidaire à l'extrême droite de l'ADQ», fait remarquer M. Léger. «C'est extrêmement fragile. Il ne faut pas penser que s'il y avait une élection aujourd'hui, François Legault remporterait les élections, loin de là. Ça peut bouger dans toutes les directions.»
«Ce n'est pas parce qu'on aime nécessairement François Legault, mais parce que c'est le seul qui apporte de la nouveauté dans le débat actuel. C'est néanmoins un coup de pied dans le derrière des partis établis!» ajoute-t-il.
En l'absence de Legault
En écartant une formation politique dirigée par François Legault du paysage politique québécois, comme c'est le cas actuellement, le PLQ et le PQ sont à égalité pour la première fois depuis novembre 2009.
Les troupes de Jean Charest et de Pauline Marois recueillent toutes deux 30 % des intentions de vote. De son côté, l'ADQ récolte 17 % des intentions de vote, QS 11 % et le PVQ, 6 %.
La tempête qui s'est abattue sur sa chef, Pauline Marois, il y a une semaine explique en grande partie la dégringolade de 4 points en un mois qu'a faite le PQ, selon Jean-Marc Léger.
Si une campagne électorale s'amorçait aujourd'hui, «ce serait le bordel intégral», fait-il valoir. Mme Marois serait toutefois hissée au pouvoir à la tête d'un gouvernement majoritaire, en raison essentiellement de l'appui des francophones aux candidats de sa formation politique, souligne-t-il.
La chef péquiste pourrait compter sur 37 % des francophones, tandis que ses rivaux libéral, adéquiste et solidaire pourraient se fier respectivement sur 21 %, 18 % et 13 % d'entre eux.
Charest bat des records d'impopularité
Après s'être solidifié de 5 points en un mois (avril 2011 à mai 2011) durant la campagne électorale fédérale, le taux de satisfaction à l'égard du gouvernement de Jean Charest a fondu de deux points entre mai et juin, soit de 26 % à 24 %.
De plus, le taux d'insatisfaction du gouvernement libéral s'élève à 70 %, après s'être retrouvé en mai sous la barre des 70 % pour l'unique fois de l'année. «Cela fait 25 ans que je fais le métier, je n'ai jamais vu un gouvernement qui insatisfait la population aussi longtemps», affirme Jean-Marc Léger.
Le sondage Léger Marketing-Le Devoir a été effectué du 6 au 8 juin 2011, auprès de 1004 personnes âgées de 18 ans ou plus. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20. Le coup de sonde a été fait selon une méthodologie fiable et éprouvée. Tous les détails de la méthodologie se trouvent sur notre site Internet, ainsi que l'ensemble des questions et des résultats.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé