INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 356

Les normes en histoire (16/20)

Deux problèmes particuliers : celui du partage fédéral et la question de l’assimilation

Chronique de Bruno Deshaies


Séguin a dégagé le ressort principal de toute société − ressort aveugle au demeurant −, que l’annexion vient briser : la possibilité d’agir de sa propre autorité en déployant ses forces latentes, de se manifester comme cause première de son propre développement. Il conclut ici son examen du fédéralisme et aborde celui de l’assimilation.
Dans toute fédération, la nation minoritaire dans l’ensemble du pays mais majoritaire dans l’un des États constituants n’exerce que des pouvoirs d’ordre subalterne au lieu que la nation majoritaire de l’ensemble exerce, en sus de ceux-ci, des pouvoirs d’ordre éminent : ceux d’un État souverain.  L’opposition entre ces deux niveaux n’est pas horizontale mais verticale.
La distinction entre pouvoirs provinciaux et pouvoirs fédéraux en est une de nature, non de degrés.  La différence entre l’une et l’autre nation est conséquemment une différence de nature.  La répartition des pouvoirs la plus déterminante pour l’analyse est celle qui s’opère non pas entre les deux paliers mais entre la nation majeure et la nation mineure.
Cette hiérarchie n’est pas unidimensionnelle. Les membres de la nation majeure qui habitent le territoire de la nation mineure lui sont certes « subordonnés », mais cette infériorité, notons-le bien, se présente au niveau subalterne seulement  tandis que leur supériorité, elle, s’exprime au niveau suprême. Un tel chiasme, loin de l’infirmer, confirme au contraire la  relation hiérarchique entre la nation « fédérante » majoritaire et la nation minoritaire fédérée.  
Il est beaucoup plus tragique de devenir l’agent d’une nation étrangère que de n’en parler que la langue mais en œuvrant pour les siens d’abord. L’assimilation de l’agir précède l’autre, telle la cause son effet.  Mais de ce que l’assimilation à la langue et aux coutumes d’un autre peuple tarde à se réaliser on ne peut conclure à la suspension du processus.  S’il est habile, l’annexant se contentera d’intégrer en son sien l’agir de celui qu’il entend s’annexer, de le neutraliser en lui garantissant sa langue et ses institutions : c’est ce qu’avait compris vers 1824 un Britannique de Québec que Durham estimait «The  cleverest man in Lower Canada ».  Il est piquant, quand on sait que les  habitants de cette ville croient avoir « mis au pas » leurs Anglais, que ce soit l’un de ceux-ci qui ait eu raison de nous tous en 1840…
PARFONDOR
O O O

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 275 661

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé