« Le Sommet du renouveau »

Gouvernance, démocratie, promotion de la langue française et... environnement

XIIe Sommet de la Francophonie - Québec du 17 au 19 octobre 2008


Dépoussiérer l'image de la Francophonie. Voilà le leitmotiv des organisateurs du 12e Sommet de la Francophonie, qui réunira à Québec en octobre les dirigeants d'une soixantaine de pays et de gouvernements.
«Les préparatifs vont bon train, affirme Claire Deslongchamps, du ministère des Relations internationales du Québec. Cette année, on a voulu faire un peu moins classique en abordant des thèmes qui vont venir dynamiser l'organisation... L'objectif est de conclure le sommet avec un plan d'action concret et mesurable.»
Tous les deux ans, le Sommet de la Francophonie rassemble les dirigeants des États et gouvernements membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans le but faire rayonner le fait français dans le monde. Une soixantaine de chefs de gouvernement, près de 3000 délégués, plus de 1000 journalistes et environ 350 bénévoles sont attendus pour la 12e édition à Québec.
«Il n'y a jamais eu autant de chefs d'État et de diplomates en sol canadien», souligne Denis Ricard, directeur général au secrétariat d'organisation de l'événement. Pour l'homme qui a coordonné huit autres sommets, dont celui des Amériques, l'arrivée d'autant de visiteurs pose un défi supplémentaire au point de vue protocolaire et sécuritaire. «Mais ça ne me fait pas peur, on est tout à fait dans notre calendrier», précise-t-il.
De la langue à Kyoto
Cette année, trois enjeux seront à l'ordre du jour: la gouvernance et la démocratie, la promotion de la langue française et... l'environnement. «On a souvent tendance à associer la Francophonie à quelque chose de désuet, dit Claire Deslongchamps. Mais ça va beaucoup plus loin que la défense de la langue. On n'a qu'à penser au dossier de la diversité culturelle qui a été mis de l'avant par l'OIF. L'environnement est l'un des enjeux les plus importants de la planète et il touche tous les pays francophones.»
Les organisateurs planchent également à dynamiser le déroulement des rencontres qui se feront au Palais des Congrès entre le 17 et le 19 octobre. «Abdou Diouf, le secrétaire général de l'OIF, parle du Sommet de 2008 comme celui du renouveau. On veut donc que la formule soit plus concrète, plus accessible», affirme Claire Deslongchamps.
La programmation officielle de la rencontre sera votée par les gouvernements membres en avril. D'ici là, les 90 employés du secrétariat d'organisation travaillent surtout sur des questions logistiques. «Les 3000 délégués représentent à eux seuls 15 000 nuitées, explique Johanne Pelletier, porte-parole du secrétariat d'organisation. À l'heure actuelle, on se concentre surtout sur l'hébergement, les navettes, les fournisseurs... On s'attend à avoir 24 000 accrédités, donc le travail est colossal.»
Bien que le sommet se déroule dans la Belle Province, le Québec est en fait le co-hôte de l'événement avec le gouvernement fédéral, et partenaire avec celui du Nouveau-Brunswick. La contribution du gouvernement canadien se chiffre à près de 57 millions de dollars, celle du Québec à 16 millions et celle du Nouveau-Brunswick, à 75 000 $.
La tenue de la rencontre coïncide également avec le 400e anniversaire de la ville de Québec. «Québec est le berceau francophone de l'Amérique, affirme Claire Deslongchamps. C'était très intéressant pour nous de soumettre la candidature pour 2008. Le 400e est une belle occasion pour faire rayonner davantage le Québec sur la scène internationale et, du même coup, le fait français», conclut-elle.
Cameron, Daphné
Collaboratrice du Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé