CARNET DE CAMPAGNE (3)

Le parti Vert a dormi au gaz!

Un Parti vert qui n’a rien à dire sur le sport le plus polluant de la planète n’est pas vraiment un parti, mais une particule.

Spécial Élection Québec 2008



La course automobile représente vraiment tout ce qu’on trouve de méprisable dans le capitalisme sauvage : un pseudo sport que les multinationales utilisent à leur profit au détriment de l’écologie : pollution par les millions de dollars qu’on y investit, pollution par le bruit, pollution de l’air, pollution par un grand nombre de journalistes qui font des héros de ces conducteurs automobile dont le plus grand mérite est de gagner autant d’argent que ces chefs d’entreprise qui dilapident les avoirs de leurs actionnaires.
Jean Charest, les gens du Cirque du soleil et le maire de Montréal, qui ne cessent de se dire les champions de l’écologie, auraient englouti des dizaines de millions de dollars pour que le Grand Prix continue d’avoir lieu à Montréal. Au nom de quoi ? De retombées économiques, bien sûr ! Si ces gens-là n’avaient pas les doigts dans le nez, ils auraient compris depuis longtemps que ces dizaines de millions de dollars auraient pu et pourraient toujours être investis dans des manifestations festives qui, sans polluer, rapporteraient tout autant.
Ce qui ne cesse pas de m’étonner dans cette histoire, c’est que le Parti vert ait choisi de dormir au gaz plutôt que d’afficher ses couleurs. Un Parti vert qui n’a rien à dire sur le sport le plus polluant de la planète n’est pas vraiment un parti, mais une particule.
LE MEA CULPA DE MARIO DUMONT
Il faisait un peu pitié à entendre le Mario Dumont de ce dimanche 16 novembre devant ses partisans de Rivière-du-Loup : mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa ! Une confession de catholique à gros grains dont le prétendu repentir ne vaut même pas deux jours d’indulgence. Même si Mario Dumont montait à genoux les 400 marches de l’Oratoire Saint-Joseph, son incompétence est telle que même le frère André ne pourrait pas en faire un miraculé ! Et dire que Madame Dumont va maintenant se mettre à parler en faisant campagne avec son époux ! Le ridicule aura-t-il un jour une fin ?
LE MANQUE DE JUGEMENT DE PAULINE MAROIS
On savait depuis son élection à la tête du PQ que Pauline Marois ne jouit pas d’un jugement très sûr. Elle a d’abord voulu imposer le bilinguisme à tous les Québécois, puis elle a affirmé le plus sérieusement du monde qu’on devrait au Québec enseigner l’histoire…en anglais ! La présente campagne électorale ne fait que nous confirmer dans ce que nous savions déjà : d’invraisemblables promesses qui représentent plusieurs milliards de dollars… et nous n’en sommes même pas à la moitié du chemin. Rien d’autre que de l’irresponsabilité. Imaginez si Madame Marois se mettait à nous parler d’indépendance ! Dans quelle surréalité nous retrouverions-nous ? J’y pense : nous y sommes tout à fait dans l’irréalité : lorsque Madame Marois déclare que si c’était à refaire, elle les « couperait » encore les 1 400 médecins et les 4 000 infirmières qu’elle a mis à la porte quand elle était au gouvernement, les bras nous en tombent. Là, on ne parle plus de jugement pas très sûr, mais de pas de jugement… pantoute !
SUR JEAN-PIERRE RIOUX
Jean-Pierre Rioux, maire de Trois-Pistoles, se présente dans Rivière-du-Loup sous la bannière du Parti libéral. Il n’abandonne toutefois pas son poste de maire pour le cas qu’il perdrait ses élections. À défaut de pouvoir entrer au château, on sauvera au moins la maison et le salaire qui vient avec ! On a déjà connu des politiciens aux convictions… plus engageantes !
Faut dire que Monsieur Rioux représente ce qu’on déteste le plus chez certains de nos édiles municipaux : la culture, connaît pas ; la protection de l’environnement, quelle ridicule idée quand on peut percevoir des taxes en bâtissant là où il reste encore des espaces verts, de préférence face au fleuve ; le développement durable, une sottise encore, l’important n’étant pas que ça dure, mais que ça rapporte vite ; un plan véritable d’urbanisme et d’embellissement, quelle niaiserie quand on a de si beaux derrières de bungalows, première chose qu’on voit en entrant dans la ville ; quant à la grogne des citoyens par-devers l’administration de la ville, pourquoi pas un règlement bâillon qui leur interdit de la manifester sans d’abord faire courbette, la bouche en cul de poule ?
Et tout cela pour un endettement de plus en plus grand de la ville et des taxes municipales qui ne cessent de grimper !
Victor-Lévy Beaulieu

Candidat indépendantiste-indépendant

Comté de Rivière-du-Loup

1 (418) 851-8888

Vlb2000@ bellnet.ca

Site : [www.vlb candidat.org->www.vlb candidat.org]

Featured 5237d98cba169e3be9ae4314536f8eca

Victor-Lévy Beaulieu84 articles

  • 81 482

Victor-Lévy Beaulieu participe de la démesure des personnages qui habitent son œuvre. Autant de livres que d'années vécues, souligne-t-il à la blague, comme pour atténuer l'espèce de vertige que l'on peut éprouver devant une œuvre aussi imposante et singulière. Une bonne trentaine de romans, une douzaine d'essais et autant de pièces de théâtre ; des adaptations pour la télévision





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé