LIBRE OPINION

Le Bloc québécois doit faire croître les appuis à l’indépendance du Québec

2cacb20f2232dc6206b2d0f9a1f818b6

Un excellent rôle pour le Bloc qui pourra mettre en relief l'impact négatif des politiques fédérales au Québec (Bombardier, Davie, etc.)






Le chroniqueur Michel David nous livre, dans Le Devoir du mardi 7 février, une excellente analyse du débat qui entoure la candidature de la députée Martine Ouellet à la chefferie du Bloc québécois. Il souligne dans un premier temps que celle-ci « redonnera au Bloc une visibilité médiatique qu’il n’a pas eue depuis l’époque de Gilles Duceppe » et que la conjoncture des prochaines élections fédérales « pourrait bien se révéler favorable ». Personne, en effet, dans la classe politique ou chez les commentateurs, ne remet en doute l’impulsion que la députée de Vachon pourra donner à un parti indépendantiste déjà doté d’une solide équipe de 10 députés et d’un effectif qui dépasse au Québec ceux du Nouveau Parti démocratique et du Parti conservateur réunis. Cette victoire possible en 2019 doit en effet être la préoccupation principale de tous les indépendantistes et, plus largement, de tous ceux qui ont à coeur les intérêts du Québec et son avenir politique.


 

Michel David met toutefois le doigt sur le coeur d’une question qui semble inquiéter certains indépendantistes, bien au-delà de la prétendue difficulté pour un chef du Bloc québécois de siéger temporairement à Québec. Il s’agit de l’impact sur la dynamique interne du mouvement indépendantiste. En effet, l’élection de Jean-François Lisée comme chef du Parti québécois et le retour à une approche étapiste ont été largement acceptés par les membres du PQ. Cette approche sera-t-elle remise en question par un Bloc québécois dirigé par Martine Ouellet davantage centré sur la promotion de l’indépendance ?


 

Les indépendantistes « pressés », dont je suis (mais peut-on être trop « pressé » après 22 ans d’attente depuis 1995), sont évidemment déçus de l’orientation prise récemment par le Parti québécois. Toutefois, il ne saurait être question de mettre des bâtons dans les roues du nouveau chef, de quelque façon que ce soit. Les convictions indépendantistes de Jean-François Lisée ne peuvent être mises en doute, démontrées à plusieurs reprises dans le passé. Nous souhaitons, nous aussi, qu’une majorité d’indépendantistes soient élus à l’Assemblée nationale en 2018 et nous voulons contribuer à la convergence de tous les indépendantistes pour ce faire. C’est pourquoi certains d’entre nous ont d’ailleurs contribué à la création des Organisations unies pour l’indépendance (OUI), qui travaillent à cette nécessaire convergence.


 

Faire croître les appuis à l’indépendance


 

Disons-le clairement, l’objectif du Bloc québécois ne peut être de créer ou de renforcer une opposition au Parti québécois au sein du mouvement indépendantiste. L’objectif de Martine Ouellet et de ceux qui la soutiennent est de faire croître les appuis à l’indépendance au Québec. Pour cela, le débat démocratique doit se faire avec la population, autour d’une vision indépendantiste et d’une résistance active et systématique au régime canadien. Les jeunes du Québec et les membres des communautés culturelles doivent savoir pourquoi il faut sortir de ce régime déresponsabilisant, qui nous minorise, niant tous les jours nos valeurs environnementales, sociales et culturelles et nous empêchant de jouer à fond notre rôle international. Parce qu’il est le seul parti indépendantiste à Ottawa, le seul parti ayant comme unique intérêt de faire du Québec un pays, le Bloc québécois doit se donner comme mission principale de remettre en route le débat démocratique vers notre émancipation nationale comme peuple.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Squared

Gilbert Paquette67 articles

  • 93 395

Ex-ministre du Parti Québécois
_ Président des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO)

Gilbert Paquette est un chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur le téléapprentissage (CIRTA-LICEF), qu’il a fondé en 1992. Élu député de Rosemont à l’Assemblée nationale du Québec le 15 novembre 1976, réélu en 1981, Gilbert Paquette a occupé les fonctions de ministre de la Science et de la Technologie du Québec dans le gouvernement de René Lévesque. Il démissionne de son poste en compagnie de six autres ministres, le 26 novembre 1984, pour protester contre la stratégie du « beau risque » proposée par le premier ministre. Il quitte le caucus péquiste et complète son mandat comme député indépendant. Le 18 août 2005, Gilbert Paquette se porte candidat à la direction du Parti québécois. Il abandonne la course le 10 novembre, quelques jours à peine avant le vote et demande à ses partisans d’appuyer Pauline Marois. Il est actuellement président du Conseil d’administration des intellectuels pour la souveraineté (IPSO).





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé

-->