Le 19 août

Certaines choses n'ont pas changé. En 1942, cette majorité avait tort. Il en est de même aujourd'hui.

Une "guerre juste" pour sauver le monde.... - comme en Irak, au Liban, en Palestine, etc...



Le 19 août 2007, le soldat Simon Longtin est mort en Afghanistan, victime d'une bombe artisanale posée le long d'une route. Le destin a voulu que le jeune homme périsse 65 ans jour pour jour après le raid de Dieppe, un événement marquant de l'histoire militaire canadienne. La lecture des journaux d'août 1942 nous rappelle combien le Canada et le monde ont changé depuis. Toutefois, on constate aussi que certaines choses sont restées les mêmes.



Ce qui a changé: l'information. De nos jours, la nouvelle du décès d'un soldat se répand à la vitesse de l'éclair. En l'espace d'une heure, on sait tout de la victime: son âge, son lieu de naissance, ses rêves. La journée n'est pas terminée que ses amis, sa parenté, les politiciens ont tous commenté en direct le triste événement.
En 1942, le raid de Dieppe est d'abord présenté comme un triomphe. Il faut plusieurs jours pour que le lecteur comprenne, en lisant entre les lignes, que l'affaire fut rien de moins qu'une boucherie. Le nombre et le nom des victimes sont égrenés pendant un mois après le débarquement raté.
Ce qui a changé: l'envergure et la nature des affrontements armés. Certains commentateurs soutiennent que la seule mort du soldat Longtin pourrait affaiblir le soutien déjà famélique des Québécois pour la mission en Afghanistan. Cette mission est d'ailleurs vue par plusieurs comme une catastrophe: 67 morts en cinq ans. Or, à Dieppe, 913 Canadiens ont péri. En trois heures! Les sociétés occidentales ne tolèrent plus que leurs militaires soient sacrifiés par centaines. Comme quoi, malgré bien des horreurs, la civilisation progresse.
Ce qui a changé: contrairement à l'appui plutôt tiède que nous offrons aujourd'hui aux nôtres qui combattent en Afghanistan, la société canadienne-française de 1942 s'empresse de célébrer l'héroïsme de ceux qui ont participé à l'opération de Dieppe. « Le Canada est très fier de ses combattants «, affirme La Presse en éditorial. Il faut dire que les reportages, soumis à la censure, sont plus qu'élogieux. « Beaucoup des Fusiliers Mont-Royal sont restés sur les plages, raconte un journaliste. Personne ne sait avec certitude ceux qui ne reviendront jamais, ceux qui réapparaîtront. Tous se sont conduits en héros. On a vu l'aumônier courir d'un moribond à l'autre, sur la plage, pour administrer l'extrême-onction. «
Cela dit, on trouve des similitudes entre les deux époques. Bien que la Seconde Guerre mondiale et le conflit afghan soient évidemment d'une ampleur fort différente, le gouvernement défend de la même manière la nécessité du sacrifice des Canadiens. « Comparé aux coûts de l'expédition, il y a le droit des hommes, des femmes et des petits enfants à vivre en liberté «, déclare au lendemain du raid de Dieppe le ministre de la Défense J. L. Ralston. Ce-lui qui occupe ce poste au-jourd'hui, Peter MacKay, n'a pas dit autre chose en apprenant la mort de Simon Longtin.
Autre trait commun: la méfiance des Québécois francophones à l'égard des conflits armés. C'est ainsi qu'en 1942, beaucoup de Canadiens-français considèrent la guerre comme un conflit européen dans lequel le Canada a été entraîné à tort par l'Angleterre. De même, de nos jours, nombreux sont ceux convaincus qu'en Afghanistan, les Canadiens font la sale besogne de Washington. Comme si de tout temps, pour une majorité des Québécois, il ne saurait y avoir telle chose qu'une guerre juste.
Certaines choses n'ont pas changé. En 1942, cette majorité avait tort. Il en est de même aujourd'hui.
apratte@lapresse.ca

Featured e9ce29e1df8a56a11b26e68ffd733781

André Pratte876 articles

  • 262 191

[une chronique intitulée « Tout est pourri » (critique de Anne-Marie Gingras) ->http://books.google.fr/books?id=EZWguAMXAtsC&pg=PA27-IA27&lpg=PA27-IA27&dq=pratte+Tout+est+pourri&source=bl&ots=MUti9NTQuH&sig=h2zgJlLgOg844j5ejxnUl4zH2_s&hl=fr&sa=X&ei=73RrT8aQEqnh0QHuh4GyBg&ved=0CEEQ6AEwBQ#v=onepage&q=pratte%20Tout%20est%20pourri&f=false]

[Semaine après semaine, ce petit monsieur nous convie à la petitesse->http://www.pierrefalardeau.com/index.php?option=com_content&task=view&id=30&Itemid=2]. Notre statut de minoritaires braillards, il le célèbre, en fait la promotion, le porte comme un étendard avec des trémolos orwelliens : « La dépendance, c’est l’indépendance ». « La soumission, c’est la liberté ». « La provincialisation, c’est la vraie souveraineté ». « La petitesse, c’est la grandeur ». Pour lui, un demi-strapontin à l’Unesco est une immense victoire pour notre peuple. C’est la seule politique étrangère qu’il arrive à imaginer pour le peuple québécois. Mais cet intellectuel colonisé type n’est pas seul. Power Corp. et Radio-Cadenas en engagent à la poche.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    21 août 2007

    En 1939-1945, de même qu’en 1914-1918 et à la guerre de Boers, les canadiens français clamaient au Canada anglais et à la Grande-Bretagne pourquoi devraient-ils sacrifier leur vie pour défendre la liberté des autres alors que leurs propres droits et libertés n’étaient pas respectés chez eux.
    En est-il différent aujourd’hui ?

  • Archives de Vigile Répondre

    21 août 2007

    Chers journalistes , dont ti-proutte n’est que le pustule le plus dégoutant,

    J’ai vraiment l’impression que vous auriez avantage à vous informer, au moins un ti-peu, hors des médias corporatifs, juste pour constater que votre vision des choses n’est pas universelle ;) http://www.mondialisation.ca/

    Le visionnement du "Buying The War" de Bill Moyers me semble aussi un plancher !
    http://www.pbs.org/moyers/journal/btw/watch.html

    Même les potiches américaines en ont plein les bottes !
    Le président d’Afghanistan Hamid Karzai que la situation se détériore dans son pays. Il implore l’OTAN d’arrêter de tuer les civils afghans et affirme que l’Iran est une force positive dans la région !!!! http://www.iht.com/articles/2007/08/06/news/afghan.php et http://www.dailystar.com.lb/article.asp?edition_id=10&categ_id=2&article_id=84351
    C’est EXACTEMENT le contraire que nos médias nous rabâche en boucle depuis des lustres !!!???
    La corporatisation des conflits à des buts purement économiques est pourtant de plus en plus reconnue…
    Les bouquins de John Perkins, "Confessions of an Economic Hit Man" et "The Secret History of the American Empire" sont pourtant explicites !
    Tout autant que l’existence même de la guarde praetorienne Blackwater…
    BLACKWATER : THE SHADOW WAR
    http://video.google.com/videoplay?docid=-3589824849379942402

    Je vous sais intelligent, SVP extirpez-vous du cloaque médiatique québécois comme votre talent et votre statut de syndiqué vous le permet !
    Nouveau clip… Totally off Course
    http://www.youtube.com/watch?v=
    "A cynical, mercenary, demagogic press will produce in time a people as base as itself": Joseph Pulitzer
    "We are watching a poorly staged rendition of «Wag the Dog», interpreted for the morbidly stupid and performed by the criminally insane." - Jules Carlysle

  • Luc Bertrand Répondre

    21 août 2007

    "Certaines choses n’ont pas changé. En 1942, cette majorité avait tort. Il en est de même aujourd’hui." André Pratte
    Vigile a bien fait de resortir cet extrait de l'article d'André Pratte. C'est précisément lui qui fait toute la différence dans l'interprétation de l'écrit.
    La VRAIE question qu'il convient de poser est: De quelle majorité parle-t-il? L'opinion publique anglophone du Canada? L'opinion des québécois francophones? On sait que c'est la majorité "canadian" du ROC qui a forcé la majorité francophone au Québec à s'incliner et à se soumettre à la conscription en 1942. Idem en 2007, alors que c'est le Premier ministre de la nation anglophone majoritaire qui nous a demandé, à nous, province francophone majoritaire toujours inféodée à "l'autre", qui étions CONTRE le rôle militaire de l'intervention canadienne, de faire notre part "pour la liberté du monde" (!).
    Si Pratte signifiait la première interprétation, je dois lui tirer mon chapeau et le voir remonter dans mon estime. Sinon, il aura confirmé à nouveau pour qui il rend ses loyaux services.

  • Olivier Guinard Répondre

    21 août 2007

    Dans tous les cas, hier comme aujourd'hui, les Québecois ne se sont pas battus à leur compte mais à celui de leur colonisateur. Que celui-ci soit le roi d'Angleterre, un avare Texan, ou un Premier Ministre Albertain, cela n'a d'importance.
    Il est fort probable que l'attitude réfractaire des Québécois face aux conflits armés soit profondément boulversée lorsque ce sera le Québec qui parlera en son nom et en focntion de ses valeurs.
    Mais tant que les restes des Soldat Longtin et autres reviendront drapés d'une feuille d'érable, la résistance se poursuivra.
    N'en déplaise au riche faiseur d'opinion de La Presse.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    21 août 2007

    En 1942, la majorité avait tort, et aujourd'hui aussi. Qui est sûr d'avoir raison tout seul? André Pratte. C'est ça une "pratterie". Grâce à Vigile, pas besoin de payer la grosse presse pour le lire.