Laïcité: une publicité anglophone du Bloc québécois

A6e341dc0646959039c71e5d01ec365b

Un message envoyé au Canada anglais

(Ottawa) Le Bloc québécois lance une offensive publicitaire - en anglais s'il vous plaît, et dans la capitale fédérale - pour défendre sa position et celle du gouvernement du Québec en matière de laïcité.



La formation politique, qui reproche à Justin Trudeau son opposition au projet de loi québécois en cette matière, s'est payé une affiche publicitaire à Ottawa.


« Quebec knows what's right for Quebec. Thank you. » (« Le Québec sait ce qui est bon pour le Québec. Merci »), lit-on sur la pancarte, dont une photo a été publiée sur le compte Twitter du chef bloquiste Yves-François Blanchet.


« Justin Trudeau a besoin d'un message clair du Québec », a-t-il justifié en conférence de presse au parlement ce matin. L'affiche se trouve près d'un accès à l'autoroute 417, qui relie Ottawa à Montréal, a précisé le chef Blanchet.


 


En entrevue à La Presse, hier, il a imputé aux libéraux de Justin Trudeau une part de responsabilité dans le dérapage du maire de Hampstead, William Steinberg, lequel a été condamné avoir comparé le projet de loi 21 à une forme de « nettoyage ethnique ».


« Si le gouvernement Trudeau acceptait la décision et la légitimité de l'Assemblée nationale du Québec, les adversaires virulents de cette loi ne se sentiraient pas cautionnés par le gouvernement canadien », a offert M. Blanchet.


« Tant que le gouvernement canadien refusera de reconnaître la légitimité de Québec, bien il va se trouver à encourager ce genre de [propos-là] [...] », a-t-il insisté à l'autre bout du fil.


« Il faut que le gouvernement canadien, s'il veut mettre un terme à cet aspect malsain du débat, reconnaisse que le gouvernement du Québec est légitime et a autorité pour légiférer en matière de laïcité de l'État », a-t-il enchaîné.


« Dans le cas présent, les menaces du gouvernement canadien d'utiliser la Charte des droits contre Québec sont tout à fait inacceptables. C'est un mépris de la démocratie québécoise [...] », a ajouté M. Blanchet.


Le gouvernement libéral, en dépit des demandes répétées des bloquistes à la Chambre des communes, n'a pas encore dit ce qu'il comptait faire de la loi québécoise.