Laïcité et démocratie

913ae57ecfaba723d904a8ccd51a6374

La déclaration d'indépendance de 1838 a surtout été lue par un Américain qui voulait fonder une république bilingue pour l'annexer aux États-Unis


Dans un article publié par Le Devoir du 19 avril, des philosophes tentent de faire des leçons de morale en se réfugiant derrière des propos vagues sur ce qu’ils appellent les valeurs québécoises, eux qui dénonçaient il n’y a pas si longtemps l’appel aux valeurs québécoises dans le projet de loi sur la laïcité présenté par le gouvernement Marois. Au nom des beaux sentiments, ils font totalement abstraction de l’histoire de l’humanité et de celle du Québec en matière de laïcité. Ils oublient que ce sont les progrès de la raison qui, au Siècle des lumières, ont permis de renverser l’hégémonie des religions sur les sociétés. Ramenant la souveraineté du ciel sur la terre et confiant au peuple le pouvoir de faire les lois, la démocratie a institué de nouvelles règles de gouvernement fondées sur l’égalité des citoyens et sur la liberté de penser. L’idée de laïcité s’est progressivement imposée pour instituer la séparation entre l’Église et l’État et empêcher les religions de mettre les ressources des États au service de leurs ambitions prosélytiques. Le principe de souveraineté a aussi institué le citoyen, et non pas les chartes et les juges, comme source du pouvoir légitime.


La laïcité est consubstantielle à l’esprit républicain car elle rend possible, au-delà des différentes croyances religieuses, la participation à la chose publique. Elle empêche que les facteurs de division que sont les différences de croyances ne deviennent un obstacle à la coopération pour le bien commun. Si la conviction personnelle peut s’exprimer dans la vie privée, elle ne peut s’affirmer dans la sphère publique, car dès lors elle entrerait en conflit avec les convictions des autres et entraverait le sens de la communauté. Devant la diversité des croyances, la seule façon de rendre le vivre-ensemble constructif est de respecter toutes les différences, de les neutraliser en les reléguant à la vie privée.


Vouloir afficher sa croyance religieuse lorsqu’on est au service de l’État contrevient à l’esprit républicain et met en cause le principe de neutralité de ceux qui exercent le pouvoir au nom de l’ensemble des citoyens. Servir dans la fonction publique implique des devoirs, dont celui de ne pas exprimer de préférences quant à ses croyances politiques et religieuses. Ceux qui veulent à tout prix afficher leur foi dans l’exercice de fonctions publiques disent alors clairement qu’ils refusent de se soumettre au devoir de réserve et qu’ils accordent plus de valeur à leur appartenance religieuse qu’à leur appartenance à la collectivité, qu’ils privilégient le particulier au détriment de l’intérêt général. Ils indiquent qu’ils se soumettent à l’autorité de leur dieu avant de servir l’autorité du peuple. L’affichage ostentatoire de sa religion signifie qu’on refuse de reconnaître que la res publica est plus importante que les religions. C’est préférer Dieu à la démocratie.


Plus les sociétés sont diversifiées, plus la laïcité devient une nécessité incontournable pour assurer la concorde et la liberté des citoyens. La liberté religieuse doit être respectée, mais pas au détriment de la liberté des autres croyances et de celle des non-croyants. Tout citoyen a le droit de recevoir des services publics dans la sérénité sans être obligé de s’exposer à des croyances qu’il ne partage pas. Les intérêts particuliers doivent être harnachés par l’intérêt général.


Si la question de la laïcité se pose encore aujourd’hui au Québec, c’est parce que pendant longtemps, nous avons été soumis à la domination du colonialisme britannique et de son alliée l’Église catholique. Rappelons ici que la laïcité fut au coeur du projet de libération nationale des patriotes. La déclaration d’indépendance de 1838 prévoyait la dissolution des liens entre l’Église et l’État, l’article 4 se lisait ainsi : « Que toute union entre l’Église et l’État est par la présente dissoute… »


Mais, ce mouvement d’émancipation nationale fut bloqué par l’alliance du sabre et du goupillon qui nous a maintenus collectivement par la force des armes dans la dépendance politique, dans le sous-développement économique et dans les affres du cléricalisme. Ce n’est que récemment et progressivement que nous nous sommes libérés de la confusion des pouvoirs temporel et spirituel. Nous avons déconfessionnalisé les services publics, nous avons éliminé les signes religieux des écoles et des hôpitaux. Il n’est pas question de revenir en arrière, de régresser pour célébrer le multiculturalisme canadien. L’histoire d’un peuple doit s’inscrire dans ses institutions et se refléter dans les lois qui définissent les règles du vivre-ensemble. Telle est l’ambition du projet de loi 21.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.