La dette gonflera avant de diminuer

Par Rudy Le Cours

Budget Audet 2006


Le Québec bouclera son année financière la semaine prochaine avec les poches trouées par une dette totale de 118,2 milliards, soit 1,6 milliard de plus que l'an dernier.
L'an prochain, le trou s'agrandira encore, malgré le nouveau budget équilibré présenté hier par le ministre des Finances, Michel Audet, et malgré la création du Fonds des générations, conçu pour la réduire.
En fait, si Québec parvient à garder le cap sur le déficit zéro au cours des années à venir, ce n'est qu'en 2025 que la croissance du Fonds sera suffisante pour commencer à combler le trou de la dette.
D'ici là, le Fonds aura cependant contribué à ralentir son aggravation puisqu'il gonflera la valeur de l'actif de la province de quelque 30 milliards, selon les projections du ministère des Finances.
«La réduction de la dette ne doit pas prendre la forme d'un nouveau sacrifice, mais celle d'un nouveau bénéfice», a indiqué le ministre dans son discours.
Pour l'exercice 2006-2007, la dette augmentera encore de quelque 2,9 milliards, alors que le solde du nouveau Fonds à la fin de l'exercice sera de 74 millions.
«Ce n'est pas un Fonds des générations, c'est un fonds des illusions», a tonné François Legault, critique péquiste des questions financières, en rapprochant ces deux chiffres.
Ce fardeau accru vient de la part des profits d'Hydro-Québec versés en dividende au Trésor québécois et des investissements en immobilisations pour le développement et les travaux de réfection majeurs du réseau routier.
L'endettement créé par les investissements en immobilisations n'hypothèque pas l'avenir des Québécois comme celui créé par le financement des dépenses courantes, l'épicerie comme le veut le jargon financier.
Sur les 118,2 milliards de dette, plus des trois quarts sont le résultat de déficits accumulés pour financer les dépenses courantes. C'est cette portion qui représente un handicap pour l'avenir.
Réduire plutôt que rembourser
Pour limiter l'endettement et éventuellement le réduire, Québec avait plusieurs options. Il aurait pu par exemple faire comme Ottawa et créer une réserve pour éventualités qui, si elle n'est pas utilisée, est affectée au remboursement de la dette.
Comme l'équilibre budgétaire est très délicat et le fardeau fiscal déjà très élevé, cette option aurait supposé de nouvelles coupes dans les services ou de nouvelles taxes.
Québec aurait pu consacrer au remboursement de la dette le produit de la vente d'éléments d'actifs. Cette option n'est pas écartée, mais elle n'est pas le pilier sur lequel s'appuiera la stratégie de réduction de la dette.
Avec le Fonds des générations, Québec vise surtout à se doter d'un actif qui gonflera à terme plus vite que sa dette accumulée. Ses effets bénéfiques sont peu visibles à court terme.
En confiant à la Caisse de dépôt et placement la gestion de l'actif du Fonds, Québec fait le pari que le rendement sur les investissements sera supérieur au coût du service de sa dette. Au cours des 10 dernières années, le coût du service s'est élevé à 6,9 % alors que la Caisse a obtenu un rendement annuel moyen de 9,4 %.
Il serait donc plus rentable de faire fructifier le Fonds que de rembourser la dette au fur et à mesure que Québec collecte ses droits hydrauliques ou ses redevances sur l'eau.
" C'est le genre de plan qu'aurait proposé le Père Bougon, a ironisé pour sa part Mario Dumont, le chef de l'ADQ. Mieux vaut rembourser la dette que d'aller sur les marchés financiers avec de l'argent emprunté. "
La dette totale équivaut à 44 % de la richesse produite par le Québec, cette année, ce qu'on appelle son Produit intérieur brut. La moyenne canadienne est de 25 %. Avec le Fonds, Québec espère atteindre cette cible dans 20 ans et fait le pari que ce sera moins long qu'en ayant procédé par remboursements.
Réduire la dette, soit. Mais quand commencera-t-on à la rembourser?
Le ministre s'est montré évasif. Ce sera un choix tactique, au gré de la conjoncture. Les taux d'intérêt grimperont-ils très vite que le service de la dette s'amplifiera, alors Québec pourra exercer une ponction sur le Fonds pour faire un remboursement.
Québec fera-t-il un gain extraordinaire en privatisant un actif que son produit pourra aller soit dans le Fonds, soit au remboursement.
À terme, Québec croit pouvoir se dégager une marge de manoeuvre ainsi, s'il gagne son pari.
DETTE : L'ARGEMENT AU-DESSUS DE LA MOYENNE
En pourcentage du PIB
Alberta 0 %
Colombie-Britannique 9,0 %
Manitoba 16,5 %
Saskatchewan 19,1 %
Nouveau-Brunswick 20,1 %
Île-du-Prince-Édouard 26,1 %
Ontario 30,3 %
Terre-Neuve / Labrador 32,4 %
Nouvelle-Écosse 34,1 %
Québec 44,0 %
Source : Finances Québec


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé