La conférence de Rome échoue

«Est-ce qu'une vie humaine vaut moins au Liban qu'ailleurs?», demande le premier ministre libanais Fouad Siniora

Géopolitique du Proche-Orient



Les participants à la conférence internationale sur le Liban se sont contentés de voeux pieux hier en guise de conclusion de leur rencontre à Rome. Ils ont ainsi appelé à l'arrêt des violences entre Israël et le Hezbollah, et à la création d'une force multinationale d'interposition sous mandat de l'ONU. Mais un consensus n'a pu être trouvé sur une demande de cessez-le-feu immédiat et aucune décision concrète n'a été prise.
«Les participants ont exprimé leur détermination à oeuvrer immédiatement pour parvenir, avec la plus grande urgence, à un cessez-le-feu qui mette fin aux violences et hostilités actuelles, selon la déclaration finale de la conférence, qui réunissait 15 pays ainsi que l'Union européenne, l'ONU et la Banque mondiale, mais à laquelle Israël ne participait pas. Ce cessez-le-feu doit être durable et permanent.»
Nombre de délégations ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et sans conditions, a souligné le chef de la diplomatie italienne Massimo d'Alema. Mais «pour parvenir à cet objectif», il faut «faire pression sur toutes les parties concernées, directement ou indirectement», a-t-il noté. «Nous avons demandé à Israël la plus grande retenue», en vue d'épargner civils et infrastructures, a ajouté M. D'Alema, en expliquant aussi que les participants avaient convenu de la nécessité de déployer une force internationale dans le sud du Liban sous mandat des Nations unies.
Présent à Rome, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a quant à lui adopté un ton plus ferme. Il notamment plaidé pour un cessez-le-feu immédiat, demandant l'arrêt des tirs du Hezbollah sur le nord d'Israël et la fin de l'offensive israélienne au pays du Cèdre.
Il a également réclamé l'application de la résolution 1559 de l'ONU, stipulant que «toutes les milices libanaises et non libanaises soient dissoutes et désarmées».
Selon le communiqué final de la conférence, les participants promettent aussi d'«oeuvrer en partenariat avec la communauté internationale pour apporter une aide humanitaire immédiate au peuple libanais», se disant préoccupés par les souffrances subies par les civils. Le texte affirme également que «la condition fondamentale pour une sécurité durable au Liban» est que le gouvernement puisse exercer pleinement «son autorité sur l'ensemble de son territoire».
La secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice, qui présidait la rencontre, a réaffirmé qu'un cessez-le-feu devait être «durable» et qu'il n'était pas possible de «revenir au "statu quo"» antérieur. Des propos qui illustrent le soutien de Washington à Israël, pour qui la priorité est le désarmement du Hezbollah ou au moins son expulsion de la zone frontalière. Cette position a placé les États-Unis et également la Grande-Bretagne en porte-à-faux avec la plupart des autres pays à la conférence, qui demandaient au préalable l'arrêt des opérations militaires israéliennes.
Mme Rice a précisé que le mandat de la force internationale envisagée serait discuté au cours des «prochains jours». «Nous avons demandé que ces réunions se tiennent sans délai pour que cette force puisse être constituée», a-t-elle dit.
Israël poursuivi
Le premier ministre libanais, Fouad Siniora, a affirmé de son côté que son pays engagerait une action contre Israël et exigerait une indemnisation pour les «destructions barbares» subies par sa population. «Israël ne peut indéfiniment faire fi du droit international. Il faut qu'on le fasse payer et nous allons entamer des procédures et ne rien négliger pour contraindre Israël à indemniser le peuple libanais pour les destructions barbares qu'il a infligées et continue de nous infliger», a-t-il soutenu.
«La valeur des êtres humains au Liban est-elle inférieure à celle des êtres humains ailleurs? Sommes-nous les enfants d'un Dieu inférieur? Une larme d'Israël a-t-elle davantage de valeur qu'une goutte de sang libanais?», s'est interrogé le chef du gouvernement libanais. Lors d'une conférence de presse à l'issue des discussions, M. Siniora a dit que l'on ne pourrait parvenir à la paix au Proche-Orient que si Israël et les pays arabes s'efforçaient ensemble de mettre fin à la violence. «Ces dernières années, les opérations israéliennes ont-elles apporté la sécurité et la sûreté à Israël?», a demandé le dirigeant libanais. «Absolument pas.»
Journée sanglante
Pour Tsahal, pas question de cesser les frappes meurtrières, qui ont déjà fait au moins 375 victimes civiles du côté libanais. Mais «l'opération ne durera pas des mois, même si elle se poursuit plus longtemps que nous ne l'avions prévu», a affirmé hier le premier ministre israélien Éhoud Olmert. Toutefois, a-t-il ajouté, «je n'ai pas l'intention de dire quand nous stopperons l'opération».
Hier, l'armée israélienne a par ailleurs subi de lourdes pertes dans des affrontements contre des combattants du Hezbollah à Bint Jbeil au Sud-Liban. Neuf soldats ont été tués et 25 blessés dans ces combats, selon un porte-parole de l'armée. Au cours de ces opérations, où sont engagées des unités de deux régiments d'infanterie d'élite appuyées par des blindés et l'aviation, les militaires ont notamment «détruit des infrastructures diverses, des postes de communication, et saisi d'importants matériels du point de vue du renseignement», a indiqué une porte-parole de Tsahal.
Des affrontements ont également eu lieu plus à l'est dans le secteur de Maroun al-Ras, tout près de la frontière avec Israël, faisant des blessés dans les rangs israéliens, selon une porte-parole de l'armée israélienne. Depuis le 12 juillet, début de l'offensive israélienne, 50 Israéliens ont été tués dont 18 civils et 32 militaires.
Selon un responsable militaire israélien, au moins 30 miliciens du Hezbollah ont été tués dans les combats hier. Le Parti de Dieu n'a pas annoncé de pertes, et a reconnu seulement 19 morts dans les quatre jours de combats autour de la ville. Le Hezbollah a aussi tiré 119 roquettes sur le nord d'Israël, l'un des barrages les plus intenses depuis le début de l'offensive, faisant au moins 31 blessés et des dégâts.
Un premier convoi d'aide humanitaire destinée aux enfants du Sud-Liban est aussi arrivé hier dans la ville de Tyr, a annoncé l'UNICEF dans un communiqué. Le convoi a acheminé une cargaison de 40 tonnes de matériel de première nécessité - dont des tablettes de purification d'eau, du savon et autres produits d'hygiène - destinée aux dizaines de milliers d'enfants déplacés à la suite de l'escalade de violence dans cette région, indique le communiqué. «Il est urgent que nous puissions accéder à ces enfants avec cette aide d'urgence et ces approvisionnements alors qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort», souligne le communiqué.
Avec l'Agence France-Presse, Associated Press et Reuters


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé