La Cité-État

496368d313aa3a0a73d44a9dbac555b2

C'est l'immigration massive qui pousse Montréal à se dénationaliser : la démographie c'est le destin !


Tout le monde convient que la vie à Montréal est différente de ce qu’elle est en région et que la population y est plus diversifiée, mais on pourrait dire la même chose de toutes les grandes villes du monde. ?Le gouvernement Couillard a d’ailleurs reconnu les besoins spécifiques de Montréal en septembre 2017 en lui accordant officiellement le statut de métropole du Québec, qui lui permet notamment d’adopter des programmes d’aide aux entreprises et de soutien à des projets d’envergure.


Il ne s’agit cependant pas d’une Cité-État qui pourrait définir des règles du vivre-ensemble qui ne s’appliqueraient qu’à elle, comme le conseil municipal a été unanime à le réclamer. Le statut de métropole ne comporte pas que des avantages. Cela impose aussi des responsabilités, notamment celle de contribuer à la préservation de l’identité du Québec tout entier, même si certains donnent parfois l’impression de vouloir s’en séparer.


Il est vrai que les effets du projet de loi 21 vont se faire sentir principalement à Montréal, mais c’était aussi le cas de la loi 101. Si Montréal avait été exemptée de son application, elle aurait été sans objet. D’ailleurs, si la métropole avait été aussi française que Québec ou Rimouski, personne n’aurait senti le besoin de légiférer.


Si on reconnaissait à Montréal le droit à la différence en matière de laïcité, au nom de quoi lui refuserait-on un droit analogue en matière de langue, comme on l’a déjà réclamé ? Plus de 40 ans après l’adoption de la Charte de la langue française, plusieurs y voient encore une violation de leurs droits fondamentaux.


Au rythme où progresse le bilinguisme, l’autoriser officiellement se traduirait par une anglicisation systématique qui aurait des répercussions dans l’ensemble du Québec. Malgré la protection offerte par la loi 101, le français recule sans cesse, comme l’Office québécois de la langue française (OQLF) l’a encore constaté dans son récent rapport.


 

 

Le libre choix en matière de signes religieux n’aurait évidemment pas le même impact sur l’identité québécoise que le libre choix en matière de langue, mais le fossé entre Montréal et le reste du Québec est déjà suffisamment profond sans le creuser davantage.


On peut également penser qu’une laïcité à deux vitesses constituerait un obstacle additionnel à la régionalisation de l’immigration que tout le monde dit souhaiter. La réticence des nouveaux arrivants à s’éloigner de la métropole augmenterait inévitablement.


Tant qu’ils ne prônent pas la désobéissance civile, les élus municipaux ont parfaitement le droit de s’opposer au projet de loi 21 et ils auront tout le loisir d’expliquer leur point de vue en commission parlementaire. On comprend très bien qu’il ne correspond pas à la vision multiculturaliste de la mairesse Plante et du chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville, Lionel Perez, mais ses conséquences sur les employés actuels de la Ville seraient minimes. Il n’y a actuellement aucun policier qui porte de signes religieux, et cela ne devrait pas poser de problème de recrutement dans le futur. D’ailleurs, la Fraternité des policiers appuie le projet. Les enseignants, qui seraient les plus touchés, relèvent des commissions scolaires.


 

 

Peu importent les circonstances ou le parti dont il est issu, aucun gouvernement ne pourrait accepter qu’une partie du territoire québécois échappe à l’application de la loi, à plus forte raison si près de la moitié de la population y habite.


Il est vrai que le gouvernement Legault ne risque pas de déplaire aux électeurs caquistes en tenant la dragée haute à la métropole. À entendre les explications du ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, on a même l’impression que le projet de loi 21 a été présenté simplement parce que la CAQ en avait fait la promesse. On aimerait l’entendre expliquer à l’occasion sur quelle base philosophique il s’appuie.


Le PQ sait aussi qu’en appuyant le gouvernement, il traduit la volonté de sa propre base, dont l’essentiel est maintenant en région. En revanche, la clientèle du PLQ est au moins aussi opposée à l’interdiction des signes religieux que peut l’être celle de Projet Montréal, ce qui ne l’a pas empêché d’écarter de façon catégorique toute idée de faire une exception pour la métropole. « Quand on parle des lois, ça s’applique partout », a tranché sa porte-parole, Hélène David, qui a fait preuve de responsabilité depuis le tout début du débat.


On aurait souhaité entendre les porte-parole de Québec solidaire défendre aussi explicitement la portée universelle de la loi, mais sa position sur l’octroi d’un statut particulier à Montréal paraît aussi ambiguë que son rejet du recours à la désobéissance civile. D’une fois à l’autre, c’est comme si QS voulait démontrer qu’il n’est pas prêt à gouverner.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.