Lettre à Pierre-Karl Péladeau

Jaser pour jaser

8a806341590ce76da817a19e2f3b249a

La leçon

(Lettre à Pierre-Karl Péladeau)
Même si je vous appuie vigoureusement, cher, très cher Pierre-Karl Péladeau, ce n’est pas pour moi une raison de m’abstenir de vous critiquer vertement, quand vous jugez bon de tirer sur tout ce qui bouge. Je fais ici référence, bien sûr, à votre déclaration sur la non pertinence du Bloc québécois, autant qu’à votre rétractation sur le même sujet.
En fait, cette bourde me sert de prétexte pour vous donner un conseil qui, contrairement à ceux de Bernard Landry et autres parties prenantes du pouvoir, n’a rien d’intéressé. Je ne suis pas politicienne, ne l’ai jamais été et ne le deviendrai jamais. C’est ma fierté, celle qui me permet aujourd’hui de vous apostropher en toute liberté, celle de la militante.
Taisez-vous quand vous n’avez rien à dire qui ne relève pas directement de votre propre engagement, basé avec intelligence et justesse sur votre rupture d’avec les anciens schémas des objectifs et des stratégies péquistes et bloquistes.
Votre indépendantisme jouit de la force de votre indépendance. Vous devez protéger celle-ci qui est garante du succès des luttes menées au nom de celui-là.
Dégagez-vous radicalement des personnes et des idées qui sournoisement risquent d’envahir votre manière inédite de considérer notre lutte, comme une véritable voie d’accès à la liberté de dire «merde» à l’ennemi, aussi bien qu’aux supposés amis, ces innombrables colonisés ataviquement prêts aux pires compromis, par manque d’audace.
Bref, monsieur Péladeau, vous qui avez été jusqu’à maintenant un homme de décision et d’action, qui savez comme personne que toute parole n’a de pouvoir qu’appuyé sur le socle de la puissance, je vous invite ardemment à décider de ne pas jaser pour jaser. Ce qui entraverait inévitablement votre liberté quand vous arriverez au pouvoir, puisque aussi bien, on exerce le pouvoir selon la manière dont on l’a pris.
D’une militante qui met un énorme espoir en vous.
Andrée Ferretti

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 113 102

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé