Regards sur une Amérique qui fascine

J'aime et je hais les États-Unis d'Amérique

17. Actualité archives 2007

Sixième texte d'une série de huit
Enfant, lorsque nous nous répartissions les rôles, je prenais toujours celui de l'«Indien, du perdant, espérant, du moins au plan du jeu, transformer l'éternel vaincu en vainqueur. Pourquoi? C'était instinctif. Je n'en savais rien et je n'en sais guère davantage aujourd'hui, même si je continue de me situer intellectuellement et politiquement avec ceux d'en bas, avec ceux qui résistent à la domination et à l'exploitation de ceux d'en haut.
J'ai adhéré à la révolte des ghettos noirs des États-Unis d'Amérique (É-U) dans les années 60 et à la lutte des Black Panthers pour les organiser. La répression a été foudroyante. Les dirigeants de ce parti, comme Malcolm X, ont été abattus à vue par la police.
Les Étatsuniens, qui ont conquis leur espace en détruisant les peuples aborigènes et se sont entretués durant une longue et meurtrière guerre civile, n'ont jamais lésiné devant l'emploi de la force policière ou militaire contre tous les opposants: Noirs, Amérindiens (massacre de Wounded Knee), syndicalistes... Les longues négociations de Kanawake auraient été impossibles aux États-Unis: les fusils auraient parlé.
Pour rétablir l'ordre, les É-U n'ont pas utilisé la seule répression contre les Noirs. Éclairés par des sociologues, ils ont créé une élite noire à travers une politique d'intégration qui assurait sa présence, entre autres, dans les médias. Mais cette nouvelle élite ne vit plus dans les ghettos dont la situation n'a guère changé, sauf en pire, la masse étant dorénavant coupée de ceux qui auraient pu être ses intellectuels organiques.
Le racisme est présent au Québec et au Canada, et s'étend avec la progression du pourcentage de non-Blancs. La proportion des Amérindiens dans les prisons canadiennes est comparable à celle des Noirs aux É-U. Nous devons être vigilants et observer chez nous ce que nous ne devrions pas ignorer chez nos voisins du Sud.
J'aime Dos Passos qui m'a fait connaître une autre Amérique, celle des ouvriers en lutte contre les bourgeois, celle des pauvres confrontés aux riches, celle des révoltés qui refusent de suivre le chemin des arrivistes. Cette grande fresque de la vie d'Étatsuniens couvre le début du XXe siècle (42e parallèle), l'après-guerre (L'an premier du siècle) et la grande crise des années 30 (La grosse galette). On s'aperçoit alors que le Québec et le Canada ne sont pas si différents de leur voisin ou plutôt qu'ils suivent le même parcours avec un certain décalage.
L'hyperpuissance américaine
Tous les empires ne se valent pas. Je préfère l'empire américain à celui que constituait l'Union soviétique ou à celui qu'aurait institué l'Allemagne nazie si elle avait vaincu. L'impérialisme américain a joué un rôle déterminant dans la défaite de ces deux derniers et le plan Marshall, que détestait «le petit père des peuples», a heureusement freiné l'expansion soviétique. Mais les États-Unis défendent partout leurs intérêts, supportent les États dictatoriaux lorsque ceux-ci font leur affaire et y interviennent au nom de la liberté et de la démocratie lorsqu'ils contrecarrent leurs intérêts.
Aussi, il est totalement erroné d'affirmer que la nature de l'impérialisme américain aurait changé avec Georges W. Bush, que de bienveillante elle serait devenue malveillante: l'impérialisme américain a toujours été bienveillant à l'égard de ses propres intérêts. Derrière l'intervention en Irak, c'est le pétrole et la défense de ses intérêts géopolitiques qui reposent, au Moyen-Orient, sur la défense de l'État israélien. Pour obtenir le consentement de la majorité de la population étatsunienne, Georges W. Bush (avec son petit copain Blair) a outrageusement menti: il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak; le dictateur laïc Hussein n'était pas l'ami de l'intégriste islamiste Ben Laden.
Le 11 septembre 2001
Certains affirment qu'il faut choisir, depuis le 11 septembre 2001, entre l'intégrisme islamiste et la démocratie américaine: le choix n'est pas si simple.
Les attentats du 11 septembre ne constituaient pas, en droit international, des actes de guerre, ceux-ci ne pouvant être menés que par des États. Mais la bande de Ben Laden était si étroitement associée à l'État des Talibans que ses actes terroristes constituaient de fait des actes de guerre de cet État.
Il aurait été plus facile de ne pas se prononcer, mais il faut refuser cette lâcheté intellectuelle. Nous étions tous concernés, comme nous devrions l'être par les guerres qui se passent loin de chez nous. Et dans ce conflit, j'étais du côté des Étatsuniens.
Je suis et demeure critique des É-U, mais je choisis la liberté, l'égalité devant la loi et la démocratie représentative que cet État véhicule, du moins au plan des principes et des règles auxquels il déclare se soumettre, contre l'inégalité entre l'homme et la femme ainsi que contre l'État théocratique soutenu par les Talibans et les disciples de Ben Laden. Je critique la modernité, mais j'opte pour celle-ci contre toute réaction intégriste.
Je suis pour les Américains et contre la bande de Ben Laden et les Talibans. Mais même si la riposte armée était nécessaire - ce dont je ne suis pas convaincu -, elle demeure insuffisante. La violence engendre la violence et, pour briser ce cycle infernal, il faut chercher à comprendre les raisons qui amènent tant de jeunes musulmans à s'identifier à Ben Laden et à en faire un héros, puis y répondre pratiquement.
Israël est une de ces raisons fondamentales, il faut le reconnaître. L'holocauste est le fait de l'Occident chrétien et non celui des musulmans qui, jusqu'à la création de l'État d'Israël, vivaient en assez bonne harmonie avec les communautés juives de leur pays. L'Occident, coupable de l'holocauste, règle son problème juif et se donne bonne conscience en favorisant l'immigration de Juifs en Palestine. L'Angleterre, la France puis les É-U appuient politiquement et militairement cette conquête sioniste de la Palestine dont le peuple juif avait été chassé, il y a 2000 ans, par l'Empire romain. Mais sur ces terres, conquises économiquement et militairement par des juifs, vivaient depuis des siècles des Arabes musulmans qui furent bannis et contraints à l'exil.
L'injustice est toujours une réponse inadéquate à l'injustice. Après plus de 50 ans d'existence, on ne peut régler le problème palestinien en jetant les Israéliens à la mer. Mais les Occidentaux, qui ont créé le problème israélien, devraient intervenir activement pour que soient trouvées et appliquées des solutions durables et respectueuses de la dignité de chaque peuple, au lieu de se déculpabiliser de l'holocauste, en appuyant mécaniquement l'État d'Israël.
Enfin, il faut comprendre ces millions de jeunes Arabes musulmans qui sont fascinés par notre bien-être sans pouvoir y accéder et en même temps choqués, voire scandalisés, par notre individualisme qui entraîne le bris des divers liens communautaires. Ces jeunes vivent souvent dans des sociétés dont le développement économique est bloqué par des classes dirigeantes parasites et corrompues. Or ces classes ont obtenu la protection des pays occidentaux, en échange de leur appui dans la lutte contre les pays communistes, et elles conserveront cette protection en se rangeant dans le camp de la lutte antiterroriste.
Ces jeunes désespérés deviennent une proie facile pour les intégristes qui leur promettent le Paradis s'ils combattent contre l'Occident, dont la prospérité séduisante leur est refusée et dont ils craignent l'immoralité.
Une question de culture
Mon père, ouvrier, abhorrait le cinéma français, où «on parlait tout le temps», et lui préférait le cinéma américain féru d'action. Intellectuel, je préfère le cinéma qui me questionne et, au sein de celui-ci, j'ai un faible pour le cinéma québécois qui me ressemble davantage.
Je n'aime pas Céline Dion, malgré sa magnifique voix. Son nom et son origine ne sauraient masquer qu'elle est une copie conforme des grandes stars américaines auxquelles je préfère Richard Desjardins, Robert Charlebois, Leonard Cohen, Bob Dylan, Jacques Brel... Je comprends l'adoration du peuple québécois pour cette fille d'un chez-nous profond, mais le génie se trouve plutôt chez son promoteur de mari, un certain René Angelil.
Ma fille adore Walt Disney dont je juge la culture mièvre et à l'eau de rose. Je préfère la féerie du Cirque du Soleil développée par cet autre génie, Guy Laliberté. Mais ce Cirque est peut-être le Walt Disney postmoderne: on nous en met plein la vue et les oreilles de telle sorte que nous en sortons éblouis et enchantés, malgré l'absence de tout contenu.
Je déteste la cuisine américaine, héritière de la cuisine anglaise dont les trois plats fétiches sont le fade fish and chips, le roastbeef trop cuit et l'opulent plum-pouding. J'aime la cuisine française qui s'est inspirée à la Renaissance de la cuisine italienne. J'adore la cuisine chinoise, sa diversité et sa grande subtilité qu'on ne peut malheureusement guère apprécier à sa juste valeur hors de Chine.
J'adore le football américain dont le calque canadien me fait rêver d'habiter aux É-U. Je n'aime pas le baseball: même jeune, je m'ennuyais lorsque je parcourais le champ.
Je ne désire pas l'éradication de l'industrie du divertissement. Je comprends qu'épuisés, après une journée de travail de huit heures, beaucoup cherchent à s'évader pour oublier qu'ils perdent leur vie en la gagnant. Je suis toutefois opposé à la tendance de tout réduire au divertissement, y compris l'information. Je lutte pour que la culture québécoise, aussi mineure soit-elle, puisse s'affirmer au cinéma, au théâtre, en littérature... contre et malgré l'hégémonie écrasante du géant étatsunien.
Bref, je juge les Étatsuniens avec les mêmes critères que je le fais pour les Canadiens et les Québécois, quoique j'avoue une certaine complaisance envers ces derniers. J'aime ceux qui luttent pour la liberté, l'égalité, la solidarité et le respect de l'environnement. J'abhorre ceux qui justifient l'oppression et l'exploitation, je déteste les cyniques qui les éternisent et méprise les indifférents. J'aime et je hais les États-Unis d'Amérique.
Jean-Marc Piotte : Professeur au département de science politique de l'Université du Québec à Montréal


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé