François Legault inquiète les anglophones

F8dfdf52eb8d75a83013cb57624b7ea6

Les Anglais paniquent après 15 ans de régime libéral qu'ils nous ont imposé


« C’est un climat très très inquiétant. » Plusieurs membres influents de la communauté anglophone dénoncent des relations difficiles avec un gouvernement Legault jugé « déconnecté ». Au coeur du problème : un manque de sensibilité de Québec envers les minorités, disent-ils.


Loi sur la laïcité, transfert de deux écoles de la Commission scolaire English-Montréal dans le réseau francophone, abolition annoncée des commissions scolaires : la communauté anglophone a trouvé en neuf mois de gouvernance caquiste de nombreux dossiers litigieux qui auront des ramifications juridiques articulées autour des droits de la communauté linguistique minoritaire.


Les inquiétudes sont vives et traduisent un manque de confiance important envers le gouvernement Legault, selon les intervenants contactés cette semaine par Le Devoir. « Absolument », répond Geoffrey Chambers, président du Quebec Community Groups Network (QCGN). C’est lui qui évoque un climat « très très » préoccupant.



On ne peut pas assujettir les droits des minorités à un sondage




« Nos acquis dans la communauté sont à risque », estime celui qui vient de signer une entente de collaboration avec des organismes franco-ontariens et acadiens pour établir un rapport de force plus grand en matière de défense des droits linguistiques. « Je ne pense pas que le gouvernement a un programme politique contre la communauté. Ce n’est pas ciblé contre nous. Mais nous sommes toujours une victime collatérale. »


Selon M. Chambers, cela traduit un problème fondamental avec le gouvernement Legault. « Ils sont ignorants des droits de la communauté [anglophone] et ce n’est pas une priorité pour eux. Quand leurs priorités politiques vont à l’envers de nos intérêts, ils s’en foutent un peu. »


La force de la majorité


« C’est un gouvernement qui gère en disant : “Nous avons un sondage qui indique que nos gestes sont populaires”, ajoute Geoffrey Kelley. Mais ça fait souvent fi du droit des minorités. »


L’ancien ministre libéral préside une nouvelle alliance provinciale d’une quarantaine d’organismes communautaires représentant les Québécois d’expression anglaise et unis pour défendre les commissions scolaires (APPELE-Québec).


« On ne peut pas assujettir les droits des minorités à un sondage », soutient M. Kelley. « Au Québec ou ailleurs, la volonté de la majorité va souvent à l’encontre de celle des minorités : c’est pourquoi on doit bâtir des droits pour protéger ces minorités contre les humeurs de la majorité. » Geoffrey Kelley estime ainsi que « ce gouvernement devra démontrer une meilleure compréhension du principe de ce que sont les droits des minorités ».




Écart

 

L’écho est similaire auprès de Russell Copeman, directeur général de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec. « Il y a manifestement une différence d’opinions marquée entre les organismes de la communauté et le gouvernement », indique-t-il.


« On communique assez aisément, la réponse est polie, on écoute… mais il n’y a aucun ajustement, ajoute M. Copeman. Et c’est là que le bât blesse : on exprime nos préoccupations, le gouvernement prend note et c’est tout. Entre le début et la fin du processus, il n’y a pas de changement. »


Pour le chercheur Jack Jedwab (Association d’études canadiennes), observateur attentif des relations entre les communautés anglophones et francophones depuis une trentaine d’années, la situation actuelle révèle des « frictions importantes ».


« Je sens qu’il y a chez François Legault de la bonne volonté pour toucher la communauté anglophone, mais dans le message, il y a déconnexion » avec les priorités des anglophones.


« C’est à la fois un problème sur les questions de fond et sur la manière de mener le dialogue », pense-t-il en évoquant, lui aussi, le réflexe du gouvernement de justifier par l’appui de la majorité des décisions affectant surtout les minorités.


« Il y a de gros malentendus, et il semble que ça va se régler par des processus judiciaires. Ce n’est certainement pas la meilleure solution pour ce genre de situation. »


Québec tempère


Joint vendredi, Christopher Skeete — adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise — ne nie pas qu’il y a des tensions, mais il estime que « les relations avec la communauté vont, somme toute, bien ».


« Il ne faut pas croire que la communauté est un bloc monolithique où tout le monde pense de la même façon », soutient celui qui est en charge du secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise. « C’est plus compliqué que cela. »


Il y aurait donc décalage entre le discours des dirigeants d’organismes et les préoccupations des anglophones ? « Je peux le garantir », répond le député Skeete, qui avait fustigé le président du QCGN dans un communiqué en mai et qui assure « qu’au-delà de QCGN, nous avons obtenu des échos positifs de la part d’autres organismes de la communauté ».


Selon M. Skeete, deux éléments brouillent les perceptions. « Le Québec sort d’un cycle de 50 ans où les Québécois d’expression anglaise se sentaient menacés par la possibilité d’un Québec indépendant. Il y a encore des membres dans la communauté qui sont dans cette bataille, même si nous ne sommes plus là. »


Au-delà de cette méfiance envers un gouvernement prônant tout de même un fort nationalisme, il y a aussi les habitudes, ajoute le député. « Les libéraux ont été là pendant près de 15 ans, la communauté était habituée à un certain style de gouvernement. »


Filière libérale


La Coalition avenir Québec a activement courtisé les anglophones avant les dernières élections. Dans une publicité diffusée en 2017, on entendait notamment François Legault inviter les anglophones « tannés d’être pris pour acquis par les libéraux » à se joindre aux caquistes.


Mais le parti a-t-il assez de contacts auprès de cette communauté ? En octobre, le Parti libéral a remporté la victoire dans 27 des 28 circonscriptions ayant la plus forte proportion d’électeurs non francophones. La filière libérale demeure puissante dans la communauté : Geoffrey Chambers (ex-vice-président anglophone du Parti libéral du Québec) et MM. Kelley et Copeman (longtemps députés libéraux à Québec) ont de profondes racines dans ce parti.


Christopher Skeete dit qu’il est « un peu simpliste de penser que ça prend des Anglais [au sein du gouvernement] pour montrer que cette minorité est considérée ». Il affirme qu’il travaille activement à bâtir des liens avec la communauté, et que la réponse du milieu communautaire est notamment très bonne. « Mais c’est sûr qu’il y a certains différends. »









LE COURRIER DE LA COLLINE


Nouvelle infolettre


Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.