Duvalier et ses trois complices

On est en train de réunir tous les ingrédients pour un affrontement inter-haïtien et assurer ainsi la pérennité du régime pro-capitaliste

Haïti - l'indécente dictature

La visite inattendue de l’ancien dictateur Bébé Doc Duvalier à Haïti aurait pris tout le monde par surprise, est-ce si vrai que cela? C’est peut-être vrai pour la population en général et les Haïtiens en particulier. Mais certainement pas pour les trois grands complices dont il a su s’entourer.
Depuis quelques mois, ici et là sur les murs de Port-au-Prince, des graffitis réclamaient le retour de l'ancien dictateur. Je me demande si la main complice du président René Préval ne se cache pas derrière cette manipulation et ce retour planifié du dictateur? Il est rentré au pays comme si rien n’était, en citoyen libre. La limousine, les médias, le chic hôtel Karibe de Pétionville et un centaine de partisans l’attendaient avec drapeaux et slogans. René Préval voyant le pouvoir lui glisser entre les mains, décide de créer la diversion et même le chaos pour assurer la survie de son régime.

Son autre complice, c’est la France. Bébé Doc Duvalier, de son exil n’a pas traversé la France à pieds, ni traverser l’Atlantique à la nage. Tous ses papiers étaient en règle? Il a passé tous les contrôles de sécurité en homme libre, même si Amnistie internationale et Humann Rights Watch réclament depuis toujours qu’il soit traduit en justice. Son père et lui auraient violé les droits humains à une grande échelle, (entre 30 mille et 50 mille morts emprisonnés et torturés) les rendant responsables de crimes contre l’humanité. Comment expliquer que ce dictateur ne soit pas traduit en justice comme l’ont été l’Argentin Jorge Videla, le Péruvien Alberto Fujimori, le Chilien Augusto Pinochet mort avant la fin de son procès, ou Slobodan Milosevic.
Son troisième complice, ce sont les États-Unis derrière les Nations-Unies qui l’ont chassé du pouvoir il y a 25 ans. Les Nation-Unies comme l’OEA n’ont pas pu assurer de vraies élections démocratiques au premier tour des présidentielles en novembre dernier. La reconstruction d’Haïti s’en vient et il a de grandes quantités d’argent en jeu. Les ONG américaines, françaises et même canadiennes veillent au grain, ainsi que les grandes entreprises financières mondiales. Tous ces sauveurs prédateurs se lèchent les babines et ne peuvent pas laisser passer sous leurs yeux le sous-sol haïtien regorgeant de grandes ressources naturelles.
On est en train de réunir tous les ingrédients pour un affrontement inter-haïtien et assurer ainsi la pérennité du régime pro-capitaliste en place.
Marius MORIN

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 120 463

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    18 janvier 2011

    On nous dit aussi qu'il n'aurait plus d'argent. Que des misères...
    Il a sans doute été payé à prix fort (par qui ?) pour prendre de pareils risques.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 janvier 2011

    Pour le moment il est bien difficile de voir ce qui se trame derrière cette visite "surprise" de J.C. Duvalier. Les éléments dont nous disposons ne permettent pour l'instant que des hypothèses et demeurent des spéculations. J'ai exprimé les miennes sur ce site et voilà qu'aujourd'hui nous apprenons d'autres détails: l'ambassadeur de France en Haïti avait été informé de l'arrivée de J.C.D et de plus nous apprenons que son visa diplomatique était passé date. Il a donc fallu qu'il y ait quelqu'un quelque part qui agisse pour qu'il se retrouve en toute légalité dans son pays. J'en suis à me demander si son organisation n'a pas survécu aux 25 années d'exil et s'il ne reçoit pas un support spécial de gens bien placés dans le système et dans l'armée. (http://www.vigile.net/Jean-Claude-Duvalier-de-retour-en)
    Une chose dont je suis convaincu c'est que cet évènement n'est pas fortuit et qu'il y a des forces politiques et économiques qui en manient l'exécution. René Préval est-il du nombre? Personnellement j'en doute, d'autant plus que ses possibles alliés n'ont jamais manqué une occasion pour le noircir. Par contre, qu'il ait des proches qui soient parties à l'opération Duvalier, devient plus plausible pour moi.
    Dans tous les cas nous en sommes à des spéculations que seuls les faits pourront confirmer ou contredire. NOus sommes d'accord que tout celà n'est pas une simple improvisation.

  • Serge Charbonneau Répondre

    18 janvier 2011

    Oui, totalement d'accord avec vous, Monsieur Morin.
    Serge Charbonneau
    Québec