Une Alliance sociale à gauche du statu quo?

Tribune libre

Depuis quelques mois, la droite québécoise se manifeste par le Réseau-liberté-Québec, par la Force-Québec et par l’A.D.Q. et vendredi le 5 novembre, voilà que les centrales syndicales répliquent à la droite québécoise en fondant l’Alliance sociale. Les initiatives des différents groupes de gauche comme Q.S., Q.I., ou de droite comme l’A.D.Q., le R.L.Q. ou la future F.Q. ne font pas le poids face à ce front commun syndical. Les petits partis politiques et les groupes de pression viennent d’individus et de groupements citoyens qui proposent de rééquilibrer les finances publiques, de protéger nos acquis et de préparer le Québec de demain pour les générations à venir.

Surprise! La réplique sociale vient de la grande machine syndicale, bien huilée, puissante et riche par rapport à tous les autres groupes politiques et sociaux de pression. Ces gens sont très organisés avec des moyens financiers considérables via leurs prélèvements à la source des cotisations sur nos chèques de paie, etc. Oui, c’est un mouvement de la base très puissant qui s’est construit sur le dos des travailleurs et il n’est pas pensable que les syndicalistes soient prêts à changer et à se ranger derrière « Un autre Québec possible ». Dans la situation actuelle, ça m’apparaît invraisemblable!

Il semble y avoir présentement au Québec un déplacement du centre d’intérêt du politique souverainiste-fédéraliste à l’économique gauche-droite. Il est certain que le Québec a un grand besoin de rééquilibrer ses finances publiques et de revoir l’ensemble de ses services gouvernementaux et sociaux pour ne pas hypothéquer les générations avenir. Tout le monde est pour la vertu et nous le souhaitons tous, mais à condition qu’on ne touche pas personnellement à nos habitudes, à nos poches et à notre standard de vie.

Entre la gauche et la droite, il y a un équilibre à atteindre. Et le mouvement syndical tente de nous faire miroiter « un autre Québec possible », mais pour y arriver, il devra mettre cartes sur table et être beaucoup plus limpide et ouvert aux discussions et à la négociation. Bonne chance!
Marius MORIN

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 120 463

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    12 novembre 2010

    « Ces gens sont très organisés avec des moyens financiers considérables via leurs prélèvements à la source des cotisations sur nos chèques de paie, etc. »MM
    Voici les oligarques ...
    FTQ, CSN, CSQ, CSD, SFPQ, APTS, SPGQ, FEUQ, FECQ
    Fédération des travailleurs du Québec (FTQ),
    Confédération des syndicats nationaux (CSN),
    Centrale des syndicats du Québec (CSQ),
    Centrale des syndicats démocratiques (CSD),
    Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), progressiste,
    Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS),
    Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)
    Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ),
    Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ),

    C'est une armée de socialistes soviétiques, organisée tel que les militaires.
    Là où ce sont les délégués qui votent et décident, au lieu du fantassin, dans tous les sujets et prises de positions importantes. Le membre du syndicat n'a qu'à suivre et n'a pas de moyen de s'en dissocier, au risque de voir perdre sa protection ou quitter son emploi.
    Ce ne sont pas seulement des moyens financiers considérables.
    Ce sont aussi des multimillionnaires, multimilliardaire pour la FTQ, qui bénéficient d'avantages fiscaux indécents, tel qu'on peut les appeler sans crainte les paradis fiscaux du Québec.
    Mais... Vous ne verrez jamais cette appellation dans les médias, journaux, télé et radio. Parce que se sont leurs membres qui occupent ces emplois et qui contrôlent le langage utilisé qui sera publié.

    Ce sont des revenus estimés près du 600 millions l'an. Avec, pas de taxes sur les primes prélevées à la source, pas d'impôts sur leurs revenus et pas d'impôts sur leurs profits.
    Cette puissance fiscale est tel qu'elle fait trembler de peur les politiciens libéraux, le PM Charest le premier.
    Donc, ce n'est qu'une question de temps avant de voir aux bulletins de nouvelles un politicien qui a mouillé ses pantalons de peur, à la question d'un journaliste qui lui demande s'il appuie les baisses d'impôts demandées par le RLQ, ou bien les hausses d'impôts demandées par l'armée des socialistes soviétiques.
    Il y aura des bombardements de la droite et dans l'opinion publique. Des politiciens vont devenir hystériques de peur. Ça va saigner. Préparez-vous !...
    SP

  • Christian Huot Répondre

    11 novembre 2010

    L’équité des mesures fiscales
    Alors que des études démontrent que nous payons nos médicaments trop cher, nous estimons que la contribution en santé d’un montant de 200 $ par adulte, sans égard au revenu, constitue une mesure régressive injustifiée et pernicieuse.

    C’est vraiment curieux.
    On ne comprend pas pourquoi cela est une mesure régressive injustifiée et pernicieuse. Quand…
    Ils acceptent que les garderies CPE de la CSN soient à 7 $ par jour par enfant, pour tous, sans égard aux revenus du parent.

    Ils acceptent que les médecins, les infirmières, les hôpitaux, soient tous payés un montant fixe à l’acte et au service rendu, sans égard aux revenus du patient.

    Par ailleurs… 40 % de la population ne paie pas un cent d'impôt, malgré qu’ils utilisent tous les services publics du gouvernement. Alors, pourquoi cette mesure, d’absence d’un minimum d’impôt pour services, n’est pas une mesure régressive et pernicieuse ?
    CH