Des programmes dénués de sens

Par Jean Dansereau

Cinéma québécois : crise de financement



Depuis plusieurs décennies, Téléfilm Canada et la SODEC ont forcé les producteurs de films, et en particulier les petits producteurs, à signer des marchés de dupes au profit des distributeurs et des exploitants de salles.
Par ailleurs, par leurs politiques discriminatoires, ces institutions ont refusé l'aide dont le cinéma indépendant a besoin pour se donner ses propres outils de mise en marché afin d'ouvrir des voies vers le public.
Notre cinéma est donc depuis toujours en état de dépendance totale vis-à-vis des modèles et des structures du cinéma commercial inspirés du modèle américain, et ce, en contradiction flagrante avec les accords sur la diversité culturelle et les objectifs en découlant, qui permettent l'intervention des États dans le domaine de la culture.
Non seulement les propriétaires de salle et les distributeurs bénéficient de larges subventions et avances pour l'acquisition des droits en vertu des accords de distribution des films québécois, mais ils accaparent aussi, sous le regard complaisant des fonctionnaires, la quasi-totalité des recettes des films.
Il n'est donc pas surprenant que les cinéastes et les producteurs québécois soient incapables d'assurer une certaine continuité dans leur production, ni que les fonds publics soient toujours sollicités pour de nouvelles augmentations de leurs contributions.
Les distributeurs sont de facto les véritables décideurs lorsqu'il s'agit de choisir quels films seront produits, et ce sont aussi les seuls véritables bénéficiaires des recettes du box-office.
Dans ce contexte, notre cinéma ne pourra jamais connaître son essor véritable tant qu'existeront ces politiques et ces programmes discriminatoires et dénués de sens dans tous les domaines du développement culturel et économique.
Une réforme de nos sociétés d'aide et de leurs politiques et programmes s'impose, comme les créateurs le réclament depuis de nombreuses années.
Jean Dansereau : Cinéaste, Le 8 juillet 2006


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé