Crise climatique: Gabriel Nadeau-Dubois craint la tentation autoritaire

C280b005fd3b0266d503341b60c3e6c1

Quand elle ne défend pas l'islam politique, la gauche s'enfonce dans l'insignifiance


Gabriel Nadeau-Dubois craint la montée de gouvernements autoritaires si les démocraties occidentales ne s’attaquent pas à la crise climatique.  


Tout comme des sociétés européennes ont sombré dans le fascisme après la crise économique des années 1930, les dérèglements climatiques pourraient pousser des citoyens à appuyer un leader autocrate.   





«Il y a un réel risque, si la démocratie échoue à régler le problème des changements climatiques, que dans un certain temps les citoyens et citoyennes qui ont peur pour leur survie se mettent à se tourner vers des options autoritaires», affirme Gabriel Nadeau-Dubois, en entrevue pour promouvoir son livre à paraître Lettre d’un député inquiet à un premier ministre qui devrait l’être.  


Le député de Québec solidaire insiste, il faut éviter ce scénario «à tout prix». Pour lui, la solution passe par la démocratie.  



Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, photographié à l’Assemblée nationale hier, interpelle le premier ministre sur les changements climatiques dans un livre à paraître.

Photo courtoisie




Des élus perdent espoir  


Déjà, des élus progressistes ont perdu espoir de changer les choses de l’intérieur, souligne M. Nadeau-Dubois. En France, le ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot, a claqué la porte, devant l’inaction de son gouvernement.   


À Montréal, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a démissionné en raison de la tiédeur des mesures mises en place par Projet Montréal. M. Ferrandez a d’ailleurs déclaré qu’il pourrait revenir un jour, à titre de «leader du style autoritaire progressiste».  








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





«Moi, je ne suis pas rendu là, et je n’ai pas envie de me rendre là», affirme M. Nadeau-Dubois au sujet du désillusionnement de ses compagnons de route écologistes.   


Appel à l’action  


C’est pourquoi il a rédigé cet ouvrage, dans lequel il invite François Legault à lancer un véritable «effort de guerre» pour atténuer l’impact des changements climatiques. Mais plutôt que le rationnement et la contrainte, M. Nadeau-Dubois propose des investissements importants qui mèneraient à une «Révolution tranquille verte».    


«Il ne faut pas que ce soit juste un projet où on dit aux gens : voici les choses qu’on ne peut plus faire. Il faut rendre ça attrayant», dit le leader parlementaire de QS.   


Il donne l’exemple d’investissements massifs en transports en commun pour mettre fin à la congestion automobile croissante dans la couronne nord de Montréal.   


Quant aux dirigeants des pétrolières, qui ont «menti pendant des années», M. Nadeau-Dubois estime qu’ils devraient être tenus responsables des impacts climatiques, comme l’ont été les cigarettiers pour la santé publique. «C’est à eux qu’on devrait envoyer la facture de la transition écologique», dit-il.