QUÉBEC MENACE LAVAL ET LONGUEUIL

Créatures menacées

055696b6692f155233fb035bf16a68eb

Tout ça va se payer très cher dans les sondages

Est-ce le fait d’avoir remporté son pari d’imposer le projet de loi 3 aux employés municipaux ? Ou l’effet grisant des palmarès de fin de session, dans lesquels il « brille parmi les meilleurs » ? Toujours est-il qu’on se perd en conjectures devant l’impulsivité de Pierre Moreau, qui a brandi mercredi une sorte de bombe atomique à deux des plus grandes villes du Québec, Laval et Longueuil. Menaces qui pourraient s’avérer très coûteuses.
Relire les déclarations du gouvernement Couillard au sujet des villes a aujourd’hui de quoi rendre cynique. Dans son discours inaugural de mai, le premier ministre promettait de « refonder le partenariat entre Québec et les municipalités, [de] bannir le terme “créature” et [d’]envisager l’avenir sur la base de deux ordres de gouvernement [aux] responsabilités propres ». La veille, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, questionné sur ce que les élus municipaux devraient faire d’éventuels surplus, répondit : « Je considère qu’ils sont élus et qu’ils ont la même légitimité que moi, puis ils feront ce qu’ils voudront avec les gains qu’ils dégagent, puis ils se feront réélire ou ils se feront battre selon les décisions qu’ils prennent. »

Quel contraste avec la décision de M. Moreau et du Conseil des ministres, mercredi, de forcer Laval et Longueuil à faire certains choix budgétaires ! (Piger dans leurs surplus.) Québec a menacé d’amputer les transferts qui sont dus aux villes si les maires Caroline St-Hilaire et Marc Demers continuent d’affirmer que les hausses de taxes (3,8 et 3,2 %), dans leurs villes, sont en grande partie l’effet du Pacte fiscal transitoire de Québec. Geste que l’Union des municipalités a qualifié d’« ingérence sans précédent » dans la gouverne des villes ; surtout que le pacte ne les engageait aucunement à éviter les hausses de taxes. Tutelle assez particulière puisqu’elle revient à dire : haussez les taxes tant que vous le souhaitez… mais interdit de dire que c’est notre faute !

Peut-être M. Moreau a-t-il craint d’être « malavoyisé » ? En 2013, les Québécois avaient rapidement désigné comme responsables des hausses vertigineuses de taxes scolaires le gouvernement Marois et la ministre de l’Éducation Marie Malavoy. Cette dernière avait soutenu d’abord que c’était là un ordre de gouvernement autonome, pour ensuite changer son fusil d’épaule et les menacer : elle les forcerait à rembourser les contribuables.

M. Moreau veut tuer dans l’oeuf toute tentation, de la part des maires, d’imputer les hausses de taxes à Québec. Et au diable les discours sur l’autonomie et les « gouvernements de proximité » ! Comme mesdames Malavoy et Marois avec les commissions scolaires, M. Moreau a promis de passer par-dessus la tête des municipalités et de rembourser les hausses de taxes. Principe simple, mais d’application complexe ! Le ministère devrait obtenir les comptes de taxes des citoyens de Longueuil et de Laval, et envoyer des chèques de quelque 25 $ ! N’ayez crainte, a insisté M. Moreau, la facture serait refilée aux municipalités concernées !

Autant, en mai, le discours sur la création de quasi-cités-États, menaçant l’autorité de l’État du Québec, était excessif, autant l’extrême inverse de mercredi, l’autoritarisme, est dommageable. M. Moreau ferait mieux de viser un juste milieu.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé