OLÉODUC ÉNERGIE EST

Confusion à Québec

Heurtel et Couillard ne s’entendent pas sur la question des GES

9f6f070b8f109c35521fdc460e34f394

Confusion ? Le mot est bien faible

La confusion règne à Québec dans le dossier du pipeline Énergie Est. Alors que Philippe Couillard a dit mardi que la question des gaz à effet de serre serait finalement exclue de l’évaluation environnementale québécoise, son ministre de l’Environnement a continué mercredi de soutenir le contraire. Les groupes écologistes estiment d’ailleurs qu’il est impossible d’en faire fi, d’autant plus que le projet de TransCanada annulerait toutes les réductions prévues au Québec au cours des prochaines années.

Le Devoir a demandé mercredi au cabinet de David Heurtel s’il confirmait, comme l’a soutenu mardi le premier ministre, que l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre (GES) du pétrole qui coulera dans le pipeline Énergie Est sera exclue des travaux du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Son attachée de presse adjointe, Marie-Catherine Leduc, a répondu en se référant à la lettre envoyée par M. Heurtel à la direction de TransCanada le 18 novembre. Ce document énonce sept conditions devant guider la décision du gouvernement Couillard dans le dossier Énergie Est. « S’assujettir à une évaluation environnementale sur l’ensemble de la portion québécoise du projet, comprenant une évaluation des émissions de gaz à effet de serre », indique le ministre de l’Environnement en guise de deuxième condition.

Cette réponse fournie par le cabinet de David Heurtel contredit les propos tenus mardi par Philippe Couillard, à la suite de sa rencontre avec le premier ministre albertain Jim Prentice. Le chef libéral a alors dit qu’il excluait la question des émissions de GES provenant des sables bitumineux de l’évaluation que doit mener le BAPE. « Quel que soit l’avenir du projet de TransCanada, l’extraction aura lieu, a-t-il expliqué en point de presse. Donc, ça n’ajoute rien au débat de regarder cet aspect-là, qui est déjà bien connu et discuté nationalement et internationalement. » Une position qui a plu à M. Prentice.

En affirmant maintenant vouloir exclure cet « aspect » des travaux du BAPE à venir, M. Couillard a toutefois contredit la lettre envoyée par son ministre de l’Environnement à TransCanada deux semaines plus tôt. Il a aussi tourné le dos à une motion adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale au début du mois de novembre. Celle-ci stipulait notamment que le gouvernement du Québec devait inclure « la contribution globale du projet Énergie Est aux changements climatiques et aux émissions de gaz à effet de serre » dans le mandat confié au BAPE.

La présentation de cette motion faisait suite aux informations confirmant que l’Office national de l’énergie ne traitera aucunement des impacts de l’exploitation des sables bitumineux dans son évaluation du mégaprojet de TransCanada. Ce pipeline, l’équivalent des projets Northern Gateway et Keystone XL combinés, fera couler vers le Québec plus de 400 millions de barils de brut chaque année.

Question inévitable

Il est donc difficile pour le moment de savoir de quel côté penchera finalement le gouvernement Couillard. Mais selon Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki, le Québec ne pourra faire fi de l’épineuse question des GES.

Il a ainsi rappelé que la production pétrolière albertaine nécessaire pour alimenter le pipeline Énergie Est devrait générer pas moins de 32 millions de tonnes (Mt) de GES par année, soit l’équivalent des émissions annuelles de sept millions de véhicules.

Cette production de GES dépasse le total de toutes les industries du Québec, qui se chiffre à 25,3 Mt. Les émissions liées au projet de TransCanada sont aussi plus importantes que les émissions de toutes les automobiles, camions légers et camions lourds en circulation au Québec (27,4 Mt).

Qui plus est, « ce projet annule plus de deux fois les efforts de réduction prévus au Québec d’ici 2020 », a souligné M. Mayrand. Les émissions du Québec étaient en effet de 84,5 Mt en 1990. Elles doivent diminuer de 16,9 Mt pour atteindre 67,6 Mt en 2020.

C’est ce qui fait dire à Patrick Bonin, porte-parole de la campagne Climat de Greenpeace, que le gouvernement Couillard manque de cohérence dans son plan de lutte contre les changements climatiques. « Il y a peu de cohérence dans les propos du premier ministre. Ça ressemble à une influence directe de l’Alberta, qui met beaucoup de pression sur le gouvernement du Québec, avec la Saskatchewan. Ce n’est pas étonnant, dans la mesure où ils savent très bien que le projet ne passera pas si on tient compte des émissions de GES. »

Pétrole contre climat

Après Philippe Couillard mardi, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, a elle aussi affirmé mercredi que sa province ne tiendra finalement pas compte de l’impact environnemental de l’exploitation, du raffinage et de la combustion du pétrole des sables bitumineux dans l’évaluation du projet Énergie Est. Elle a tenu ces propos après une rencontre avec le premier ministre albertain, Jim Prentice.

Spécialiste des négociations climatiques internationales, Hugo Séguin a toutefois souligné qu’il serait pertinent de se questionner sur les impacts de l’extraction de tout ce pétrole. « Il faut se demander si nous pouvons augmenter l’exploitation pétrolière tout en luttant contre les changements climatiques, a-t-il expliqué mercredi, depuis Lima, où se tient la conférence de l’ONU sur le climat. En fait, on ne peut pas faire les deux. Ça ne fonctionne tout simplement pas avec les modèles climatiques. Une partie du pétrole des sables bitumineux devrait rester sous terre. »

Selon l’Agence internationale de l’énergie, il faudrait laisser sous terre pas moins des deux tiers des ressources énergétiques fossiles connues pour tenter de limiter la hausse des températures à 2 °C.

Mais ce scénario ne fait pas partie des plans de l’industrie pétrolière implantée dans l’Ouest canadien. En fait, les émissions de GES du Canada doivent continuer de croître au cours des prochaines années, en raison de l’augmentation continue de la production de pétrole des sables bitumineux.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé