Clivage en vue à la Fédération des femmes du Québec

69f58ce55dbe8932bd873bf6aad2db9a

Dirigée par un homme, la FFQ soutient la prostitution et le voile

Déjà affaiblie par plusieurs défections survenues ces dernières années, la Fédération des femmes du Québec est à un tournant de son histoire. Réunies en assemblée générale extraordinaire dimanche, les membres de la FFQ seront appelées à se prononcer sur deux positions polarisantes traitant du voile islamique et de l’industrie du sexe, des débats qui pourraient mener à de nouvelles fractures au sein de l’organisation.


En entrevue au Devoir, la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, reconnaît que ces deux débats risquent d’être houleux et que quelques maillons pourraient quitter l’organisation. « C’est une conversation qui va être difficile parce que ce sont deux enjeux qui viennent nous chercher dans notre fond, soutient Mme Bouchard. C’est dur de franchir ce pas vers le non-jugement. […] Mais si des femmes claquent la porte parce qu’on décide de soutenir toutes les femmes, alors on a une divergence au niveau de l’approche de notre féminisme. »


Déjà, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) menace de se désaffilier si la proposition sur l’industrie du sexe est adoptée. Jusqu’à maintenant, la FFQ s’était abstenue de prendre position sur la question de la prostitution, notamment en raison de l’absence de consensus dans le mouvement féministe sur cet enjeu.


La proposition soumise par le conseil d’administration vise notamment à prendre acte du choix fait par certaines femmes de travailler dans l’industrie du sexe. La FFQ veut « reconnaître l’agentivité des femmes dans l’industrie du sexe, incluant le consentement à leurs activités ». L’agentivité est décrite comme étant la capacité pour une personne d’agir.


« Pour nous, il n’est pas question d’être membre d’une fédération pro-travail du sexe », tranche Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES, qui rappelle que l’effectif de la FFQ s’était déjà effrité en janvier lorsque la Fédération avait dénoncé publiquement la fermeture de salons de massage érotiques à Laval.


« La FFQ semble oublier que l’âge moyen d’entrée dans l’industrie du sexe au Canada est de 14 ans », lance Mme Sully, visiblement indignée. La FFQ erre en s’accrochant à « des concepts et des théories » qui ne sont pas ancrés dans le réel, estime-t-elle. « On comprend qu’une petite minorité pourrait considérer que c’est un travail. Mais avant de parler de ça, est-ce qu’on pourrait parler du fait que les femmes ont le droit de ne pas être prostituées pour survivre ? » s’insurge-t-elle.



  C’est une conversation qui va être difficile parce que ce sont deux enjeux qui viennent nous chercher dans notre fond


— Gabrielle Bouchard




L’approche intersectionnelle


De son côté, Gabrielle Bouchard fait valoir que la Fédération souhaite « pousser son approche féministe » plus loin en adoptant une position sur l’industrie du sexe qui est « sans jugement ». Une vision qui épouse l’approche intersectionnelle préconisée par la FFQ depuis 2016. Une approche qui fait en sorte que les outils de référence et les barèmes sont désormais calqués sur les réalités des femmes marginalisées.


« On s’est engagées dans un changement de culture. On fait notre féminisme de manière différente de ce qui a été fait par le passé. Chaque transformation demande un temps d’ajustement, ça se fait toujours avec un peu de turbulences », tempère Mme Bouchard.


Toujours dans cet objectif d’être en communion avec l’approche intersectionnelle, le CA de la FFQ souhaite renforcer sa position sur le port du voile islamique. Plusieurs craignent toutefois de revivre le débat douloureux qui avait déchiré la Fédération en 2009. La FFQ s’était alors opposée à l’interdiction de signes religieux pour les fonctionnaires, à l’exception de ceux et celles travaillant en position d’autorité. Certaines voix dissidentes, s’opposant au port du voile islamique, avaient ultérieurement quitté la FFQ pour créer l’organisme Pour le droit des femmes du Québec (PDF Québec).


Dimanche, le CA de la FFQ proposera de « soutenir les femmes musulmanes portant ou non un voile dans leur choix de carrière, quelle que soit la sphère d’activités ». Gabrielle Bouchard explique que la FFQ ne veut pas « faire partie de la structure qui va empêcher [les femmes voilées] d’avancer […] même si on a une incompréhension ou si on n’est pas d’accord ».


Samira Laouni, présidente et fondatrice de l’organisme Communication pour l’ouverture et le rapprochement interculturel (COR) et ancienne membre du CA de la FFQ, qui porte elle-même le hidjab, dit toutefois nager en pleine incompréhension. « Pourquoi rouvrir ce dossier qui était déjà réglé ? » demande-t-elle.


« Pour moi, relancer ces débats-là, c’est chercher encore plus de chicanes. Il y a tellement de sujets sur lesquels on peut travailler avec des consensus pour faire avancer la cause féminine plutôt que d’aller [jouer] encore dans les mêmes noeuds qui ont toujours été problématiques dans le mouvement féministe », dit-elle, citant au détour les dossiers de l’équité salariale et de la violence faite aux femmes.


« On sent qu’il y a vraiment une intransigeance qui s’intensifie » à la FFQ, indique pour sa part Jennie-Laure Sully. « Il y a une tentative d’imposer une certaine perspective idéologique […] », dénonce-t-elle. Dimanche, un féminisme plus individuel propulsé par la logique intersectionnelle pourrait ainsi une nouvelle fois entrer en collision avec une vision plus collective de la mouvance féministe.