IMMIGRATION

Charles Taylor propose de miser sur les régions

18d4836784e36eec88409b017b715218

Après les accommodements raisonnables, voici la nouvelle fumisterie de Charles Taylor

Le philosophe Charles Taylor, qui a coprésidé avec Gérard Bouchard la commission de consultation sur les demandes d’accommodement religieux en 2008, est d’avis que le gouvernement Couillard devrait inciter bien davantage les candidats à l’immigration à s’installer en région plutôt qu’à Montréal.

En entrevue àLa Presse canadienne, M. Taylor a dit que le gouvernement devrait conclure une sorte de marché avec les étrangers désireux de vivre au Québec : ils s’engageraient pendant une période donnée, disons cinq ans, à demeurer en région pour y occuper un emploi précis et, en échange, leur dossier serait traité en priorité. L’avantage de ce procédé serait double : disperser l’immigration et pourvoir les postes vacants en région.

« Ce sera une espèce de marché qu’on conclut avec une personne : il y a ce travail concret, on a beaucoup de mal à le remplir. Vous allez le remplir, alors là on est très d’accord pour vous faire passer rapidement à travers toutes les étapes » du processus de sélection, a-t-il illustré. Entre 2009 et 2013, plus de deux immigrants sur trois (70 %) ont choisi de prendre racine à Montréal. Si l’on inclut Laval et la Montérégie, on découvre que la très grande majorité (84 %) des nouveaux arrivants s’implantent dans la métropole ou autour. Leur présence en région paraît infinitésimale : 0,1 % ont choisi la Gaspésie, 0,2 % l’Abitibi et 0,3 % le Saguenay, durant la même période.

Avec son collègue Bouchard, M. Taylor proposera donc un moyen d’inverser cette tendance, lors de leur témoignage jeudi devant la commission parlementaire qui se penche sur la future politique d’immigration québécoise. C’est une approche qui profite à tous, dit-il : « Il suffit qu’il y ait un contact humain entre les immigrants de toutes sources et les Québécois de souche, qu’ils se fréquentent un peu et les différentes craintes, les préjugés, les paniques, disparaissent. »

Opération séduction

La sélection des candidats pourrait même être conditionnelle à leur acceptation de s’installer en région. Mais M. Taylor prône une approche plus incitative que coercitive. Il ne s’agit pas de leur « forcer la main », mais de créer des conditions favorables. « On pourrait rendre l’acceptation de cette personne conditionnelle à ce qu’elle prenne un emploi, disons pour un certain nombre d’années, pas pour toujours, à Chicoutimi, à Rimouski, etc. Ça pourrait dépanner la communauté régionale » sur le plan des besoins de main-d’oeuvre.

Dans le même esprit, Québec devra accélérer la reconnaissance des diplômes acquis à l’étranger, a-t-il ajouté. Il propose à ce sujet de prévoir, au premier chef pour les médecins, une formation d’appoint, éventuellement financée par l’État.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé