Bourassa n’est pas un slogan

8f10c47189db1db03a7612f699c6c194

« Ce n’est pas en criant « Bourassa ! Bourassa ! » en direct du West Island qu’il va revenir chez les rouges. »



En entrevue à LCN, jeudi, la candidate à la direction du Parti libéral Dominique Anglade n’avait qu’un nom à la bouche : Robert Bourassa.




On me dira qu’il est normal, dans les traversées du désert, qu’une formation politique se tourne vers un chef qui fut déterminant pour elle. La prétendante a même fait comprendre que Bourassa incarnait « l’ADN » du PLQ.




À notre époque où l’on se complaît la plupart du temps dans un présent éternel, il y avait quelque chose d’encourageant à voir ainsi une personnalité se référer à un personnage du passé.




Slogan




Mais invoquer un nom prestigieux ne doit pas non plus se faire sur un mode publicitaire, comme on scande un slogan.




Surtout que, pour le Parti libéral, Robert Bourassa n’est pas seulement un stratège hors du commun, ayant donné au PLQ des majorités à quatre reprises.




Il est le dernier chef véritablement nationaliste que le PLQ aura eu. Fort de l’appui des francophones, il a honnêtement tenté de ramener le Québec dans le giron constitutionnel canadien. Mais a échoué.




Quant à la souveraineté, il a fait mine d’y penser un temps, s’en est servi comme arme de négociation (donnant le change jusqu’à des membres de sa propre équipe), en sachant très bien qu’il n’irait pas jusque-là.




Par après, Daniel Johnson prit la tête du PLQ en déclarant qu’il était Canadien d’abord et avant tout (ce qui contrevient à la valeur libérale numéro 3 du livre de Ryan : « l’identification première au Québec »). Jean Charest sut ensuite se montrer nationaliste uniquement sur le plan international ; ou pour embêter tactiquement Stephen Harper.




Quant à Philippe Couillard, il s’est réclamé d’Adélard Godbout, et ce n’est pas un hasard. Le neurochirurgien surpassa toutefois son maître dans le canadianisme : on n’aura jamais vu un chef libéral aussi peu enclin à défendre les intérêts nationaux du Québec.




Chose certaine, aucun des successeurs de Bourassa n’aura repris le combat fondamental de ce dernier, visant à réparer l’affront du rapatriement de 1982 afin de donner au Québec, dans le Dominion, un statut politique digne de la nation qu’il constitue. Au fait, quelles sont les idées de Dominique Anglade à ce sujet ?




Un morceau d’ADN




En 2001, Claude Ryan écrivait que le chef du PLQ « a la responsabilité de faire comprendre à son aile ultra-fédéraliste que son parti a la mission de rassembler tous les Québécois, et non seulement ceux qui professent une obédience inconditionnelle envers tout ce qui émane d’Ottawa ».




Cette leçon a été négligée ou oubliée par les successeurs de Bourassa. Et le PLQ se retrouve aujourd’hui d’ailleurs confiné aux terres des « ultrafédéralistes ».




Il faut dire qu’en quittant le PLQ en 1992, Mario Dumont et Jean Allaire étaient partis avec un morceau du fameux ADN, le nationalisme aspirant à un fédéralisme renouvelé. Celui-ci fut le socle de l’ADQ ; et il se retrouve maintenant à la CAQ.




Ce n’est pas en criant « Bourassa ! Bourassa ! » en direct du West Island qu’il va revenir chez les rouges.