VLB a raison

Peuple tirailléempêché de se mouvoirpar des élus invertébrésaiguilleurs vers le mouroir.Peuple clôturégavé de dilatoireen train de se raturerdans sa propre histoire.

VLB - coup de pied dans la fourmilière

Tu as raison VLB, c’est mauditement démoralisant d’assister à ce
lamentable effritement, à cette dérive navrante, à cette érosion décapante
qui nous ronge et charrie nos débris vers la sédimentation tranquille au
fond de la grande mare de l’oubli. Souffre qu’un modeste écrivailleur te
manifeste son appui avec cet humble scribouillage.
Québécois, sans te réveiller

pour quitter cet engourdissant dortoir,

sans te remettre à veiller

pour réinvestir ton propre parloir,

sans te résoudre à manifester

pour boursoufler ton espoir,

tu ne pourras éviter

l’existence illusoire

d’un peuple courbaturé

sclérosé en reposoir

le portrait tout défiguré

par une vérole de faux espoirs.
Prendre ce pari risqué

de maintenant t’asseoir,

c’est le passeport assuré

de t’aplatir dans l’obscure grimoire...
Comme peuple occulté

soufflant son bougeoir

pour ronfler à satiété

à l’orée du hachoir.
Peuple assiégé

infirme à s’émouvoir

de son avenir hypothéqué

pour un futur dérisoire.
Peuple tiraillé

empêché de se mouvoir

par des élus invertébrés

aiguilleurs vers le mouroir.
Peuple clôturé

gavé de dilatoire

en train de se raturer

dans sa propre histoire.
Peuple enfirouapé

éleveur de corbeaux noirs

avant d’être happé

pour passer dans le pressoir.
Peuple partitionné

inconscient de son pouvoir

trop occupé à faire lever

son petit pain noir.
Peuple recroquevillé

hibernant sa mémoire

en train de se fossiliser

dans son grand tiroir.
Peuple abusé

par le déformant miroir

d’une réalité en fumée

étouffée sous l’éteignoir.
Peuple éclipsé

en déroute pour les petits soirs

dans un rêve pantouflé

prisonnier d’une balançoire.
Peuple liquéfié

s’épandant dans des couloirs

en train de submerger

son propre vouloir.
Peuple lessivé

dans cette ruineuse foire

où il s’étête à brader

devenir contre déboires.
Peuple cocufié

abandonnant le crachoir

à ceux qui veulent lui gosser

un confortable agenouilloir.
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 550900f130d875a76cec032283913664

Gilles Ouimet66 articles

  • 31 388

Né à Mont-Laurier en 1947. Études primaires à cet endroit. Études classiques à Mont-Laurier et Hull entre 1961 et 1968. Diplômé en histoire de l’Université Laval en 1971. Enseignant à la polyvalente de Mont-Laurier entre 1971 et 2005. Directeur d’une troupe de théâtre amateur (Troupe Montserrat) depuis 2000. Écriture pour le théâtre, notamment une pièce à l’occasion du centenaire de Mont-Laurier en 1985 (Les Grands d’ici), une autre à l’occasion du 150e anniversaire du soulèvement des Patriotes (Le demi-Lys...et le Lion) en 1987 (prix du public lors du festival de théâtre amateur de Sherbrooke en 1988 et 2e prix au festival canadien de théâtre d’Halifax la même année). En préparation, une pièce sur Louis Riel (La dernière Nuit de Louis Riel). Membre fondateur de la Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides. Retraité de l’enseignement depuis 2005.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé