Un problème de tension

82b84804eee60db841913ab2cd941886

Il va un jour falloir sortir de la propagande immigrationniste

Il y a maintenant 50 ans que la crise de Saint-Léonard a posé brutalement la question de l’intégration des immigrants, qui demeure plus que jamais au centre du débat politique québécois.


À l’automne 1968, quand la communauté italienne de cette paisible localité à majorité francophone a refusé d’inscrire ses enfants à l’école française et tenté de s’en approprier une autre où ils pourraient étudier en anglais, c’est le Québec tout entier qui a pris la mesure du problème.


Grâce à la « revanche des berceaux », qui s’était traduite par un taux de natalité stupéfiant, l’immigration était restée jusque-là une préoccupation secondaire. La prise de conscience des nouvelles réalités démographiques a causé un choc.


En 1989, le documentaire de Lise Payette et Jean-François Mercier, intitulé Disparaître, se voulait la chronique d’une mort annoncée. Après deux siècles de survivance héroïque, la nation canadienne-française, qui commençait tout juste à se découvrir québécoise, était-elle arrivée à la fin du voyage ?


Cette hantise s’est installée à demeure. L’adoption de chaque loi à caractère linguistique a pris des allures de psychodrame. Victimes d’une infériorisation systématique depuis des générations, bon nombre de Québécois en sont arrivés à douter de leur droit à l’affirmation, voire à l’existence collective.


En faisant adopter la Charte de la langue française, Camille Laurin voulait exorciser cette peur et il a en partie réussi. Le retour à l’affichage commercial bilingue n’a pas causé la catastrophe que d’aucuns prédisaient. Même si plusieurs de ses articles ont été invalidés par les tribunaux, l’essentiel de la Charte a été maintenu et plusieurs ont cru que la partie allait être gagnée.


De toute évidence, le sentiment d’insécurité demeure. Au train où vont les choses, les questions relatives à l’immigration seront au coeur de la prochaine campagne électorale comme elles ne l’ont jamais été auparavant.


La crise des accommodements raisonnables de l’automne 2006 avait bien soulevé les passions, mais la création de la commission Bouchard-Taylor avait permis de mettre la question entre parenthèses, de sorte que l’élection de mars 2007 avait porté largement sur le bilan du gouvernement Charest.


Même si la charte de la laïcité avait monopolisé la deuxième moitié du bref mandat de Pauline Marois, il en a été très peu question durant la campagne du printemps 2014, bien que de nombreux électeurs l’eussent sans doute à l’esprit.


Après des décennies de polarisation entre fédéralisme et souveraineté, le report du référendum devait en principe resituer la dynamique politique québécoise sur un axe gauche-droite, mais la question identitaire n’a pas été évacuée pour autant, bien au contraire.


Aux yeux d’un grand nombre de francophones, la création d’un État indépendant devait régler le problème. À partir du moment où il deviendrait clair pour tout le monde que le Québec était une société essentiellement française, où le bilinguisme et le multiculturalisme à la canadienne n’avaient pas leur place, la question de l’intégration des immigrants ne se poserait plus. Soit ils accepteraient les règles de leur pays d’accueil, tout en l’enrichissant de leur diversité, soit ils iraient s’installer ailleurs.


Même pour ceux qui hésitaient à rompre les liens avec le Canada, l’indépendance constituait une sorte de police d’assurance au cas où. Maintenant que cette perspective s’est éloignée, c’est le moins qu’on puisse dire, il devient de moins en moins certain que la société québécoise a la capacité, voire la volonté, d’imposer son modèle aux nouveaux arrivants.


La désaffection des francophones envers le PLQ ne s’explique sans doute pas uniquement par son laisser-faire sur les questions identitaires, mais le contraste avec l’appui massif dont il bénéficie chez les non-francophones permet de penser qu’il y est pour beaucoup.


Le fédéralisme du premier ministre Couillard est trop inconditionnel pour qu’il ose exiger les conditions auxquelles il pourrait être aménagé pour rassurer les francophones, et la pitoyable saga de la loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État a démontré qu’il n’est pas même prêt à utiliser les moyens dont le Québec dispose actuellement.


Le sentiment d’insécurité que ressentent ceux qui se tournent vers les solutions proposées par la CAQ, que seul un État souverain pourrait d’ailleurs appliquer, devient d’autant plus fort que le besoin économique auquel répond l’immigration devient plus criant.


Le mythe des « voleurs de jobs » a volé en éclats. Dans un Québec vieillissant, l’apport de la main-d’oeuvre immigrante est devenu une nécessité. Partout, y compris dans les régions, les entreprises lancent des SOS.


> La suite sur Le Devoir.