Uber: la CAQ demande à Québec de prolonger d'un mois le projet-pilote

D63b8e9ad31d93d389c379944ea62e3a

Pas question !


(Québec) À moins de 48 heures de la fin du projet-pilote entre Uber et le gouvernement, la Coalition Avenir Québec (CAQ) demande au nouveau ministre des Transports, André Fortin, de prolonger d'un mois la présente entente, dans sa forme actuelle, afin de se positionner sur le dossier et de trouver une solution.


François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ et porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière d'économie collaborative, juge que «l'industrie du taxi besoin d'oxygène» et qu'il faut en partie la déréglementer, ce qui ne compromet pas la sécurité des passagers. 


Quand l'ancien ministre des Transports, Laurent Lessard, a annoncé les conditions du renouvellement du projet-pilote d'Uber, le mois dernier, il a notamment exigé que les antécédents criminels des partenaires-chauffeurs de l'entreprise américaine soient vérifiés par un corps policier plutôt que par une entreprise privée, et que les chauffeurs suivent le même nombre d'heures de formation minimal qui est requis pour l'industrie du taxi, c'est-à-dire 35 heures.


«Les antécédents judiciaires sont vérifiés, on exige un permis 4C, la vérification des véhicules par un garage certifié, je pense que tout ça démontre déjà un aspect sécurité important», dit M. Bonnardel. 



> Lire la suite de l'article sur Le Devoir