Catherine Fournier lance un mouvement souverainiste

23a3fc80f044dec2d7e19c0091d480af

L'émiettement du mouvement souverainiste se poursuit


Huit mois après son départ fracassant du Parti québécois, Catherine Fournier répond à ceux qui jugent qu’elle a erré. Dans un livre qu’elle publiera ce mois-ci, elle leur propose de créer un mouvement : « Ambition Québec ». L’objectif : rallier les souverainistes hors des partis traditionnels, rédiger une feuille de route vers l’indépendance et former une « coalition électorale » pour mettre le plan en action.


Catherine Fournier n’est pas dupe. Elle reconnaît que bien des souverainistes n’ont pas compris son départ du Parti québécois, où elle appelait du même souffle au « rassemblement ». « Ce n’était pas un coup de tête », défend-elle, toujours aussi convaincue « qu’on ne fera pas progresser l’indépendance au sein » de son ancien parti ni à Québec solidaire.


Nous avons rencontré la plus jeune députée (indépendante) de l’Assemblée nationale dans son petit un et demi de la rue Saint-Charles, à Longueuil. C’est ici qu’en octobre 2018, alors que son ancien parti encaissait une défaite historique, elle a été confrontée au manque d’unité du mouvement souverainiste. À son incapacité à prendre le pouvoir.





PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE


Catherine Fournier dans son petit un et demi de la rue Saint-Charles, à Longueuil





Dans les jours qui ont suivi, revigorée par une victoire à l’arraché dans Gaspé, Catherine Fournier a senti le PQ tomber dans l’immobilisme. Plutôt que tout mettre sur la table, certains ont ciblé Québec solidaire comme ennemi numéro un.




[Mais] je ne suis pas en politique pour considérer comme mes principaux adversaires des gens qui ont [le même idéal] que moi.



Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin



Dans son livre, S’organiser pour l’indépendance : Le projet Ambition Québec, qui sortira en librairie le 19 novembre, la députée de Marie-Victorin propose de créer un nouveau mouvement. Ambition Québec aurait pour mandat de tendre la main aux souverainistes de gauche comme de droite, militants du PQ, de QS, et ceux qui, résignés, ont voté pour la CAQ.


 

« Il faut prendre un pas de recul », plaide-t-elle, alors que son ancien parti vivra dans quelques jours un congrès de « refondation ».


Créer une coalition


Avec Ambition Québec, Catherine Fournier, 27 ans, souhaite revenir à l’essence du mouvement souverainiste. À ce qu’il était lors de la Révolution tranquille, rêve celle qui avait 3 ans lors du référendum de 1995.


« À l’heure actuelle, le mouvement souverainiste n’est pas organisé. […] Pour que les gens nous prennent au sérieux et qu’ils nous trouvent intéressants, il faut qu’il y ait un plan de match », affirme Mme Fournier, qui déplore que son ancien chef, Jean-François Lisée, ait pris trop de temps à en mettre un de l’avant.


« Je ne pense pas que le mouvement souverainiste doit se fier aux partis politiques traditionnels. Ça va prendre une action politique non partisane. […] Il faut recommencer à avoir des liens entre nous et accepter les différences idéologiques », poursuit-elle, jugeant improbable une nouvelle tentative de « convergence » entre le PQ et QS.


Catherine Fournier affirme toutefois qu’elle « n’est pas contre l’existence [des deux partis souverainistes] », quoiqu’elle ne pense pas « que les gens très militants à QS et au PQ disent qu’Ambition Québec est une bonne idée ».


« [Mais] il faut arrêter d’être juste entre nous. Un nouveau mouvement devrait avoir comme objectif de mobiliser les gens qui ont cru en cette idée et qui sont aujourd’hui plus pessimistes », affirme Mme Fournier, rappelant qu’il faudrait au moins « trois millions de votes lors d’un référendum pour le Oui, […] un défi colossal ».


Puis, si le mouvement qu’elle souhaite lancer au cours des prochains mois prend de la vigueur, une « coalition électorale de circonstances » devra être formée, dit la députée.


« [Il s’agirait] d’une coalition de souverainistes indépendants » avec un mandat : « mettre de côté les divergences et faire l’indépendance », rêve-t-elle.