Affaire Michaud

Stigmatisation tragique

Affaire Michaud 2000-2011


Après 10 ans de servilité
Stigmatisation tragique

L'affaire Michaud, c'est la stérilisation du PQ par le B'nai Brith, branche d'extrême-droite du sionisme mondial, c'est le signe visible du blocage de l'horizon de l'indépendance nationale.



L'affaire Michaud, c'est la stigmatisation de la démocratie québécoise marquée au fer rouge. Elle montre le côté répugnant de la "démocratie de l'argent", où le pouvoir politique subit l'assaut de coalitions d'intérêts aux dépens de l'intérêt général. La force de ces lobbies vient de la faiblesse de notre élite, cette élite qui prétend faire un pays. Que fera-t-elle donc quand viendra le temps de la rupture et de l'indépendance, elle qui a trébuché, il y a 10 ans, sur une simple réprimande "ou presque"... et qui tremble encore, après ces 10 années, à l'idée de devoir lever la tête?...
Le PQ, c'est paradoxalement la grande victime de l'Affaire Michaud. Le PQ ou l'Indépendance! À la tête du mouvement de libération nationale, le PQ est devenu l'épée émoussée de notre indépendance, un "tigre de papier" qui fait rire les parvenus de la "Petite Ploterie", comme JM Fournier, mais fait pleurer le peuple humilié, abandonné et désespéré devant l'hostilité ambiante d'une démocratie "occupée". - Vigile

----

Featured fa8c942e3bfc28bf0735d0d0ca8569d6

Bernard Frappier57 articles

  • 78 427

Fondateur, directeur et animateur de Vigile.net de 1996 à 2012.

Récipiendaire de la médaille Bene Merenti de Patria de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, 2012.

« Bernard Frappier a réalisé une oeuvre d’une importance capitale dans le destin du Québec. Contre ceux qui voudraient effacer la mémoire de la nation, il a créé Vigile, grand phare et lieu de débat incomparable. » - Bernard Desgagné





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    15 décembre 2010

    Bravo M. Frappier, votre fine analyse lève le voile sur le trafic d'influences qui gère la politique.
    Vous écrivez: "le pouvoir politique subit l’assaut de coalitions d’intérêts aux dépens de l’intérêt général."
    Il serait intéressant qu'un chroniqueur rédige un article bien documenté énumérant tous les lobbies anti-indépendance actuellement à l'oeuvre et perpétrant leurs actes dans un jeu de coulisses honteux contre notre noble cause.
    Réjean Labrie

  • José Fontaine Répondre

    15 décembre 2010

    Mon ami Jean-Paul Gilson m'a averti de cette discussion. Il est anormal qu'Yves Michaud (qui n'a rien d'un antisémite), ait été blâmé par l'Assemblée nationale.
    Surtout que c'était à l'unanimité.
    On peut l'expliquer par l'emballement médiatique ou par la théorie du mimétisme: quand tout le monde jette des pierres à quelqu'un (au propre ou au figuré), il est difficile d'adopter une autre attitude. C'est à ce point vrai que le Talmud juif (j'ai lu cela chez Emmanuel Levinas), considère que toute condamnation à mort, quand elle est décidée par un jury unanime, doit être immédiatement invalidée, l'unanimité reproduisant la structure même du lynchage et étant suspecte a priori.
    C'est vrai aussi que la pétition contre Charest était impressionnante par le nombre de signatures: on ne voit pas cela souvent.
    Cela me fait penser à cet incident (déjà ancien) où Bernard Landry quand il a été battu par Charest qui, lors d'un débat télévisé lui a brusquement dit que Parizeau avait repris ses propos du soir de la défaite du référendum de 95, lui demandant s'il sen distanciait ou non. On se souvient que Parizeau avait lui aussi été accusé d'antisémitisme.
    Les débats sur ces questions sont tellement piégés (je parle ici de gens qui sont des humanistes et des antiracistes), que Taguieff a un jour écrit que celui qui gagne dans un débat est celui qui parvient le premier à traiter son adversaire de raciste.
    Tellement l'union entre l'idée que les hommes sont différents et en même temps sont semblables est une contradiction logique qui ne peut se résoudre que dans une unité tragique (c'est-à-dire en un sens contradictoire: il faut tenir à la fois que les hommes sont semblables et qu'ils sont différents).

  • James A. Wilkins Répondre

    14 décembre 2010

    Triste anniversaire que ce 14 décembre. Un grand chef politique a terminé une brillante feuille de route par un dérapage inqualifiable alimenté par la hargne et la soumission d'un colonisé. Un salon de la race qui a perdu son lustre de justice et la noblesse de l'institution.
    Un grand serviteur du peuple blessé dans son honneur et privé de son droit le plus élémentaire de se défendre.
    Et ce soir une décennie bien sonnée de la trahison d'un groupuscule de politiciens de bas étage incapables de reconnaître leur erreur et trop inconscients du boulet qu'ils imposent à leur parti et de la honte qu'ils perpétuent dans l'histoire du peuple qu'ils sont sensé libérer.
    James A. Wilkins
    Lac Brome

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2010

    Monsieur Frappier
    Après vous avoir envoyé mon commentaire, j'ai pensé à ceci: n'oubliez pas que derrière le nouveau parti politique des lucides qui s'en vient au début de 2011 se profile l'ombre de Lucien Bouchard qui avec ce parti de droite va donner un fier coup de main au baron de Sagard en divisant le vote francophone pour empêcher la réalisation de l'indépendance au Québec. A suivre!
    André Gignac, indépendantiste à mort!!!

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2010

    Monsieur Frappier
    Triste jour qui nous rappelle cette grande injustice dont fut victime notre GRAND PATRIOTE MONSIEUR MICHAUD. Depuis une dizaine d'années, le Québec a régressé énormément avec cette stratégie mollasse du PQ qui a permis l'instauration du multiculturalisme à la sauce "CANADIAN", la loi passerelle (loi 115), l'enseignement en 1ère année de l'anglais aux jeunes Québécois, les nouveaux cours de religion et j'en passe... Ce parti en posant ce geste, à l'égard de M, Michaud, nous a démontré, en plein visage, où il affichait ses vraies couleurs soit avec l'establishment financier et le lobbyisme juif. La table était mise pour le PQ et le PLQ pour détruire nos acquis publics de longue date.
    Moi ce que je trouve intriguant, c'est le parcours politique de Lucien Bouchard, cet ancien conservateur fédéraliste du cabinet Mulroney qui, après l'échec de Meech, fonde le Bloc Québécois. Après le référendum volé par les fédéralistes en 1995 et qui qui ne fut jamais contesté auprès de la Cour Internationale de Justice de la Haye, plus tard par Bouchard comme PM du Québec, vint la démission de M.Parizeau comme chef du PQ. Bouchard en devint le nouveau chef et arrive l'affaire Michaud en l'an 2000 et toute cette histoire de faussetés envers lui. Le lobbyisme juif avait fait pression auprès de Bouchard pour qu'il soit dénoncé ce que l'Assemblée Nationale a fait avec le concours de tous les partis représentés. Depuis ce temps, il est devenu avocat pour une firme d'avocats juifs et il fraye avec le multimillionnaire de Sagard. La question que je me pose est la suivante: par le geste ignoble qu'il a posé envers M. Michaud, a t-il voulu saborder le PQ? C'est une question à se demander, ne trouvez-vous pas?
    Le PQ, depuis cet incident du 14 décembre 2000 a commencé à piquer du nez avec sa stratégie mollassonne et son peu d'enthousiasme pour la cause nationale. Regardez les résultats aujourd'hui; les gens ont perdu confiance en ce parti tellement les déceptions se sont accumulées. Durant ce temps au Québec, la situation politique se dégrade de pis en pis avec toute cette corruption, la langue qui fout le camp, l'immigration qui nous minorise de plus en plus et on ne parle plus de pays. Et, il ne faudrait pas oublier le scandale de 40 milliards de la CDP. Moi, je me dis qu'à moins d'un redressement rapide, le PQ doit se faire hara kiri et céder sa place à un autre parti vraiment indépendantiste et déterminé à réaliser l'indépendance du Québec. Il m'a fait plaisir.
    André Gignac (INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION!)

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2010

    Vous avez très bien raison M. Frappier. Cela fait plusieurs années que je répète que nos élus et nos élites sont à la merci de ce que les autres pensent. Ils dorment au gaz. En passant, j'en parlais dans mon texte intitulé Humilité que vous avez décidez j'imagine de ne pas publier. J'aurais le goût d'envoyer votre texte à tous nos élus et leur dire, vous voyez ce que l'on pense de vous.
    Mais qu'attendons-nous pour exiger que nos élites agissent, tel que je l'ai fait lorsque j'ai manifesté seul devant les bureaux du P.Q. pour leur demander de se réveiller et l'autre fois lorsque j'ai été porté à l'Assemblée nationale une lettre signée par 101 d'entre-nous, enjoingnant le P.Q. d'enclencher le processus de l'indépendance?