Loto-Québec

Son amitié avec Accurso provoque le congédiement du v.-p. sécurité

Candidature fortement recommandée ? À qui ? Étrange processus de sélection !

Loto-Québec a congédié son vice-président responsable de la sécurité en juin dernier pour ses liens d’amitié avec l’entrepreneur controversé Tony Accurso, a appris Le Devoir.
Le départ de Richard Bégin, après sept ans à la tête des équipes d’enquêtes de la société d’État, est survenu alors que la commission Charbonneau tenait ses premières audiences publiques. Le nom de Tony Accurso et de son empire commercial avait alors été soulevé pour une première fois devant la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction. Au cours de son témoignage dévastateur des deux dernières semaines, l’ex-entrepreneur Lino Zambito a même lié Tony Accurso au parrain de la mafia sicilienne à Montréal, Vito Rizzuto.
Des sources fiables soutiennent que Loto-Québec craignait que les travaux de la commission Charbonneau puissent entacher son image et affecter sa crédibilité et celle de ses filiales qui exploitent les jeux de hasard et d’argent (loterie, casino, appareils de loterie vidéo et jeu en ligne). « Ç’a créé de l’inquiétude », a-t-on raconté. Cela semblait d’autant plus délicat que Loto-Québec connaissait l’amitié entre MM. Bégin et Accurso depuis longtemps.
Selon ces mêmes personnes qui ont requis l’anonymat, la candidature de M. Bégin pour la vice-présidence à la sécurité de la société d’État avait été fortement recommandée à l’époque par ses amis, dont Tony Accurso. M. Bégin est entré en fonction en 2005. Il venait alors de quitter la Sûreté du Québec, où il occupait le poste de directeur des enquêtes criminelles. Dans les rangs de la SQ, la relation entre MM. Bégin et Accurso est largement connue.
Chose certaine, ces liens étaient suffisamment étroits pour que Richard Bégin invite Tony Accurso à son mariage, qui a été célébré il y a quelques années. L’entrepreneur lui aurait d’ailleurs offert un cadeau important à cette occasion.
Joint il y a quelques jours, M. Bégin était sur la défensive. Il n’a rien nié, préférant relancer Le Devoir : « Vous avez un conjoint, vous. Est-ce que vous contrôlez tous ses liens? »
De plus, M. Bégin connaîtrait bien l’homme d’affaires Marcel Melançon, partenaire d’affaires de Tony Accurso. Les deux hommes ont déjà dirigé ensemble l’entreprise de construction Marton (« Mar » pour Marcel et « ton » pour Tony). M. Melançon est souvent identifié comme un ancien collecteur de fonds pour le Parti québécois.
Chez Loto-Québec, on soutient ne rien savoir des sympathies de M. Bégin pour Tony Accurso. « Ces choses-là n’étaient pas connues ici », a affirmé le porte-parole de la société d’État, Jean-Pierre Roy.
Ce dernier a expliqué que le départ de Richard Bégin fait suite à une décision administrative de procéder à une réorganisation. Les choses se sont faites rapidement. « On m’a donné trois jours pour faire mes boîtes », a indiqué M. Bégin.
La vice-présidence à la sécurité n’existe plus depuis juillet dernier. La responsabilité échoit au premier vice-président à la direction corporative, Marcel Croux. Ce n’est toutefois pas le seul changement apporté à l’organigramme de Loto-Québec.
Mercredi dernier, la société d’État a décidé de réaffecter temporairement Pierre Bibeau, premier vice-président aux affaires corporatives et communications à la suite des déclarations sous serment de Lino Zambito devant la commission Charbonneau. L’ex-entrepreneur a affirmé avoir remis 30 000 $ en espèces à M. Bibeau pour le financement du Parti libéral du Québec. Le versement de l’argent a été effectué aux bureaux de Loto-Québec.
Enquête interne
En 2010, Richard Bégin a mené une vérification interne dont il a transmis les résultats à la SQ. Cela concernait le directeur des opérations immobilières, qui serait soupçonné d’avoir contourné les règles d’attribution des contrats. « J’ai tenté de mettre en place des contrôles, mais Loto-Québec, c’est un gros paquebot », s’est borné à dire M. Bégin.
Par la suite, l’enquête policière a été transférée au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui n’a pas porté d’accusation. Mais selon les informations recueillies, de nouveaux éléments sont apparus dans le dossier au début de 2012. L’enquête a été rouverte et serait sur le point d’être finalisée avant de retourner dans les mains du DPCP.
Selon certaines sources, ce dossier pourrait être un élément expliquant le départ de Richard Bégin dont le travail aurait pu être un irritant pour certaines personnes. Mais les sources ne voulaient pas s’avancer davantage sur un terrain que l’on qualifie de « miné ».
À la SQ, on demeure silencieux. « On ne peut pas commenter une enquête en cours », a indiqué le porte-parole de la SQ, Guy Lapointe.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé