Kamikazes et tueurs médiatiques

Réflexion sur la tuerie de Newtown

Tribune libre

Quand, après avoir plus ou moins encaissé le choc et la stupeur engendrés par ce genre de tragédie, on commence à chercher des explications, il peut être tentant de rapprocher le comportement des auteurs des tueries médiatisées de celui des kamikazes qui commentent des attentats-suicide dans d’autres contextes.
À première vue, rien ne semble nous autoriser à parler de « kamamikase » ou d’ « attentat-suicide » à propos d’Adam Lanza, l’auteur de la dramatique tuerie de Newton au Connecticut, ou de la longue série des autres tueurs médiatiques qui ont sévi avant ce dernier. Pourtant, il s’agit essentiellement d’un suicide orchestré de façon à entraîner un maximum de victimes dans le même bain de sang, tout comme dans les attentats-suicides qu’on observe en Iran, en Afghanistan et dans d’autres conflits actuels.
Les différences entre les deux types de situations sont évidemment nombreuses. Dans un cas, le suicide du tueur vient mettre un terme au massacre tandis que dans l’autre, l’auteur de l’attentat est la première personne à mourir, parfois même la seule. Le premier s’attaque à des concitoyens innocents, et l’autre vise la mort de ses ennemis.
C’est cependant sur le plan mental que les différences sont le plus marquées. En effet, même s’il choisit de mourir, le kamikaze n’a pas du tout un profil suicidaire. Au contraire, il est parfaitement adapté à sa société et s’il est prêt à mourir pour une cause, c’est à la suite d’un engagement qui est essentiellement politique et idéologique.
Quant au comportement du tueur médiatique, il semble au contraire résulter d’une profonde mésadaptation sociale qui aboutit à la rébellion absolue, le suicide n’étant pas le principal but visé mais plutôt la seule conclusion possible de la tuerie.
Pourquoi alors faire un rapprochement entre des kamikazes afghans ou iraniens et des tueurs médiatiques sévissant aux États-Unis ou dans d’autres pays occidentaux? Parce que comparer est toujours une bonne méthode pour tenter de comprendre les phénomènes sociaux, en particulier ceux qui nous semblent le plus inexplicables.
Des explications opposées et incomplètes
Pour nous, Occidentaux, il est très difficile de comprendre comment une personne, même à l’esprit dérangé, peut en venir à tuer des douzaines d’enfants ou d’autres victimes innocentes, dans une société où, en principe, il existe tellement d’autres façons de surmonter nos problèmes personnels. De même, il nous est très difficile de comprendre comment, même dans un contexte culturel étranger, une personne saine d’esprit peut décider de se faire exploser avec une bombe pour entraîner la mort de quelques-uns de ses ennemis. Dans le premier cas, nous parlerons de folie et dans le deuxième, de fanatisme religieux, mais ce sont des étiquettes un peu trop commodes pour affirmer qu’il n’y a rien à comprendre.
Notre erreur n’est pas tant de renoncer à comprendre que d’aborder ce genre de phénomène à partir de deux théories opposées, en assumant que le comportement des Occidentaux serait totalement différent de celui des autres humains. Nous aurons surtout recours à la psychologie de l’individu pour interpréter le comportement des tueurs médiatiques, tandis que nous expliquerons le comportement des kamikazes des sociétés exotiques sur la base de leur religion ou leur mentalité, tout en assumant que nous serions affranchis de ce type de conditionnement.
Or il n’en est rien. Au-delà des différences tenant au contexte social et à la forme particulière de chaque culture, les ressemblances sont marquantes et profondes dans les processus en cause. La culture, le système de valeurs et la « religion » (entendue au sens large) déterminent autant le comportement des tueurs médiatiques occidentaux que celui des kamikazes irakiens ou afghans. Si non, pourquoi ces attentats spectaculaires se reproduiraient-ils tous selon un scénario à peu près identique, comme n’importe dans quel rituel social?
Les kamikazes, comme les fous, ont une psychologie
Nous, Occidentaux, semblons être profondément convaincus d’avoir un jour réussi à nous affranchir des dictats de la culture ou de la religion pour devenir des individus libres de leurs choix et seuls créateurs de leurs valeurs personnelles. C’est notre mythe fondateur, c’est ainsi que nous avons décidé de construire une culture qui se conçoit comme étant radicalement différente de toutes les autres. Mais c’est quand même un mythe et c’est quand même une culture, avec toutes les conséquences que cela implique dans le fonctionnement de notre vie mentale – que nous préférons appeler de la psychologie.
Il est vrai que le tueur médiatique est un individu perturbé mais il l’est quand même en suivant les consignes de sa culture. Par exemple, il utilise des armes à feu comme moyen technique, et ce avec une compétence souvent redoutable.
En général, il choisit ses cibles : parfois ses parents mais plus souvent son école, qui est la principale interface entre lui-même et la société qu’il tient responsable de son malheur. Il s’assure que les médias donneront un maximum d’écho à ses actes de rébellion, comme dans toute forme d’acte terroriste. Il opère dans le cadre d’une culture qui définit ses propres valeurs, ses aspirations et même ses frustrations, une culture qui donne un sens à la vie et à la mort – un sens individuel et matériel, selon la culture occidentale –, même si ce sens est très différent de celui défini dans d’autres cultures.
Quant à l’auteur d’un attentat-suicide en Afghanistan ou en Israël, serait-il dénué d’un profil psychologique individuel déterminant dans son geste, dès lors que nous avons décidé d’attribuer un rôle clé à la culture? Si oui, si tous les Palestiniens ou les Afghans sont semblablement formatés par leur culture ou leur religion, pourquoi n’y-a-t-il pas de millions de candidats à l’attentat-suicide?
Si l’auteur d’un attentat-suicide accepte de mourir pour sa cause, c’est peut-être aussi parce qu’il vit dans un contexte de désespoir, auquel il ne voit aucune autre issue. Pour lui, sa vie personnelle et sa survie ne font qu’un avec celles de sa société.
Quant à l’auteur d’une tuerie médiatique, il est clair que le rapport est totalement inversé entre lui et sa société mais le sentiment de désespoir pourrait être assez semblable, et la conviction d’être lui-même indissociable de sa société est en fin de compte la même, puisqu’aucune alternative individuelle ne lui semble envisageable en dehors de cette société qu’il tient responsable de son malheur et qu’il voudra éliminer en même temps que lui-même.
Si l’attentat-suicide du kamikaze est bel et bien un acte de terrorisme, c’est-à-dire un moyen d’action symbolique et politique qui prétend aller bien au-delà des dégâts matériels immédiats, il en va exactement ainsi de la tuerie de Newton et des trop nombreuses autres tueries semblables survenues aux États-Unis, au Québec, en Finlande, en Allemagne ou ailleurs. Un individu révolté tente désespérément de changer, par l’action terroriste, la société qu’il rejette et qui l’a rendu malheureux.
D’une certaine façon, même si nous croyons ne rien comprendre à ce genre de comportements, nous y trouvons quand même probablement un sens, le sens même qu’ont voulu y donner leurs auteurs : celui d’une critique radicale et absolue de notre société, dans le cas des tueurs médiatiques, et celui d’une volonté implacable de préserver un peuple à n’importe quel prix, dans le cas du kamikaze.
Le problème, c’est que nous ne sommes pas disposés à en prendre vraiment acte de ces messages, que ce soit en vertu de notre position de défenseurs de l’ordre établi ou en vertu de notre position d’ennemis objectifs du kamikaze.


Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Francis Déry Répondre

    19 décembre 2012

    Eurêka !
    Canadian judge rules SSRI antidepressants like Prozac can cause children to commit murder
    Sunday, December 18, 2011 by: Jonathan Benson, staff writer
    http://www.naturalnews.com/034433_SSRI_drugs_children_murder.html

  • Francis Déry Répondre

    19 décembre 2012

    C'est le passage à l'acte qui est une étape déterminante.
    Normalement, l'esprit humain tend à censurer un tel acte.
    C'est comme les vrais tirs mortels durant une guerre. Durant les grandes guerres, trop de conscrits étaient paralysés ou tiraient au hasard plutôt que de viser un soldat adverse.
    Alors l'état-major de l'armée américaine a dû développer des programmes pour dresser ses soldats à tuer. Googler killology.
    La situation était substantiellement "meilleur" au Vietnam.
    Puis, il vient l'ère des jeux vidéos. Call of Duty etc...
    On me faisait remarquer l'usage grandissant des médications psychotropes pour les jeunes du scolaire. Et cette classe de médicament affaiblirait la censure de l'esprit pour de tels passages à l'acte.
    En Chine, les fusils sont interdits. Des massacres similaires se produisent avec des couteaux.
    http://www.nytimes.com/2012/12/15/world/asia/man-stabs-22-children-in-china.html?_r=0
    http://www.nytimes.com/2010/05/01/world/asia/01china.html
    http://www.nytimes.com/2001/07/01/world/japanese-children-get-scary-lessons-in-fighting-violence.html

    China suffered its own school tragedy on Friday — a man stabbed 22 children at a village elementary school in Henan Province. An 85-year-old woman also was stabbed.
    There were no fatalities, although Xinhua reported that some of the children had had their fingers and ears cut off. The attacker, a 36-year-old man, was reportedly in custody. There was no immediate explanation for his possible motives.
    On Sunday, the Web site China Smack compiled a range of comments on Sina Weibo, the Twitter-like service in China. One said: “They should issue a bulletproof vest to every American elementary school student as their school uniform.”
    Another comment related to President Obama fighting back tears while addressing the nation on Friday:
    In the face of Henan children suffering harm, did our country’s leaders shed a tear!? Why is it that when this kind of incident happens, they always pretend to be deaf and mute!? I’m not saying that our leaders have to be like Obama shedding tears, but can we at least be like others in facing the incident? Instead of the mainstream media not even covering it, hiding it, attempting to avoid it every time the country has a “special incident.”
    China experienced a spate of attacks on schoolchildren in 2010, with almost 20 deaths and more than 50 injuries. In the fourth of the assaults, a crazed man beat five toddlers with a hammer, then set himself on fire while holding two youngsters.
    In another of those attacks in 2010, Zheng Minsheng, 42, stabbed and killed eight primary school students in Fujian Province. Five weeks later, after a quick trial, he was executed.
    My colleague Michael Wines reported at the time: “Some news reports stated that Mr. Zheng had mental problems, but most state media said no such evidence existed. Mental illness remains a closeted topic in modern China, and neither medication nor modern psychiatric treatment is widely used.”
    “Most of the attackers have been mentally disturbed men involved in personal disputes or unable to adjust to the rapid pace of social change in China,” The Associated Press reported Saturday, adding that the rampages pointed to “grave weaknesses in the antiquated Chinese medical system’s ability to diagnose and treat psychiatric illness.”
    Private ownership of guns — whether pistols, rifles or shotguns — is almost unheard of in China. Handgun permits are sometimes (but rarely) given to people living in remote areas for protection against wild animals.
    The Chinese school assaults were carried out with knives, kitchen cleavers or hammers, the usual weapons of choice in mass attacks in China. As a precaution before the recent Communist Party Congress in Beijing, the sale of knives was banned in the central area of the capital.
    Dr. Ding Xueliang, a sociologist at the University of Science and Technology in Hong Kong, speaking about the Chinese tragedy on Friday, told CNN that “the huge difference between this case and the U.S. is not the suspect, nor the situation, but the simple fact he did not have an effective weapon.
    “In terms of the U.S., there’s much easier availability of killing instruments — rifles, machine guns, explosives — than in nearly every other developed country.”

    http://rendezvous.blogs.nytimes.com/2012/12/15/china-calls-for-no-delay-on-gun-controls-in-u-s/

  • Denis Blondin Répondre

    18 décembre 2012

    Si quelqu'un pense pouvoir régler un problème social aussi profond que la multiplication des tueries en contrôlant les médications des personnes qui en prennent, bonne chance! On cherche toujours des solutions qui viendraient de nos connaissances scientifiques et de nos technologies mais c'est leur donner un pouvoir magique qu'elles n'ont pas, surtout quand il s'agit de contrôler le comportement social des êtres humains.
    Quant à justifier les gestes des tueurs d'enfants innocents, je ne vois pas ce qui aurait pu suggérer une interprétation aussi déconnectée.
    Denis Blondin

  • Francis Déry Répondre

    18 décembre 2012

    Avant de chercher à justifier son comportement, il serait peut-être plus avisé de chercher à savoir quels médicaments sous ordonnance il prenait. En particulier, ceux de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Inhibiteur_s%C3%A9lectif_de_la_recapture_de_la_s%C3%A9rotonine

  • Archives de Vigile Répondre

    18 décembre 2012

    Dans la série incroyable mais vrai, les médias québécois, qui nous innondent de cette tragédie depuis vendredi, auront mis 5 jours pour nous apprendre que l'une des 6 profs tuées est une...QUÉBÉCOISE!
    Rousseau c'était pas assez évident
    http://www.radio-canada.ca/regions/estrie/2012/12/18/005-lauren-rousseau-drame-newtown-weedon-disraeli.shtml