L'humour libéral

Québec se déclare lié à une convention contre la corruption

Le PLQ corrompu se moque de nous

A29de3b35c9f0a2af548165854c1fa5e

Chronique de PHP

La ministre Christine St-Pierre a dit que « l’intégrité et l’honnêteté [sont] au cœur des priorités » du gouvernement.


Jeudi, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a annoncé que le Québec était désormais lié à la Convention des Nations Unies contre la corruption. Au passage, elle a affirmé que « l'intégrité et l'honnêteté dans la gestion des affaires publiques [sont] au cœur des priorités du gouvernement du Québec ».


Cette convention a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) en octobre 2003. Elle s'inscrit dans la volonté de l'ONU de dénoncer « la corruption [qui] est un mal insidieux dont les effets, aussi multiples que délétères, affectent particulièrement les pays en développement, [là] où les ressources qui devraient être consacrées au développement sont détournées ».


Il serait utile d'ajouter que cette convention contre la corruption avait été adoptée en guise de complément à une autre convention, adoptée en septembre 2003. Celle-ci avait pour but de lutter contre la criminalité transnationale organisée.


> La suite sur Le Peuple.


Squared

Patrice-Hans Perrier172 articles

  • 164 752

Patrice-Hans Perrier est un journaliste indépendant qui s’est penché sur les Affaires municipales et le développement urbain durant une bonne quinzaine d’années. De fil en aiguille, il a acquis une maîtrise fine de l’analyse critique et un style littéraire qui se bonifie avec le temps. Disciple des penseurs de la lucidité – à l’instar des Guy Debord ou Hannah Arendt – Perrier se passionne pour l’éthique et tout ce qui concerne la culture étudiée de manière non-réductionniste. Dénonçant le marxisme culturel et ses avatars, Patrice-Hans Perrier s’attaque à produire une critique qui ambitionne de stimuler la pensée critique de ses lecteurs. Passant du journalisme à l’analyse critique, l’auteur québécois fourbit ses armes avant de passer au genre littéraire. De nouvelles avenues s’ouvriront bientôt et, d’ici là, vous pouvez le retrouver sur son propre site : patricehansperrier.wordpress.com