Quand Montréal speak English

326e2faf1cc696291481445b73f7fdcc

L'anglicisation de Montréal est une conséquence du remplacement de population


La scène se passe au Carrefour Laval. Boutique de produits de beauté. La vendeuse ne parle pas un mot de français et me demande de lui parler en anglais. Je m’impatiente. Une collègue de la vendeuse arrive et m’explique que cette jeune femme a été engagée "parce qu’elle parle anglais et mandarin". J’ai beau lui expliquer qu’il n’y a que deux langues officielles au pays et que le mandarin n’en fait pas partie, elle ne comprend pas que je sois frustrée. « Il y a beaucoup de clients chinois au carrefour Laval », m’explique-t-elle. Donc leurs droits sont plus importants que les droits des francophones...   


La scène se passe dans un restaurant mexicain du centre-ville. Je m’assois avec mon mari et mon fils . Le serveur, francophone, nous apporte des menus... en anglais seulement. Quand je lui demande des menus en français, il me regarde comme si je lui avais demandé de lècher le plancher du restaurant. Il part et revient quelques secondes plus tard. « On n’en a pas en français ». « Pas de menu en français, donc pas de clients en français » que je lui ai répondu. On voulait manger des nachos... on est reparti en "tabarnacos".   


La scène se déroule chez moi quand le livreur de pizza est incapable de me dire bonjour, merci, aurevoir.   


La scène se déroule au resto de salades rapides où tous les employés portent un t-shirt avec des slogans en anglais seulement. #makemysaladgreatagain   


La scène se répète au café du coin où le menu de jus est uniquement en anglais et où je passe pour une extraterrestre hystérique quand je demande où est le menu français.   


La scène se déroule au restaurant de fondue chinoise, au restaurant de ramen, où les serveurs parlent coréen, mandarin et anglais mais sont incapables de me dire « bonjour » ou « merci ».   


La scène se déroule chez Starbucks/Cinéplex/(insérez ici le nom des commerces ayant pignon sur rue au centre-ville) où je me fais dire par la serveuse que « Montréal est une ville bilingue » alors que je lui explique qu’elle peut juste me dire « bonjour » au lieu de son !@@#%(*&?$ de « bonjour hi ».   


La scène se déroule plusieurs fois par jour, tous les jours, à Laval, à Longueuil, à Montréal, dans cette province française d’Amérique qui lentement s’anglicise, sous le regard complaisant de citoyens qui s’en fichent, de jeunes qui organisent des « protest » contre un journaliste plutôt que des manifestations pour la survie de leur langue, de vieux fatigués de se battre, de chroniqueurs de La Presse qui trouvent qu'on chiale pour rien et de politiciens qui regardent ailleurs.   


La scène se déroule au coin de ma rue, dans ma ville, dans ma province que je ne reconnais plus et qui me désespère.