Processus d'accès à l’indépendance de Québec Solidaire

50 millions pour soutenir l'indépendance du Québec

Tribune libre

Processus d'accès à l’indépendance de Québec Solidaire :
«Un gouvernement de Québec Solidaire va s'engager dans les six mois de son accession au pouvoir à mettre en place une Assemblée constituante en organisant une élection, qui, à l’abri de toute influence: des marchés, des milieux financiers ou du pouvoir fédéral, va permettre à des représentants de citoyens de se réunir pendant 18 mois; d’organiser une consultation populaire à travers tout le Québec. Et à travers cette consultation d’écrire une constitution pour le Québec dans laquelle on décide de notre avenir: Nos orientations, nos choix en matière de développement, en matière de langue, de culture, en matière de relation avec les autres nations.
Et une fois qu’on a fait ces choix-là couchés sur papier sous la forme d’une constitution, c’est là que nous organisons une consultation populaire sous la forme d’un référendum où il y a deux questions qui sont posées :
D’abord :- Est-ce qu’on veut de cette constitution pour le Québec?
Et ensuite :- Est-ce qu’on doit être indépendant ou non pour réaliser ce pays de projet, établi sur la base de la Constitution que le peuple se sera donné à travers l’exercice de la Constituante?
Source , Amir Khadir - Pays de projets :
https://www.youtube.com/watch?v=cPyCguHA4lw
Québec Solidaire s'est donc «formellement» engagé à créer une Assemblée constituante dans les «six mois» d'une éventuelle prise du pouvoir, et à investir «50 millions» et 18 mois de travail, afin de maximiser les chances de la victoire du «Oui» lors de son référendum.
Source : Cadre budgétaire de Québec Solidaire :
http://www.quebecsolidaire.net/wp-content/uploads/2012/08/Cadre_budgetaire.pdf
Extrait du programme de Québec Solidaire:
«Un pays démocratique et pluriel»
«Nous considérons comme essentielle l’accession du Québec au statut de pays...»
«En tant que nation, le peuple québécois se voit comme une collectivité apte à s’autodéterminer politiquement.
Or, cette nation n’a pour l’instant que le statut d’une minorité politique dans le cadre de l’État canadien. L’aspiration du Québec à être considéré autrement que comme une province parmi d’autres s’est constamment butée au refus du gouvernement fédéral et du reste du Canada.
Au fil des ans et des batailles constitutionnelles, certains accords administratifs ont bien été conclus dans des domaines limités. Toutefois, toute réforme plus en profondeur du fédéralisme canadien s’est avérée totalement impossible. Le fédéralisme canadien est irréformable sur le fond.
Il est impossible pour le Québec d’y obtenir l’ensemble des pouvoirs auxquels il aspire, sans même parler de ceux qui seraient nécessaires aux changements profonds proposés par Québec solidaire.»-Extrait du programme actuel de Québec Solidaire»-QS
Source : http://www.quebecsolidaire.net/wp-content/uploads/2012/08/Programme-ENJEU_1-Democratie.pdf
Christian Montmarquette
Québec Solidaire
Page Facebook : http://www.facebook.com/christian.montmarquette

Featured 56599d2190662f65fbfa0affdabd4b20

Christian Montmarquette55 articles

  • 92 078

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec

Site officiel : [www.quebecsolidaire.net->www.quebecsolidaire.net]

Courriel de Québec solidaire info@quebecsolidaire.net

Programme : [http://quebecsolidaire.net/engagements_2008->http://quebecsolidaire.net/engagements_2008]

Téléphone : (514) 278-9014





Laissez un commentaire



15 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 avril 2013

    Monsieur Montmarquette, cela semble bien intéressant. Toutefois, le processus de mise en place de l'assemblée constituante me semble flou... Est-ce que QS a des documents précisant le fonctionnement? De plus, est-ce qu'il existe des pays qui ont fait leur indépendance suite à l'instauration d'une telle assemblée? Merci :)

  • Alain Maronani Répondre

    28 janvier 2013

    Alors que le PQ n'a même pas été capable d'obtenir un gouvernement majoritaire, les libéraux auraient pu être au pouvoir, gouvernement qui n'aurait JAMAIS mis en place la moindre réforme électorale, le passé étant garant de l'avenir, on peut lire, régulièrement sur Vigile, des propositions pour une constituante, tirage au sort, etc...(Je n'ai rien contre la démarche).
    Une seule question.
    Comment faites-vous concrètement pour rendre ceci possible ?

  • Christian Montmarquette Répondre

    27 janvier 2013

    Correction de mon dernier commentaire :
    Veuillez lire..
    «Tout le monde aura bien sûr compris que les 50 millions prévus pour l’installation de la Constituante, sera pris à même le budget du Québec, lorsque Québec Solidaire aura pris le pouvoir pour le mettre en application.»
    Merci de votre compréhension.
    Christian Montmarquette

  • Christian Montmarquette Répondre

    27 janvier 2013

    «Si vous croyez vraiment en la réalisation possible de ce projet, QS a un budget de l’Assemblée nationale, pourquoi des paroles et des promesses dans la semaine des 4 jeudis.
    Faites-la tout de suite!»-Syvie R. Tremblay
    J'espère que les lecteurs de Vigile sont suffisamment avertis-es pour ne pas embarquer dans les inepties et la démagogie de Madame Tremblay qui se prétendait cheffe d'un parti qui n'a jamais existé sauf un nom enregistré au DGEQ et qui est très mal placé pour faire la leçon aux autres sur le respect des engagements.
    Tout le monde aura bien sûr compris que les 50 millions et non prévus pour l'installation de la Constituante sera pris à même le budget du Québec lorsque QS aura pris le pouvoir pour le mettre en application.
    Un commentaire à mon avis fort consternant, qui ne rehausse pas le niveau du débat.
    Christian Montmarquette
    QS-Montréal
    .

  • Archives de Vigile Répondre

    27 janvier 2013

    Bonjour monsieur Montmarquette,
    Si vous croyez vraiment en la réalisation possible de ce projet, QS a un budget de l'Assemblée nationale, pourquoi des paroles et des promesses dans la semaine des 4 jeudis.
    Faites-la tout de suite ! Faites votre consultation maintenant, ainsi on aura l'heure juste aux prochaines élections, vous pourrez proposer le résultat de votre consultation, et nous saurons avant de voter pour QS, si selon les personnes qui auront fait la consultation, vous avez décidé d'être fédéralistes à la Mulcair ou souverainistes.
    Vous nous demandez de voter pour un parti qui nous informera de ses orientations après avoir été élu, et en plus, sans nous dire qui sera chargé de cette fameuse consultation, ça ne fonctionne pas comme ça, les gens veulent savoir avant pour quoi ils votent.
    Même madame David, lors d'un entrevue à Radio-Canada, a mentionné aux fédéralistes de ne pas s'inquièter, que la souveraineté n'était pas assurée, que la consultation pouvait déboucher sur le fédéraliste.
    Et qu'en pense le chef officiel de QS, monsieur Benoit Renaud, puisque selon le DGE, c'est lui le chef de votre parti, c'est à dire celui qui serait premier ministre si QS était élu ? Il s'est présenté dans une partielle à Rivière du Loup, mais anonymement, il n'a pas dit à personne qu'il était le chef officiel de QS ?

  • Archives de Vigile Répondre

    27 janvier 2013

    Message à M. Montmarquette
    1 - Je ne sais pas où vous êtes allé chercher tous ces ragots qui relèvent de la fiction. Je ne suis pas et je n'ai jamais été un des "maîtres d'oeuvre" d'Option nationale ni le rédacteur du programme. J'ai participé au congrès d'ON comme simple membre et j'ai fait adopter une seule proposition, la proposition 6.6. qui portait sur la démocratie participative, malgré que le chef ait voté contre.
    2 - Dans le tirage au sort, il y a des règles d'éligibilité très strictea qui excluent certaines catégories de personnes. Il faudrait lire un peu sur la question, avant de porter des jugements.
    3 - Le droit de parole, le droit à l'information, le droit de critique et le droit de vote existent dans une assemblée de personnes qui ont été tirées au sort. Toutes les expériences de démocratie participative qui ont lieu dans le monde entier le confirment. Mais encore là, il faut lire et se renseigner avant de dire n'importe quoi.
    4 - Vous croyez qu'il n'y a pas d'incultes et d'affreux parmi les élus? Le monde en est rempli. La plupart des guerres n'ont-elles pas été déclenchées par des parlementaires élus?
    5 - Vos commentaires démontrent tout simplement que vous ne maîtrisez pas le sujet et que vous vous basez sur des préjugés, l'ignorance et la peur.
    6 - Quand vous aurez maîtrisé le sujet, la discussion sera possible. Pas avant, car on perd notre temps.
    Pierre Cloutier

  • Christian Montmarquette Répondre

    27 janvier 2013

    En réponse à Pierre Cloutier.
    PC- Qu’est-ce qu’ON vient faire là-dedans ? Je ne suis pas le porte-parole d’ON et je parle en tant que citoyen. Point final.
    CM- Pour autant que je sache, vous êtes un des principaux maitres d’œuvres de la création d’Option nationale (rédacteur du programme), et en ce sens, il m’apparaît relativement difficile de vous dissocier de votre parti.
    Et en tant que rédacteur du programme d'Option nationale, il me semble que votre principe de contrôle des instances par leur base, ne sont pas congruents avec les valeurs énoncées. Puisque selon ce même principe, ce devrait être les membres d’un parti qui rédigent leur programme et non un avocat expert, qui le prépare entièrement d’avance pour le faire adopter presqu’entièrement par la suite en congrès de fondation.
    PC- Un citoyen tiré au sort n’est pas n’importe qui. C’est un citoyen à part entière qui a sa propre expérience de vie, qui est la plupart du temps, aussi sinon plus importante que bon nombre d’élus.
    CM- Je suis d’accord avec ce principe. Ce avec quoi je suis en désaccord, c’est le tirage au sort.
    Si on prétend que le citoyen doit avoir son mot à dire dans tout le processus constitutionnel, alors, ce même citoyen devrait au moins pouvoir entendre ce que les candidats-tes qui se présentent au poste de constituants ont à dire avant de les endosser. Parce, quoi qu’on en dise, les ignares, les incultes, les névrosés et les imbéciles courent les rue au Québec, et comme partout dans monde à bien y penser.
    PC- Si votre raisonnement est exact, cela voudrait dire qu’on devrait abolir les jurés en matière criminelle sous prétexte qu’on ne peut pas laisser à "n’importe qui" le soin de décider de la culpabilité ou de l’innocence d’une personne accusée d’un crime grave. N’est-ce pas là une conception un peu élitiste de la démocratie ?
    CM- Pour autant que je sache, ce ne sont pas «tous» les citoyens qui sont aptes à devenir jurés. Les avocats des deux parties doivent en venir à un accord après étude de leurs dossiers pour qu’un juré soit validé.
    PC- Si on confie le soin d’écrire une constitution à des personnes élues, on aura de fortes chances d’avoir une "anti-constitution" qui n’accordera aucun pouvoir institutionnel aux citoyens, à part celui de voter une fois à tous les 4-5 ans.
    CM- Si je comprends votre inquiétude, il demeure que je préfère un candidat que j’ai déjà vu et entendu et que je peux donc critiquer publiquement, que d’avoir à me soumettre à l’aveuglette à un possible inculte que je n’ai jamais vu de ma vie; et qui a d’ailleurs a autant de chances d’être un total larbin dont la vison est complètement imbibée par la structure actuelle de sa propre société qui poursuivra l’œuvre de ses prédécesseurs.
    PC- Il ne faut pas avoir peur de remettre en question le dogme de l’élection. C’est ce que je fais et c’est que ne fait pas QS, ni ON par ailleurs, ni aucun parti politique et on comprend très bien pourquoi.
    CM- En ce qui concerne la peur, je ne crois pas avoir peur. Je crois simplement que ce qui offre le plus garanties de participation et de contrôle des citoyens durant tout le processus constitutionnel, n’est pas le hasard, mais le droit de parole, le droit à l’information, le droit de critique et le droit de vote autant de la part des électeurs-trices que de la part des constituants-tes avant d’en déterminer le choix. De mon point de vue, la pige au hasard pour déterminer les constituants enlève un droit aux citoyens plutôt que de leur en accorder un.
    PC- Je n’ai jamais vu une classe privilégiée renoncer de son propre gré à ses privilèges. Jamais.
    CM- Nous n’avons jamais vu un parti de gauche prendre le pouvoir et proposer un processus honnête, transparent et démocratique au Québec non plus.
    N’oublions pas que Québec Solidaire est un parti, sinon le seul parti, en rupture avec les dictats actuels de la société et avec tout le néolibéralisme ronflant qui nous inonde, qui nous dirige et qui nous opprime et contrôle l’appareil de l'État de manière totalement antidémocratique.
    Merci de votre participation et de votre contribution au débat.
    Cordialement,
    Christian Montmarquette
    QS-Montréal
    .

  • Michel Répondre

    27 janvier 2013

    Bonjour Christian,
    À vous lire, j'ai l'impression que vous n'exprimez pas votre vraie pensée. Vous me faites penser à moi lorsque j’étais un militant péquiste. Je suis convaincu que vous êtes un véritable indépendantiste et un véritable socialiste qui espère voir évoluer son parti dans le sens de ses convictions. QS n’est qu’un tiers parti et il parle déjà la langue de bois, imaginez ce qu’il va devenir en grossissant. Lorsque vous devenez un militant de QS, vous me semblez « encarcané ». QS n'est ni indépendantiste, ni socialiste. Il veut puiser dans l’électorat « de gauche » et nationaliste. Il me fait l'impression de jouer le même rôle que le PQ à ses débuts, celui de tenir en laisse les progressistes et les indépendantistes. Tous les députés qui se trouvent à Québec, à l'assemblée néolibérale canadienne ont prêté serment à la reine d'Angleterre. Ils sont tous des ennemis du Québec. Les deux députés QS n’ont pas eu plus de principes que les autres.
    J'admire Pierre Cloutier pour son libre arbitre. Tant qu'il se tiendra loin du PQ, tant qu'il restera un indépendantiste qui a compris que le problème du PQ n'est pas Marois, mais le PQ lui-même, personne ne pourra l'accuser d’électoralisme. Il se voue à la défense de ses idées, de ses principes. Il propose des solutions originales, qui n’ont pas été vidées de leur sens par un parti politique. Il ne parle pas en fonction du nombre de votes qu'il ira chercher pour son parti. Il a compris qu’il n’est pas au service de son parti, que c’est plutôt à son parti de servir ses idées. Il dit ce qu’il pense et il pense à ce qu’il dit. Ça se voit et ça se sent. Son discours est plus socialiste que le vôtre quand vous êtes un QS, lorsqu’il dit : « …..Je n’ai jamais vu une classe privilégiée renoncer de son propre gré à ses privilèges….. »
    Restez vous-même Christian. Laissez le non conformiste en vous prendre toute la place. Dites-nous ce que vous pensez vraiment, quitte à mécontenter certains électoralistes.
    Que vous le vouliez ou non, vous êtes plus près d'un Pierre Cloutier au niveau des idées et du tempérament que des politiciens vaseux qui parlent des heures pour ne rien exprimer.
    Michel Rolland

  • Archives de Vigile Répondre

    26 janvier 2013

    À tout le monde,
    Bordel, l'Assemblée Nationale vote l'indépendance, puis vote une loi pour créer l'assemblée constituante, dont la composante sera définie après débat. Indépendance, puis assemblée constituante qui définira les règles de la nouvelle république. Ce n'est pas Pierre-Jean-Jacques élus ou nommés à la loterie qui décideront si la république doit être ou non. Déclaration d'indépendance, et vite on passe à l'assemblée constituante.
    La position de QS en est une de compromis et elle me désole.

  • Christian Montmarquette Répondre

    26 janvier 2013

    .
    «La grande question est comment QS pense mettre en place cette Assemblée constituante représentant les citoyens de partout au Québec, les communautés autochtones, les territoires, les régions, les municipalités et les villes ? Avez-vous une idée de ce que cela allègue comme représentants choisis, désignés au sort, élus populaires, etc ? Hélas, un plan sur papier est toujours plus clair que la réalité!»-Marius Morin
    Monsieur Morin,
    Créer une Assemblée constituante n'est pas un mystère de l'Église. Ce n'est toujours bien qu'une large consultation populaire soumise à un processus démocratique le plus clair, le plus participatif, le plus transparent et le plus équitable possible.
    À moins que je ne me trompe, l’installation de la Constituante proposée par Québec Solidaire pourrait, entre autres, s'apparenter à l'Assemblée constituante de la France, même si chaque constitution comporte évidemment sa part d'originalité.
    J'avais d’ailleurs contacté à cet effet le professeur Bernard Rioux, un des experts de la question nationale à Québec Solidaire, de même que Benoit Renaud, ex-chef de Québec Solidaire et secrétaire général de Québec Solidaire.
    Et voici ce de quoi il avait été question.
    (Remarquez qu'on aura beau essayer de donner toutes les garanties possibles et imaginables, il restera toujours des gens soit de pointilleux ou procéduriers, des inquiets chroniques ou des adversaires de mauvaise foi qui tenteront de vous discréditer.)
    Voici donc un modèle parmi d'autres possible et à partir duquel nous pourrions nous inspirer :
    «Assemblée constituante»: Des pistes de fonctionnement élaborées à partir du modèle bolivien:
    http://www.facebook.com/notes/christian-montmarquette/assembl%C3%A9e-constituante-des-pistes-de-fonctionnement/10150189840023912
    .

  • Archives de Vigile Répondre

    26 janvier 2013

    « Mettre en place une Assemblée constituante en organisant une élection…permettre à des représentants de citoyens de se réunir pendant 18 mois ; d’organiser une consultation populaire à travers tout le Québec. Et à travers cette consultation d’écrire une constitution pour le Québec dans laquelle on décide de notre avenir. » La grande question est comment QS pense mettre en place cette Assemblée constituante représentant les citoyens de partout au Québec, les communautés autochtones, les territoires, les régions, les municipalités et les villes? Avez-vous une idée de ce que cela allègue comme représentants choisis, désignés au sort, élus populaires, etc ? Hélas, un plan sur papier est toujours plus clair que la réalité!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 janvier 2013

    A Christian Montmarquette
    Qu'est-ce qu'ON vient faire là-dedans? Je ne suis pas le porte-parole d'ON et je parle en tant que citoyen. Point final.
    Un citoyen tiré au sort n'est pas n'importe qui. C'est un citoyen à part entière qui a sa propre expérience de vie, qui est la plupart du temps, aussi sinon plus importante que bon nombre d'élus.
    Si votre raisonnement est exact, cela voudrait dire qu'on devrait abolir les jurés en matière criminelle sous prétexte qu'on ne peut pas laisser à "n'importe qui" le soin de décider de la culpabilité ou de l'innocence d'une personne accusée d'un crime grave. N'est-ce pas là une conception un peu élitiste de la démocratie?
    Si on confie le soin d'écrire une constitution à des personnes élues, on aura de fortes chances d'avoir une "anti-constitution" qui n'accordera aucun pouvoir institutionnel aux citoyens, à part celui de voter une fois à tous les 4-5 ans.
    Il ne faut pas avoir peur de remettre en question le dogme de l'élection. C'est ce que je fais et c'est que ne fait pas QS, ni ON par ailleurs, ni aucun parti politique et on comprend très bien pourquoi.
    Je n'ai jamais vu une classe privilégiée renoncer de son propre gré à ses privilèges. Jamais.
    Pierre Cloutier

  • Christian Montmarquette Répondre

    26 janvier 2013


    À Pierre Cloutier,
    «QS ne propose pas un projet d’indépendance à la population. Il lui propose d’écrire une constitution qui pourrait être aussi celle d’un Québec-province que d’un Québec-pays.»-Pierre Cloutier
    Vous jouer sur les mots à mon avis, et c'est malheureusement le cas de nombre de membres d'Option nationale.
    Affirmer sans rire que Québec Solidaire ne propose pas de projet d'indépendance est une aberration après avoir lu le présent texte et les engagements formels de Québec Solidaire.
    Cette attitude négative systématique à l'endroit de Québec Solidaire correspond bien plus à une campagne de désinformation qu'à une réelle critique de l'état des choses chez QS.
    Et Option nationale propose quoi? De décider du pays à naitre à la place du peuple? Si c'est bien ça, ce sera un troisième échec référendaire assuré. Car les chances de réussites du projet d'indépendance ne seront que bien meilleures, si c'est le peuple qui se mobiliser et qui choisi lui-même dans quel genre de pays il veut vivre, quel sont ses aspiration et quelle en sera la loi des lois.
    «QS choisit délibérément et sans débat préalable l’élection comme mode de sélection des constituants alors que le tirage au sort serait peut-être plus démocratique.»-Pierre Cloutier
    Cela relève d'une stricte question de point de vue.
    Parce qu'il me semble quelque peu hasardeux de piger au sort n'importe quel quidam pour rédiger un document aussi important. Mieux vaut avoir la chance d'entendre les constituants avant de remettre le sort du pays entre les mains de parfaits inconnus.
    «Ce que je n’aime pas, c’est que les élus défendent leurs privilèges (ici Amir Khadir) et considèrent que la démocratie = élection et que l’élection = démocratie, ce qui n’est pas vrai.»-Pierre Cloutier
    «AUCUN» députés ni personne du monde et des partis politiques ne sera admis comme constituants selon la proposition de Québec Solidaire. Seuls, de simples citoyens auront le droit de se présenter. Donc, aucun privilèges de députés de ce point de vu-là en tous cas.
    Merci de votre intérêt et de votre contribution.
    Christian Montmarquette
    QS-Montréal
    .

  • Archives de Vigile Répondre

    26 janvier 2013

    Sur Vigile.net QS se veut indépendantiste, mais ailleurs... permettez-moi d'en douter. Je crois qu'en ce moment, les plus déterminés à déclarer l'indépendance du Québec, ce sont les membres du Parti Indépendantiste (PI). Pour ce qui est de l'assemblée constituante, je propose Michel Lepage, le chef du PI, pour en être le président.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 janvier 2013

    J'aime bien cette approche, car une constitution c'est la loi fondamentale d'un État qui encadre toutes les institutions et toutes les lois. C'est ce qu'il y a de plus important pour un peuple et une nation. J'émets cependant 2 petites réserves :
    1 - QS ne propose pas un projet d'indépendance à la population. Il lui propose d'écrire une constitution qui pourrait être aussi celle d'un Québec-province que d'un Québec-pays.
    2 - QS choisit délibérément et sans débat préalable l'élection comme mode de sélection des constituants alors que le tirage au sort serait peut-être plus démocratique. Voir ici toute l'argumentation d'Étienne Chouard à ce sujet, qu'on ne peut balayer du revers de la main, sous prétexte qu'elle est "utopique", inédite ou "révolutionnaire". A tout le moins, le choix des constituants pourrait se faire se faire selon une formule mixte : élection de représentants locaux - plus proches des gens - et tirage au sort. Voir ici : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/
    Ce que je n'aime pas, c'est que les élus défendent leurs privilèges (ici Amir Khadir) et considèrent que la démocratie = élection et que l'élection = démocratie, ce qui n'est pas vrai.
    Pierre Cloutier