PQ: l’exécutif est divisé

4693340412e2491a15b00a8793ad9feb

Ces divisions font tellement le jeu de nos adversaires qu'elles sont en train de nous tuer

Les suites de la défaite du Parti québécois provoquent des dissensions au sein du conseil exécutif national. Celui-ci se diviserait aujourd’hui en deux camps, dont la frange la plus critique craint d’être muselée.

Selon des informations recueillies par Le Devoir, il est « complètement faux » de penser que l’exécutif national appuie unanimement le directeur général du parti, Sylvain Tanguay. Au contraire. « Au moins la moitié des membres ne veut pas que Tanguay reste,indique une source interne. Mais on est un peu menottés par l’establishment », estime cette personne.

Ce clan plus critique de la performance des proches collaborateurs de Pauline Marois a appris mardi que le chef intérimaire, Stéphane Bédard, a lui-même nommé deux membres de son caucus pour siéger à l’exécutif. Son choix s’est porté sur deux députés très proches de Pauline Marois, soient Nicole Léger et Harold LeBel. Un choix perçu par certains comme une forme de « noyautage » pour empêcher que trop de têtes roulent au moment du grand bilan.

Les statuts du Parti québécois prévoient que trois membres du caucus siègent au sein du conseil exécutif national, composé de 16 personnes. Des trois qui siégeaient avant l’élection, seul Dave Turcotte a été réélu. Il fallait donc lui trouver deux collègues.

Mais le règlement stipule que ces trois députés doivent être nommés par le caucus, ce qui n’a pas été le cas cette fois. Plusieurs députés auraient fait part de leur mécontentement devant la nomination de Mme Léger et de M. LeBel, indiquent des sources.

Au PQ, on expliquait mardi que M. Bédard a voulu pourvoir immédiatement aux postes vacants pour que l’exécutif soit complet avant l’importante réunion de samedi, à Laval. Quelque 150 militants, membres de l’exécutif national et représentants des circonscriptions dresseront alors un premier bilan de la campagne. Le caucus choisira plus tard ses représentants officiels auprès de l’exécutif.

Pour le moment, les stratèges montrés du doigt pour la dégelée du PQ se refusent à tout commentaire. Ils rompront le silence derrière les portes closes d’une salle de l’hôtel Sheraton de Laval.

En l’absence de Nicole Stafford (ex-chef de cabinet) et de Dominique Lebel (ex-directeur adjoint du cabinet), l’ancien directeur des communications au cabinet de la première ministre, Julien Lampron, fera assurément face à un barrage de questions sur les causes de la défaite électorale. « La campagne a été dirigée par l’entourage de la chef : à eux de répondre aux questions », dit un péquiste qui sera présent.

Pour sa part, la chef démissionnaire Pauline Marois s’adressera aux militants péquistes seulement dans quelques semaines, lors de la Conférence nationale des présidentes et des présidents (CNPP).

Rôle important

Les nouveaux membres du conseil exécutif pourraient jouer un rôle important dans les décisions qui seront prises au sujet de la course au leadership. Normalement, l’exécutif national proposera les règles de la course à l’occasion d’une CNPP prévue au retour des vacances estivales. L’état-major du PQ envisage de donner le coup d’envoi de la course à la chefferie en 2015 ou au début de 2016.

Chose certaine, le programme du PQ ne sera pas adopté avant la désignation d’un nouveau chef, et le congrès d’orientation ne se tiendra « pas avant 2016 », a indiqué le président du PQ, Raymond Archambault.

Les militants sont partagés sur les modalités du bras de fer à venir au sein de la famille souverainiste, tout particulièrement sur le moment de son déclenchement et sur sa durée.

Même l’étendue du droit de vote ne fait pas l’unanimité au sein des rangs. Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, est favorable à l’idée d’inviter « le plus de gens possible » — à condition qu’ils appuient les valeurs progressistes et souverainistes du PQ — à choisir le prochain chef, mais également à contribuer au « renouveau du parti », a-t-il indiqué mardi au Soleil.

Le caucus des 30 députés sera consulté prochainement sur toutes ces questions, assure-t-on.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé