IDÉES — AFFAIRE SICOTTE

Une autre manifestation du néolibéralisme dans l’enseignement supérieur

98ad52c88d791461832d23c3b88c5a2e

Dérive idéologique grave dans les universités

Dans l’affaire Gilbert Sicotte, plusieurs commentateurs ont à juste titre tenté de contrer la soif de punir qui anime nos sociétés néolibérales en remettant les choses dans leur contexte. Mais ce contexte, malheureusement, ne se limite pas au théâtre et à son enseignement.



Pour comprendre comment un professeur peut être lynché et suspendu par son employeur sur la base de simples accusations, il faut tenir compte d’évolutions sociales qui affectent sévèrement tous les établissements d’enseignement supérieur.



L’une de ces évolutions est la socialisation désormais pathologiquement surprotectrice des enfants, qui les prive de l’autonomie et de la résilience auxquelles ils ont droit. C’est ce que certains appellent le phénomène de l’enfant-roi. Cette socialisation débouche sur une (auto)infantilisation des étudiants qui sévit désormais dans tous les établissements d’enseignement post-collégial.



Même s’ils peuvent voter, conduire et consommer de l’alcool ou du cannabis, ces étudiants se comportent et s’attendent à être traités comme des enfants qui doivent être guidés par les adultes et protégés contre les événements et les conditions normales de la vie étudiante. On voit ainsi des parents accompagner leur progéniture dans les campus, une scène qui aurait provoqué l’hilarité générale il y a trente ans. Autre manifestation, beaucoup plus sérieuse : la médicalisation de la condition étudiante, qui voit exploser le nombre d’étudiants faisant l’objet de diagnostics de dépression, d’anxiété et autres troubles de l’attention.



Infantilisation



Comme l’a magistralement expliqué le sociologue Frank Furedi, quand ils arrivent dans les établissements d’enseignement supérieur, la demande de ces adultes infantilisés est d’être validés par les professeurs et par l’établissement, exactement comme ils l’ont été par leurs parents.



La chose atteint des proportions extrêmes avec les militants de la politique identitaire qui ne se battent pas pour changer la société et vaincre les oppressions, mais pour faire reconnaître leur identité de victimes, ou celle des autres s’ils sont eux-mêmes mâles et blancs.



Le problème est que cette demande de validation est incompatible avec la transmission des connaissances, qui suppose de pouvoir demander aux étudiants de travailler plus ou mieux, et de leur communiquer, par des notes ou d’autres moyens, qu’ils ne satisfont pas aux exigences scolaires. La solution : travestir l’activité professorale en vocation parentale.



Les professeurs sont donc maintenant censés être des modèles pour… des adultes. Leur mission est désormais d’encourager les étudiants à exprimer leur moi profond, de prendre soin d’eux, et même de les aimer, comme en témoigne l’une des accusations lancées contre M. Sicotte : « J’ai jamais senti que cet homme-là m’aimait. »



L’obligation de valider ces fragiles créatures pèse aussi lourdement sur les établissements d’enseignement qui, pour attirer la clientèle dans un contexte néolibéral de sous-financement chronique, multiplient les services aux étudiants : soutien psychologique, pédagogique, méthodologique, médical, professionnel, sans oublier les services destinés aux catégories minoritaires et l’aide pour organiser des soirées festives. Il ne s’agit plus de fournir une éducation aux étudiants, mais d’assurer leur « bien-être », un terme devenu proprement liturgique.



Conformisme



La validation suppose aussi de protéger ces enfants contre tout ce qui pourrait les « blesser » et les « offenser ». Un vent de conformisme balaie ainsi l’enseignement supérieur et transforme ses établissements en casernes et en couvents. Cette évolution s’articule parfaitement sur l’impulsion disciplinaire et punitive du néolibéralisme.



On multiplie ainsi les codes de conduite et les règles éthiques, lesquels ne se contentent pas de réguler les activités de recherche-création, d’enseignement et d’apprentissage, mais entendent contrôler la vie affective et sexuelle des gens. Les professeurs, parce qu’ils sont en position d’autorité, du moins en théorie, sont désormais considérés comme des prédateurs qui doivent être étroitement surveillés.



La liberté d’enseignement, pilier de la culture universitaire, est de plus en plus mise à mal. Les contenus pédagogiques qui risquent de « heurter » doivent être accompagnés d’un rituel d’avertissements sur leur prétendue dangerosité. Dans des pays comme les États-Unis, ils peuvent même être interdits par les nouveaux censeurs de l’administration au motif qu’ils sont « inappropriés », une qualification d’autant plus utile qu’elle ne veut rien dire.



Dans tous les cas, on considère normal que les étudiants puissent se soustraire à des contenus et activités pédagogiques qui soi-disant portent atteinte à leur identité ou menacent leur équilibre psychique. Les débats, la critique et les controverses sont de plus en plus délégitimés par l’exigence d’« espaces sécuritaires », qui ne sont plus des locaux où peuvent se retrouver les membres de groupes opprimés, mais une politique d’épuration intellectuelle appliquée à l’ensemble des cours.



La liberté d’expression est elle aussi menacée par les interdictions de conférences et le chahutage de conférenciers qui ne récitent pas le catéchisme victimaire ambiant. Bizarrement, de nombreux professeurs de droit approuvent ces restrictions au motif que la liberté d’expression serait un privilège de l’élite.



> Lire la suite de l'article sur Le Devoir