Mohammed!

S'il devait réaparaître aujourd'hui et s'adresser aux jeunes musulmans en colère

Tribune libre

Né le 20 août 571 après JC. À sa mort en 632, Mohammed laisse derrière lui une civilisation naissante qui se nourrira de son message et s'étendra de l'Atlantique à l'Inde. 14 siècles plus tard, 1 milliard 400 millions de musulmans partagent tous le même sentiment d'appartenance au prophète Mohammed. Mais, de toute évidence, tous les musulmans ne font pas la même lecture du message de ce prophète.


Qu’ils soient chiites ou sunnites, qu’ils soient pratiquants ou pas, croyants ou pas, ils devraient pourtant tous reconnaître dans ces paroles son caractère humaniste.


Si Mohammed, prophète des musulmans, devait réapparaître aujourd'hui, juste le temps de se prononcer lui-même sur cette vague de violence entourant la diffusion d'un film qui insulte sa mémoire, il répéterait peut-être une de ses dernières paroles "Le ressentiment n'est point dans mon caractère".


Même s'ils ne représentent qu'une infime minorité parmi tous les musulmans de la terre, ceux qui ont réagi avec violence contre la publication du film islamophobe, ainsi que leurs porte-paroles, devraient se rappeler que de son vivant, le prophète Mohammed avait été durement insulté par des non musulmans. Il n'est écrit nulle part qu'il réagissait avec violence aux insultes et aux moqueries.


S’il devait réapparaître aujourd’hui, Mohammed aurait répété à ces hommes en colère ce qu’il a dit à Anas Ibn Malik : « Mon petit, si tu es capable, du matin au soir, de garder ton cœur pur de toute rancœur, alors fais-le ».


J’ose imaginer des millions de musulmans qui aiment trop leur prophète pour tomber dans le piège de la rancœur. Cette majorité silencieuse parmi laquelle il y a beaucoup de soufis, des mystiques dont les rituels de contemplation ne laissent pas trop de place à la haine.


Comme tous les musulmans, les soufis ne sont certainement pas insensibles aux insultes et aux caricatures dont leur prophète a fait l’objet. Mais ils ont atteint un tel niveau de noblesse de caractère que certains réagissent à ces insultes et à ces caricatures, tout au plus avec un sourire. Apparemment, la douceur et la sagesse des soufis n’est pas à la portée de tous.


S’il devait réapparaître aujourd’hui, Mohammed aurait peut-être répété à ces manifestants que «Dieu est doux et aime la douceur. Il récompense la douceur et non la violence». Il les aurait exhorté, comme il l’a fait auprès de ses compagnons, à adopter la douceur en toutes circonstances : «Dieu récompense la douceur et non la violence et Dieu accorde la douceur à ceux qu’Il aime. Quiconque est privé de douceur est privé du bien». C’est Aicha, épouse de Mohammed qui a rapporté ce hadith: «autant la douceur rend toute chose belle, autant la violence l’enlaidit».


Nul besoin d’être musulman ou croyant pour reconnaître l’humanisme de ces paroles comme on peut le reconnaître dans les paroles d’autres prophètes. Mais aussi sages et aussi douces soit-elles, ces paroles perdent leur écho lorsque la politique s’en mêle. Lorsque la détresse et la misère deviennent des terrains fertiles pour cultiver la haine de l’autre. Lorsque la soif de dignité est détournée du chemin de la paix à celui du Jihad.


Si Mohammed devait réapparaître aujourd’hui, il aurait invité ces manifestants à puiser en eux-mêmes la force nécessaire pour reconnaître les vrais combats à mener pour leur développement et leur épanouissement. N’est-ce pas c’est lui qui a dit : « Le meilleur jihad est celui que l’on mène contre soi-même ».


Si Mohammed devait réapparaître aujourd’hui, il aurait soulevé l’énorme paradoxe qui caractérise ces manifestations. Il se demanderait comment peut-on appeler à la violence et à la vengeance pour rétablir l’honneur d’un prophète de la paix ?


Mohammed a beau être prophète, il se considérait lui-même comme le plus modeste parmi les hommes. D’ailleurs, pour affirmer l’humanité de Mohammed, le jour de son décès, lorsqu’on est venu pleurer sa mort, Abou Bakr, premier Khalife de l’Islam, s’est adressé à la foule avec ses mots : "O Croyants, si vous adoriez Mohammed, apprenez que Mohammed est mort, mais si vous adoriez Allah, alors sachez qu'Allah est Le Vivant"


Dans les circonstances, les paroles d’Abou Bakr méritent d’être méditées.


Il y a 30 ans, un peintre arabo-musulman a eu l'audace d'exposer un portrait de Mohammed illustrant le premier appel que le prophète a reçu de l'ange Gabriel. Des milliers de musulmans se sont arrêtés devant cette fresque durant de longs moments. Aucune indication sur le tableau ne précisait de qui il s'agissait. Mais les gens reconnaissaient vite le personnage par son visage illuminé. Ses regards effrayés par le premier appel. Ils étaient tellement admiratifs devant la beauté du tableau qu'ils oubliaient que dans la tradition musulmane la reproduction de l'image du prophète est interdite.


Aujourd'hui, dans ce même pays arabo-musulman, cette exposition n'aurait pas eu lieu. Le regard a changé parce que le monde a changé…

----------------------


Par ailleurs,


Si l’appel au calme envers les manifestants en colère est une urgence, il est tout aussi urgent de s’attaquer aux conditions sociales et politiques qui ont donné lieu à l’intégrisme religieux dans les pays musulmans.


La violence des manifestations en réaction au film islamophobe est à mon avis le signe que le printemps arabe avait été détourné de son objectif par l’islamisation de plusieurs régimes arabes comme si le rendez-vous avec la démocratie devait être encore une fois saboté.


Le sabotage dure depuis l’avènement des indépendances..


J’y reviendrai.


Mohamed Lotfi

Featured c1b90b95f48d836a2ad7fea989740b7e

Mohamed Lotfi66 articles

  • 64 337

Journaliste et réalisateur de l'émission radiophonique Souverains anonymes avec les détenus de la prison de Bordeaux





Laissez un commentaire



11 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2012

    Frédéric Mercier ne sait pas de quoi il parle à propos de l'Islam. La main du voleur n'est une sentence automatique : c'est une loi-limite que le législateur ne peut pas aller plus loin que cette sanction pour ce crime. Cette loi-limite visait les chefs Mecquois qui eux profitaient du petit vol d'un fruit pour décapiter sur la place publique et intimider davantage ainsi la population. Mais il n'est pas obligatoire que la main soit tranchée automatiquement pour ce crime. Puisque c'est la punition-limite, on peut très bien imposer une amende, un travail communautaire, etc.
    Pour ce qui est des "massacres", M.Mercier fait comme tous ceux qui veulent noircir l'Islam : il confond volontairement les sourates et hadiths éternelles avec les sourates et hadiths contextuelles (du conflit contre l'oligarchie marchande de la Mecques). C'est facile ainsi de réduire cette religion à une idéologie guerrière. Pour ce qui est des hadiths, encore faut-il savoir qu'ils ont une valeur de crédibilité fixé par les spécialistes; il y a des hadiths faibles et des hadiths forts. Et comme il y a eu dans l'histoire toutes sortes de petites sectes qui ont rajouté des hadiths, il est facile d'en faire un gros "melting pot" pour en tirer ce que l'on veut. Sheikh Imran Hossein rappelle qu'il y a des méthodologies rigoureuses pour déterminer l'historicité d'un hadith mais les anti-islam à tout crin ne se donne pas cette peine (leur but est plus important que les moyens).
    Sans compter que l'arabe, en tant que langue consonantique, peut avoir toute une série de sous-entendus impossibles à rendre en français. Il n'y a donc aucune traduction qui peut réellement rendre compte du texte original et il est alors facile d'aller chercher des traductions qui mettent l'emphase sur des idées de massacres (comme la traduction de Kasimirsky, utilisée par presque tout les islamophobes parce que c'est celle qui va le mieux dans leur intérêt).
    Le problème de Frédéric Mercier, c'est qu'il ne se détache pas de ses présupposés idéologiques pour aborder cet objet historique : en témoigne sa phrase "couper à gogo les mains et les pieds en cas de péché" qui démontre bien plus un emballement émotif qu'une objectivité d'historien. Et ici je m'arrête par manque de temps mais n'ayez crainte messieurs les anti-islam, je reviendrai avec le sujet de la lapidation car là aussi il y en plus à dire que vos diabolisations habituelles.
    Merci à l'Islam d'exister.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 septembre 2012

    Je ne suis pas musulman,je ne suis prou proche de leur croyance!Sauf que,selon moi,pour le respect et pour le même humanisme que les uns et les autres prêchent ici et là,il serait plus sage que désormais l'on prenne en compte que la représentation de leur prophète est l'objet de prohibition.
    Car,au bout du compte,le faire,c'est offenser les musulmans et ainsi faire de la provocation inutile...Peut-on parler d'humanisme sans respect de l’être humain?Tout au moins on sait ce que ces musulmans n'aiment pas.Si l'on veut être humaniste,commençons par respecter leurs croyances et leurs signes religieux sans même avoir à y participer.Il y a plein de sujets desquels des films et des arts peuvent naître.Le vrai humanisme est avant tout le respect de l'homme,alors n'essayons pas d'arrondir les choses.Notons bien que je ne partage en rien et jamais les violences nées des réactions.
    M.Obama a été peu sage de condamner les actes de violences sans apaiser les outragés.Ce n'est pas humain!Quand on fait mal,il faut avoir l’humilité de s'excuser,ça ne tue pas.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 septembre 2012

    La "douceur"?
    Le prophète des musulmans recommande (dans le Coran, et c'est pire dans les Haddiths, boucherie sanglante) de lapider à mort et de couper à gogo les mains et les pieds en cas de péché.
    Pourtant chaque sourate du Coran commence en nous rappelant que "Dieu est miséricordieux".
    Le gros problème de l'islam est l'incohérence de ses enseignements.
    À moins qu'un extrémiste ait réécrit des passages du Coran depuis le temps, mais les musulmans nous jurent que le texte est inchangé depuis l'époque de Mahomet, donc...
    On ne sait plus sur quel pied danser, surtout quand il ne nous en reste qu'un.

  • Archives de Vigile Répondre

    24 septembre 2012

    J'ai lu...
    Je me dois donc de vous répondre.
    Ainsi et d'abord,
    Si l'humanité se résumerait à être un lion...
    Je ne tente, comme d'autres, que d'être une de ces souris aveugles qui lui retirent des épines de ses pattes avant.
    ...
    Cette montagne qui semble surgir devant chaque mouvement de masse... n'est peut-être pas néfaste, enocre faut-il en connaitre l'existence...
    À nouveau... plusieurs choix s'offrent...
    La contourner à droite,
    La contourner à gauche,
    Creuser un tunnel au travers,
    Faire une sentier sur la montagne,
    Et de façon moderne...
    Appeler un hélico et faire semblant qu'elle n'existe pas...
    Vous comprendrez que je crois que l'humanité dans sa forme la plus simple, va finalement arriver de l'autre coté de cette montagne...
    En lisant vos mots, j'ai vu le géant derrière...
    Je le salue.

  • Archives de Vigile Répondre

    23 septembre 2012

    Peut-être pas sur la forme, mais sur le fond, oui. La scission chiites-sunites est tout à fait comparable avec celle des catholiques-protestants. Avec Ali, quatrième Khalife de l'islam, un rapport de force s'est installé dangereusement entre deux familles cousines. Deux visions de l'islam se sont fait la guerre, celle des chiites qui se réclament de ALI et son fils Hussein (Tout en reconnaissant Mohammed) plus humaniste et moins conquérante (plus proche du message du prophète) et celle des sunnites qui se réclament de Mohammed aussi, mais pour les chiites, les sunnites ont trahi le message de paix du prophète pour devenir des conquérants. Mais dans l'islam il y a plusieurs écoles, dont celle du soufisme qui se réclament du message originel du prophète. Ces derniers ne se reconnaissent pas dans le discours salafiste. Ils ne participent à aucune guerre. Ils n'ont jamais instauré un régime politique. Ils ne revendiquent jamais d'actes terroristes. Mine de rien, les soufis jouent aujourd'hui un rôle déterminant pour apaiser les esprits. Sans les soufis, et leur discours de paix, la situation aurait été pire, imaginez...
    Voici un extrait d'un article de Pierre Beylau qui explique bien l'origine de cette guerre entre chiites et sunnites:
    "La rivalité chiites-sunnites plonge ses racines dans l'histoire. La déchirure a été consommée le 10 octobre 680. Ce jour funeste, dans la plaine de Kerbala (en Irak actuel), la puissante armée du calife Omeyyade Yazid écrase celle de Hussein, petit-fils du Prophète qui refuse l'allégeance au maître de Damas. Hussein est tué, mais son martyre deviendra le mythe fondateur des chiites qui le célèbrent chaque année lors de l'Achoura. Les chiites continueront, au fil des siècles, à considérer que seuls les descendants du Prophète ont autorité sur l'islam, alors que les sunnites, très majoritaires dans le monde musulman, estiment que la communauté des croyants s'appuyant sur la sunna (la tradition) assure la pérennité du message de Mahomet.
    L'Irak restera la terre d'élection du chiisme ainsi que l'Iran voisin. Des communautés chiites apparaîtront au Liban, en Syrie, en Turquie, en Arabie, dans les pays du Golfe. Souvent méprisés, les chiites ont toujours été considérés par l'islam sunnite triomphant comme une anomalie politico-religieuse.
    La destruction de l'Irak en tant que puissance régionale a largement contribué à semer le chaos. Le Chott al Arab (la frontière irako-iranienne) était historiquement le limes qui séparait le monde chiite du monde sunnite, le monde perse du monde arabe. L'intervention américaine a bouleversé cet équilibre millénaire ouvrant un boulevard à l'Iran et au chiisme qui sont alors apparus comme une menace pour l'ensemble des pays sunnites".

  • Archives de Vigile Répondre

    23 septembre 2012

    M. Lofti, Merci!
    Nous ne connaissons que très peu l’islam. Nous n’en savons que ce que les médias nous rapportent, massacres et violences. Une petite question en passant et je crois que cela intéressera beaucoup de monde. Nous entendons parler de Chiites et de Sunnites. Nous entendons parler qu’ils s’entretuent. Pourriez-vous nous expliquer quelle en est la différence? Cela pourrait-il être comparé aux violences dans l’histoire entre catholiques et protestants, toutes deux relevant pourtant de quelqu’un qui a aussi prêché la paix?
    Ivan Parent

  • Archives de Vigile Répondre

    23 septembre 2012

    Prodigieux texte Mo!
    (Si tu me permet)
    Je ne me réclâme de votre culte...
    Mais lorsque j'entend l'écho d'une voix d'homme dans cette vallée des cris et des peurs...
    Je la salue.
    Je me dois de souligner que l'indépendance tel que vous le dites n'est pas un mal en soit, vous y étiez déjà... c'est le bol dans lequel on désire nous mettre qui n'est pas flexible...
    On ne contient pas du liquide comme on contient du solide... et encore moins ... quand c'est gazeux.
    Pourtant chaque forme a son usage, son essence, sa raison d'être.
    Établir les lignes à ne pas franchir à l'intérieur de tels regroupements est un "combat" intellectuel de longue haleine.
    La francophonie d'Amérique vous comprend très bien à cet effet... mais se dissocie de votre mal, n'y voyant pas que nous partagons la base de la pyramide du marasme.
    De plus, ces deux peuples devraient cesser de se regarder de bord en bord de la barricade...
    Lorsque vous regardez dans notre direction, il est inscrit "Dieu" sur la pallisade...
    Lorsque nous regardons dans votre direction, il est inscrit "Allah" sur la pallisade...
    Je m'indigne quand je constate que vous regardez tous...
    La même pallisade.
    Chacun de votre coté.
    Encore une fois...
    Vous ne m'estomaquez pas...
    Vous me faites plaisir ce matin.
    Bonjour chez-vous...
    Et que les hommes se relève de cette fumée au raz du sol.
    Pour se parler, dans la quiétude des hautes altitudes.
    Les hommes étant les hommes, sans ce genre de suite, nous cesserons sinon ces cris...
    Que lorsqu'il ne restera que toi et moi...
    Salut Mr. Lofti!

  • Archives de Vigile Répondre

    23 septembre 2012

    Tous ce chaos pour un film qui n'existe pas.
    Une bande annonce de film porno de qualité douteuse dont les paroles furent rééditées en atelier pour y changer les noms et le sens de l'histoire.
    Une identité empruntée à un Copte coupable de fraude bancaire.
    Tout pour assurer un massacre en Égypte.
    Les États-Unis hésitent à entrer dans un conflit contre l'Iran.
    Il n'est pas le seul pays de l'OTAN. Pensons à la Norvège qui a pris parti pour la Palestine avant que Breivik sévisse.
    La mort de l'ambassadeur Stevens est un mini-Pearl Harbor. Un autre coulage du Lusitania ou du Maine. Un évènement pour forcer une décision qui va à l'encontre des intérêts nationaux.
    Je n'écrirais pas que les pays de l'Otan cherchent à causer cette guerre. Mais leurs dirigeants sont des trouillards.
    J'admire Obama de tenir tête à Nethanyahou.
    Hillary Clinton me déçoit.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 septembre 2012

    Vous décrivez tellement bien et de façon si élégante l'Islam que j'ai jadis connu en Turquie, que je n'ai plus rien a ajouter.
    Malheureusement depuis l'arrivé de Khomeyni en Iran et l'opulence de l'Arabie Saudite qui inonde avec l'argent des petro dollars les pays du Moyen Orient pour faire la promotion de la philosophie Salafiste, je ne reconnais plus la Turquie ni l'Islam.
    Meilleures salutations

  • Oscar Fortin Répondre

    22 septembre 2012

    Merci pour ce rappel de cet humanisme bien présent dans la pensée de Mahammed.

  • Patrice-Hans Perrier Répondre

    22 septembre 2012

    Cher ami,
    il me fait toujours un grand plaisir de vous lire !
    j'aime l'allusion au Soufisme ... un mouvement mystique qui est trop peu connu et qui a été tenu à l'écart par les grandes dynasties qui se sont accaparé les oripeaux du Prophète.
    il ne faut pas oublier que nous assistons à des guerres sous faux drapeaux.
    il y a un conflit entre les oligarchies bancaires et certaines nations du Moyen-Orient et du pourtour de la Méditerranée.
    les puissances de l'axe Atlantique ont tablé sur la notion de «conflit de civilisation» pour faire en sorte que l'opposition «OCCIDENT LIBRE» et «MONDE MUSULMAN TRADITIONNEL» vienne remplacer celle, caduque, de GAUCHE et de DROITE.
    il fallait, après la chute du BLOC SOVIÉTIQUE trouver un nouveau BOUC ÉMISSAIRE. Voilà, c'est fait.
    pour ma part, étant chrétien d'obédience ... un peu Soufie (est-ce possible ???), j'observe toute cette Macédoine d'intérêts imbriqués avec un certain dégoût et la rage au ventre de ne pouvoir rétablir les faits ...
    qui sont les obscurantistes ?
    sommes-nous réellement dans la modernité et ... si c'est le cas, est-ce que les temps modernes sont vraiment mieux que le Moyen-Âge ?
    il y a eu plus de morts causés par les guerres au XXe siècle que tout ce qui a été comptabilisé depuis le Christ ou même avant ...
    qui sont les Barbares ?
    je n'ai pas de réponses. Je n'oppose pas, pour ma part, l'occident à l'orient ou l'Amérique au reste du monde.
    les oppositions sont des vues de l'esprit entretenues par les puissances d'argent.
    il n'y a qu'une humanité qui chemine sur le chemine de la survie, de la libération et de l'élévation.
    toutefois, nous en sommes toujours qu'au stade de la survie.
    l'amour est la seule force motrice de l'univers.
    le POUVOIR conduit, invariablement, à l'entropie.