Parlons stratégie

Mettons sur pied un programme de revendications visant à démontrer l'intransigeance d'Ottawa et justifier la souveraineté

À l'agenda : 12 demandes au fédéral en 12 mois ; devant 12 refus : l'indépendance !

Tribune libre 2010

Un gouvernement visant l'indépendance pourrait mettre au point un programme de revendications auprès d'Ottawa afin de démontrer en 12 points que le Canada refuse toute concession au Québec et que devant un tel entêtement la seule solution consiste à accéder à la souveraineté qu'un référendum confirmera.
Ainsi, chaque mois on fait une demande précise au fédéral avec 30 jours pour négocier et obtenir une réponse sans possibilité de tergiversations. Au bout d'un an, on fait le compte. On peut d'ores et déjà prédire l'échec de ces revendications. Par conséquent, une conclusion hypothétique irait comme suit : "le Québec a fait 12 demandes essentielles à son avenir et sur ce nombre 11 ont été catégoriquement refusées par le gouvernement fédéral. Toutes ces demandes seront réalisées dans un Québec souverain où nous aurons pleine possession de tous les leviers d'action nécessaires pour nous épanouir".
Quelques exemples de points de négociations mensuelles :
- se doter d'une constitution québécoise
- adopter une Charte des droits de la personne québécoise
- l'abolition de l'application de la doctrine du multiculturalisme
- le contrôle décisif de l'application prioritaire de la langue française
- le plein contrôle de l'immigration
Cette démonstration d'intransigeance de la part d'Ottawa d'accorder quoi ce soit au Québec, répétée sur une période de 12 mois frappera l'opinion publique et fournira la motivation nécessaire pour susciter le désir justifié de l'indépendance.
Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.
Quelques exemples de revendications autonomistes
http://webcache.googleusercontent.c...

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie523 articles

  • 972 104

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique. L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité. Tout près d'un million de lecteurs ont lu ses articles et partagé sa réflexion. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise forte ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    5 août 2010

    Je vois que mon idée a fait du chemin. L'ayant déjà faite parvenir au Parti Québécois, on peut lire dans Le Devoir du 5 août ceci:
    Une telle revendication (la revendication d'une seule déclaration de revenus — et donc de la perception de tous les impôts — par le Québec), avec deux ou trois autres, s'inscriraient dans le programme du Parti québécois pour la prochaine campagne électorale avec la menace, advenant une réponse négative, d'un référendum sur l'indépendance.
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/293759/discussions-au-parti-quebecois-il-faudrait-mobiliser-autour-d-un-programme-de-pays#reactions
    Réjean Labrie

  • Archives de Vigile Répondre

    3 août 2010

    Je suis d'accord avec ReneP: "La liste est déjà trop longue". Ce qu'il faut c'est de "combattre": faire en sorte que cette liste est présente dans la t^^ete de tous(majorité) les québécois.C'est la seule façon de forcer les politiciens à la déclarer cette indépendance.
    Ce site contient un éventail très compétent de gens qui savent articuler le verbe. Je les invite à se dépasser. Personnellement, malgré mon verbe endémique, je me fais un devoir d'intervenir, spécialement dans les journaux fédéraliste, de relever le plus logiquement possible les idioties ou les "quebec bashing" qu'ils énoncent, afin de ralier à ma pensée la majorité de mes concitoyens.
    Il ne faut pas oublier que déclarer l'indépendance et la faire sont deux choses. La première dépend d'une déclaration alors que la seconde dépend d'une volonté. Un volonté défaillante peut résulter en un échec. Il est sur que les fédéralistes vont jouer cette carte.
    Nonobstant tous les Kosovos du monde, l'indépendance du Québec se fera si, et seulement si, une majorité de québécois la veulent...peut importe le pourcentage...
    Noel

  • Archives de Vigile Répondre

    3 août 2010

    Il existe déjà une liste presqu'infinie de demandes faites par Québec et qui ont été refusées par Canada et il existe aussi une autre liste de tous les coups bas faits par Canada dans le but de faire dispatraître le peuple Québécois. Alors, il suffirait de publier un catalogue de toutes ces demandes et de tous ces coups bas et d'en faire la démonstration auprès des québécois aussi longtemps qu'il sera nécessaire pour que ceux-ci réalisent qu'il n'y a qu'une seule facon d'assurer la survie du Québec et c'est d'en faire un pays TOTALEMENT indépendant: c'est ca ou DISPARAÎTRE. Si nous ne sommes pas encore un pays, c'est parce que les politiciens indépendantistes n'ont pas su faire voir au peuple québécois la vérité quant à sa survie alors que les politiciens fédéralistes ont su, eux, par leurs mensonges, faire voir aux québécois que la dépendance
    était ce qu'il y avait de mieux pour eux. Il faudrait cesser d'être gentil avec les politiciens fédéralistes qui trompent le peuple de facon malhonnête et mettre des gants de boxes comme eux font.

  • Michel Laurence Répondre

    3 août 2010

    @Monsieur Réjean Labrie
    Un seul commentaire, une citation de Pierre Bourgault : « On aurait tort de vouloir réduire un désir naturel de liberté à une simple réaction de ressentiment. »
    http://bit.ly/99MMPL

  • Gilles Bousquet Répondre

    3 août 2010

    M. Robert L. écrit : «La Tribune libre et autres sites nationalistes permettent aux indépendantistes convaincus d’échanger entre eux sur la meilleure voie à suivre pour atteindre leur objectif commun ; n’est-ce pas là une belle démonstration d’ouverture et du bon usage de la liberté d’opinion ? »
    D’accord pour échanger de façon constructive, j’en suis, mais, pour planter le PQ publiquement tout le temps, je n’en suis plus.
    Le plus utile serait encore d’échanger avec les fédéralistes québécois pour tenter d’en faire des souverainistes et de militer au PQ de façon positive « autrement que le SPQ libre » qui aime tellement le PQ, qu’il passe son temps à la critiquer publiquement.
    La meilleure voie pour atteindre notre objectif est une solide majorité de souverainistes au Québec, le comment et le quand réaliser la souveraineté ne seraient alors plus un grand problème.
    L’idée des demandes répétées du Québec qui seront refusées ou acceptées par le fédéral, avec les conséquences sur la fédération actuelle, est déjà dans le programme du PQ…me semble.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2010

    J'aime bien cette idée de démontrer systématiquement dans les médias le refus répété du fédéral de toute forme de concessions au Québec. Trop de Québécois s'illusionnent en croyant pouvoir obtenir encore quelque chose de tangible du fédéral et hésitent à passer à l'action, c'est-à-dire se décider à réaliser la souveraineté.
    À M. Bousquet:
    La Tribune libre et autres sites nationalistes permettent aux indépendantistes convaincus d'échanger entre eux sur la meilleure voie à suivre pour atteindre leur objectif commun; n'est-ce pas là une belle démonstration d'ouverture et du bon usage de la liberté d'opinion?
    Robert L.

  • Gilles Bousquet Répondre

    2 août 2010

    Est-ce que les fédéralistes passent leur temps à conseiller publiquement M. Charest sur les façons de faire pour bloquer le chemin aux souverainistes afin de conserver la fédération actuelle pour le Québec ? NON !
    À côté, il y a plein de souverainistes qui tentent de dicter au PQ ce qu'il devrait faire ou ne pas faire, quand, où et comment pour établir la souveraineté du Québec en sortant le Canada, même avec une minorité de souverainistes déclarés. Ils complètent en critiquant le PQ qu'ils ne trouvent pas assez radical. Ils tapent sur le mauvais clou en plus de se taper sur les doigts. Ils vont finir par se faire mal.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2010


    L'indépendance n'a pas à être justifié, monsieur Labrie, tout comme la liberté ? Cette idée de tenter de faire avancer l'appui à l'indépendance par des refus systématiques du fédéral est une idée stupide, tout comme le PQ qui veut demander au fédéral de rapatrier des pouvoirs. Scénario : Le fédéral va dire non, les péquistes vont déchirer leurs chemises à la TV et les québécois vont trouver, encore une fois, tout ce beau monde très-très comique.
    La plus grande erreur que nous faisons et ce, depuis trop longtemps, est de ne pas faire confiance à l'intelligence des Québécois. Et comme ils le sentent immédiatement chaque fois que ce genre d'idée est mise de l'avant par un parti, ils trouvent tous les politiciens cons.
    Et ils ont raison. De pareilles stratégies cousues de gros-gros fil blanc est une véritable insulte à l'intelligence.
    André Vinvent

  • Archives de Vigile Répondre

    2 août 2010


    Il faut aller encore plus loin et prouver qu'Ottawa est une fondation arbitraire et que Québec est un État naturel et optimal.
    JRMS