Luc Blanchette, porteur d’eau

B01af1961ac575a658b0421c57331fa4

Le régime libéral : un gouvernement contre l'intérêt national


C’est souvent la nuit que se font les mauvais coups.


En politique, c’est souvent en fin de session, quand les vacances approchent, qu’on essaie de nous enfirouaper.


C’est aussi, parfois, lors des fins de régime, quand bien des gens dans l’appareil politique se soucient plus de leur prochain gagne-pain que des conséquences de leurs dernières décisions.


Scandaleux !


Une décision importante doit se prendre au terme d’une discussion ouverte.


C’est plutôt en catimini, au moyen d’une discrète modification réglementaire, que le ministre Luc Blanchette veut nous ramener 40 ans en arrière.


Jadis, les clubs privés avaient le monopole de la pêche dans le Nord-du-Québec.


Le gouvernement de René Lévesque a mis fin à cela en les abolissant : tout le territoire québécois et ses ressources devenaient un patrimoine collectif.


Certes, pêcher le saumon dans le Nord n’est pas à la portée du premier venu, mais si c’est votre « trip » et que vous économisez, vous pouvez y aller avec vos copains.


Luc Blanchette veut obliger quiconque le désire à faire affaire avec des pourvoiries privées qui ont une riche clientèle étrangère et exigeront les prix que vous imaginez.


Quand de richissimes clients viennent de New York ou Boston, il ne faut surtout pas qu’ils tombent sur vous et vos chums.


L’endroit est juste pour eux. Vous faites « cheap », avez-vous compris ? Vous gâchez « leur » aventure.


C’est une reprivatisation pure et simple, comme le PLQ l’avait déjà tenté en 2004 avant de reculer devant le tollé.


En plus de se comporter comme un porteur d’eau, Luc Blanchette s’emmêle dans ses lacets.


Il dit d’abord que c’est pour protéger le saumon. Puis, que c’est ce que veulent les Inuits.


Il dit finalement que les gens ordinaires pourront se contenter des rivières du Sud, car, voyez-vous, les gens à qui il veut réserver le Nord, c’est du monde « spécial », pas comme vous.


Je le cite : « Vous savez, le Grand Nord, c’est pas une clientèle de Walmart, là. C’est vraiment une clientèle triée sur le volet. »


C’est méprisant comme du Gaétan Barrette, et idiot comme du Stéphanie Vallée.


Vente au rabais


Mettons cette décision insensée dans un contexte plus large.


Plusieurs magnifiques entreprises québécoises ont été récemment vendues à des étrangers.


Nos écoles et nos routes sont dans un état honteux.


Maintenant, c’est le quart de notre territoire qu’on veut soustraire du patrimoine faunique de tous les Québécois.


Quelle sera la prochaine braderie, la prochaine vente au rabais, la prochaine pièce mise à l’encan ?


Il faut arrêter cela immédiatement.


Jadis, la « Clique du Château » était le nom donné par le peuple à un groupe de riches familles anglaises qui contrôlait tout au Bas-Canada.


Tout change, et rien ne change.