Un an après la guerre entre Israël et le Hezbollah

Les Libanais du Québec se souviennent «des jours d'horreur»

Il y a un an, la guerre au Liban

Juillet 2006, un déluge de bombes s'abattait sur le Liban pendant 33 longues journées, faisant plus d'un millier de morts et des dommages matériels pour des milliards de dollars. Les Canadiens avaient alors suivi en direct cette offensive meurtrière. Mais pour l'importante communauté libanaise installée ici, cette guerre éclair a surtout amené avec elle son lot d'angoisse insupportable.
Encore aujourd'hui, les souvenirs sont aussi douloureux. «C'étaient des jours d'horreur, se rappelle Mouna Diab. Tout le monde était très tendu. On n'allait plus travailler, on passait notre temps devant la télévision ou à essayer de parler aux membres de notre famille là-bas.» Installée au Québec depuis plusieurs années, la jeune femme de 22 ans compte toujours plusieurs membres de sa famille au pays du Cèdre. Ils vivent pour la plupart dans le Sud, une région particulièrement éprouvée l'été dernier puisque Israël espérait y frapper de plein fouet les militants du Hezbollah.
Et alors que les frappes aériennes se multipliaient, tout comme le nombre de victimes civiles, elle se souvient d'avoir parfois trouvé du réconfort dans le simple fait d'échanger quelques mots avec un proche resté là-bas. «Quand on réussissait à parler à quelqu'un, c'était un soulagement, même si les gens au Liban ne nous rassuraient pas. Une fois, par exemple, je parlais avec mon cousin, qui nous racontait qu'ils étaient cachés et qui disait: "On voit les avions israéliens, ils attaquent tout près de notre village."»
Encore marqué par les événements, Haydar Moussa a lui aussi craint pour la vie de ses proches, partis en vacances au Liban peu de temps avant le début des hostilités. «Je ne savais plus s'ils allaient revenir ou mourir. C'était cruel», affirme-t-il.
Un de ses frères et son père, accompagnés de deux jeunes enfants, ont pu fuir le pays par la route, en gagnant la Syrie. Un pari risqué, puisque plusieurs routes et ponts ont été la cible de frappes aériennes. «Ils ont pris le risque de partir en auto jusqu'en Syrie. Ils avaient peur d'être bombardés mais se sont dit: "Soit on part et on prend le risque de mourir, soit on reste et on prend aussi le risque de mourir", explique-t-il. Ils ont pris le risque de partir.»
Son autre frère est resté coincé avec sa femme et leurs trois jeunes enfants à Beyrouth, terrés pendant un mois. «Les bombardements étaient parfois tout près de chez eux. Un jour, un avion est passé au-dessus de leur immeuble. Ils ont eu très peur, ils pensaient qu'ils allaient mourir, mais c'était un avion français», explique le jeune homme de 23 ans.
Au-delà de cette angoisse quotidienne, Haydar Moussa et Mouna Diab gardent un souvenir plus qu'amer des propos du premier ministre Stephen Harper, qui avait rapidement qualifié l'action israélienne de «mesurée», réaffirmant du même coup l'appui de son gouvernement à l'État hébreu. Il avait aussi refusé de réclamer un cessez-le-feu immédiat.
«Je ne crois pas que celui qui tue autant de citoyens mesure ses actes», affirme le jeune homme. Il cite comme exemple «le massacre de Cana». Le 3 août 2006, la chasse israélienne avait frappé la ville, tuant 30 civils, dont 23 enfants. Cette attaque avait d'ailleurs provoqué une vague de condamnations dans le monde. «C'était un crime de guerre. Ce n'était pas une guerre entre deux armées, c'était une guerre contre des civils innocents, contre des gens qui veulent seulement vivre», ajoute-t-il.
«Dans certains secteurs de Beyrouth, on ne pouvait pas savoir, après les bombardements, s'il y avait ou non un immeuble avant, soutient-il. Les 33 jours de bombardements ont été pires, par endroit, que les 15 ans de guerre civile.»
L'opération d'évacuation des ressortissants canadiens pris au Liban a elle aussi été une «honte pour le Canada», selon Mouna Diab. Le rapatriement avait mis plus d'une semaine à débuter, cahin-caha. Le tout se faisait aussi dans une certaine confusion, l'ambassade canadienne de Beyrouth étant visiblement débordée. Sous le feu de la critique, le premier ministre Harper était lui-même allé chercher 120 réfugiés, amenés par bateau à Chypre, pour les ramener au pays à bord de son avion.
Même une fois arrivés au Canada, les réfugiés n'étaient pas au bout de leurs peines, souligne Mouna Diab. Bénévole pour la Croix-Rouge, elle a eu l'occasion de prêter assistance à plusieurs réfugiés à leur arrivée au Canada. «J'ai vu une femme avec ses enfants qui, une fois arrivée, voulait parler avec son mari resté au Liban. Je lui ai donné une carte d'appel. Quand elle a téléphoné, elle a appris que sa maison avait été bombardée et que son mari, son frère et ses voisins avaient péri.»
Et cette guerre éclair, dont 90 % des victimes ont été des civils, n'a pas eu pour effet de détruire le Hezbollah, loin de là. «Ils [les Israéliens] n'ont pas compris que le Hezbollah, ce n'est pas une seule personne, explique la jeune femme. Il est d'ailleurs difficile de s'afficher autrement quand tu te fais attaquer et que les seuls qui te défendent, ce sont des membres du Hezbollah. Alors, tu d'identifies au Hezbollah, c'est normal.»
La seule véritable conséquence du conflit, selon Haydar Moussa, aura finalement été de faire de la guerre un mal omniprésent pour les Libanais. «La guerre, c'est devenu normal pour nous. L'être humain n'a plus de valeur. On continue à vivre, mais ça fait mal. Plusieurs aimeraient quitter le pays s'ils le pouvaient.»


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé