Les Juifs qu'on aime

Ferrat... mais il y en a d'autres

Tribune libre

Ferrat. Un des grands. À ceux qui m'ont accusé la semaine dernière d'être antisémite, parce que j'ai parlé des "deux Juifs emmerdeurs" qui sévissaient sur le blogue de Lagacé, je n'ai qu'un mot à dire. Soyez tous des Juifs comme Ferrat et il n'y aura plus d'antisémitisme.
A tous les Juifs - il y en a beaucoup - qui ne sont PAS des emmerdeurs, je veux aujourd'hui présenter ce petit texte qui me sort tout autant des tripes que mes protestations contre ceux que je n'aime pas
===================================================

The Shoah must go on ?
C’est un ami juif qui m’a trouvé ce titre. Un de mes amis qui fait dans le show business et qui incidemment est juif – même s’il est juif comme je suis chrétien, ce qui veut dire qu’il porte l’étiquette du produit, mais sans suivre les instructions - m’a sorti ce jeu de mot tout à fait spontanément, pendant qu’on parlait de Palestine. Cachère ou pas cachère ? Allez donc savoir….!
Comment dit-on aux Juifs qu’on les aime ? Qu’on ne les aime pas toujours, mais qu’on les aime parfois, comme les autres ? Comme Jean Ferrat aime parfois la marine, quand c’est Potemkine qui est en vedette ? J’ai souvent peine à dire à certains Juifs que je les aime, parce qu’il est si difficile de leur dire quoi que ce soit sans leur faire de la peine.
On lui dit qu’il est intelligent, il entend roublard ; on lui dit qu’il est gentil (sans jeu de mot, cette fois), il entend simplet. On lui donne raison ? C’est un piège… Je comprends qu’à être flagellé longtemps on a la peau qui devient sensible, mais comment s’y prend-on pour embrasser un écorché vif ? Problème pratique, car j’ai des Juifs à embrasser.
8 500 Juifs ont été déportés de Gaza. On l'oublie trop souvent. Une goutte d’eau dans la Shoah, mais ces gens, depuis des décennies, s’étaient bâti non seulement une maison, mais un espoir. Une vie. Ce n’est pas rien. Le départ de Gaza n’est pas un sacrifice banal. Pour montrer l’échelle, la Déportation des Acadiens, qui a marqué de façon indélébile, depuis des siècles, les relations entre anglos et francos au Canada, a touché 7 000 personnes. !
Le départ de Gaza n’a pas été un sacrifice banal. Au nom de la paix et de la justice, j’apprécie ce sacrifice. Le départ des Juifs de Gaza a été un beau geste et le résultat sera positif. Tout le monde y gagnera… Tout le monde, sauf, bien sûr, les 8 500 déportés de Gaza.
Parce que j’aime bien les Juifs – pas toujours, mais souvent – je pense à ceux de Gaza. Comme je pense à ceux de Bagdad ou de New Orleans, mais avec une dimension de plus. Une dimension de constance dans le malheur. Faut-il vraiment que la judéité ne survive que de sacrifices en sacrifices ? Quand je demande de façon rhétorique si la Shoah doit continuer, je ne fais évidemment pas allusion à l’extermination ; je pense à la souffrance. J’ai l’impression troublante que le monde n’applaudit les Juifs que quand ils souffrent. Comme si c’était le seul rôle dans lequel ils soient exceptionnels.
Les tragédies grecques sont des escarmouches avec le destin ; elles ont un commencement et une fin, puis, comme le disait Melina Mercouri, « dimanche, tout le monde part pour la plage ». La tragédie juive a un air de permanence. 40 ans dans le Sinaï pour entrer, des générations à Babylone, 2 000 ans pour revenir … C’est une tragédie qui a un air de projet à long terme. Quand votre Dieu en personne vous interpelle, pour vous dire, d’abord qu’il vous a choisi et, tout de suite après, qu’il va vous « éprouver impitoyablement dans le creuset », est-ce qu’on peut se préparer à une partie de plaisir ?
Le creuset, c’est de l’or et c’est du feu. L’or est bien là. Il est absolument indéniable, m[eme pour leurs pires détracteurs que, compte tenu de leur nombre, les Juifs ont contribué beaucoup plus que quelque autre groupe à l’évolution de l’humanité. Le feu aussi, toutefois, car le plaisir n’a pas été souvent de la partie. Bénédiction ou malédiction, la promesse été tenue. Est-ce que les Juifs – ceux qui y croient – peuvent et veulent poursuivre un destin qui soit axé sur autre chose que le malheur ? DEVRAIENT-ils le faire ? Sarah Bernhardt – qui était aussi de la famille - aurait-elle dû laisser la tragédie pour jouer Bécassine et faire les Boulevards ?
Je n’ai pas de réponse à cette question. Une question qu’on ne me pose pas, puisqu’à moi l’on n’a rien promis…. Je n’ai pas de réponse. Je veux seulement exprimer ma sympathie envers ceux qui ont été les victimes expiatoires du sacrifice de Gaza. Je souhaiterais sincèrement que de temps en temps, ne serait-ce qu’en rappel, on leur laisse ajouter quelque chose de plus gai à leur répertoire.
Comme on le fait aux grands acteurs qui nous touchent vraiment, je veux souffler un baiser de loin à ces milliers de Juifs qu’on vient encore d’écorcher. Leur envoyer cette accolade, de loin pour ne pas leur faire mal, et leur dire que je les aime bien, même pendant les entractes.
Pierre JC Allard

Featured fc507bf9d929a453f35352214cb63c0b

Pierre JC Allard18 articles

  • 16 594

[Avocat (1957), économiste (1965)->http://nouvellesociete.wordpress.com/auteur/]. Premier directeur général de la Main-d’oeuvre au gouvernement du Québec, directeur général de l’Institut de Recherches et de Normalisation Économique et Scientifique (IRNES) et vice-président adjoint (Finance/Administration) du Groupe SNC.





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2010

    @ Jacques Noel
    Vous avez en partie raison. Il y a des Juifs au Québec qui ont choisi la culture québécoise comme "culture-marraine" (leur culture mère demeurant toujours, par définition, leur culture juive). Il y en a - j'en connais - mais je n'en connais pas qui soient connus. Pourquoi ?
    La raison m'en semble que ceux qui ont percé et se sont imposés sont issus du groupe qui s'est astucieusement collé à la culture dominante du lieu, laquelle ici est la culture Américaine avec quelques enjolivures "Canadian". Peu d'étrangers en France vont s'assimiler à la culture corse ou bretonne, même s'ils s'installent à Calvi ou Brest. Ici le Juif, qui est déjà souvent ostracisé, ne va pas se compliquer la vie en devenant un perdant dans le groupe des perdants.
    Je n'en demande pas tant. Je demande seulement que les '"Juifs emmerdeurs" ne viennent pas faire les marioles à McGill ou Concordia en méprisant les Québécois. Je suis heureux de dire que, depuis la publication de cet article, il n'y a pas eu récidive dans les blogues de Cyberpresse.
    PJCA

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2010

    @ GB Tremblay
    Désolé. j'y ai mis le temps...
    Vos prémisses ne sont pas les miennes. "Pour être juif, chrétien ou musulman, il faut impérativement croire en Dieu"... Est Juif, en ce monde, à toutes fins pratiques, celui qui est perçu comme Juif. On a massacré, durant la shoah un nombre considérable de gens qui ne pratiquaient aucune religion.
    Ensuite, il n'y a pas 2% de Juifs sur cette planète, mais environ 0,3%, c'est a dire 6 fois moins... il faut donc revoir vos proportions... Le quantitatif, de toute façon, est bien réducteur. Quand vous avec Einstein, Marx, Freud dans une classe au XXe siecle, il est un peu probant de leur comparer les Serbes, même si j'aime bien Tesla... ou les Australiens.
    Evidemment, le déni est toujours possible, mais il est parfois peu crédible.
    PJCA

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2010

    @ Sarah Truth:
    Je ne suis pas antisémite. Je considère cependant la création d'Israel comme une erreur et la suite des événements comme un tragédie. Je crois aussi que l'action d'israel en Palestine est une abomination et que les gouvernants d'Israel devraient être condamnés pour tentative de génocide et crimes de guerres.
    Cela dit, la déportation des colons juifs de Gaza n'en a pas moins été un drame et si, comme la suite des événements semble pouvoir le laisser penser, le gouvernement d'israel ne les a sortis de là que pour pouvoir massacrer plus commodément la population locale, on ajoute a l'ignominie de ce gouvernement, mais ce ne change pas un iota à mon texte: Le juif, même par l'oeuvre des siens, est souvent la victime expiatoire.
    Concernant les Musulmans, je n'en ai pas dit de mal. J'ai vécu des mois et des années en pays musulman, sans problèmes et j'ai de nombreux articles où je dénonce les agressions occidentales en pays musulman. Je dis qu'il est impossible d'être un Musulman pratiquant et d'adhérer sans réserves aux lois, à l'éthique et à la culture d'un pays occidental. Nous ne devrions donc pas accepter d'immigrants musulmans. Pas plus que l'on n'accepte qu'un Chrétien pratiquant s'installe à La Mecque.
    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/167-dessine-moi-un-monstre…/
    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/12/14/pas-d’autres-musulmans-en-occident/
    Pierre JC Allard

  • Archives de Vigile Répondre

    30 mars 2010

    Oui pauvres colons israeliens à Gaza qui viennent pour la plupart d'Europe de l'Est et recoivent des subventions pour mettre les palestiniens hors de la terre de leurs ancêtres. Il est vrai que 8000 "colons deportés" ca fait ben de la peine mais tout Gaza dans une situation humanitaire qui n'a rien d'humain, des milliers de morts dont des centaines d'enfants et des milliers de blessés qui ne peuvent même pas recevoir les soins necessaires car Israel a bombardé leur hopital déjà precaire et leurs ambulances... Ca c'est ben correct ! Ah oui j'oubliais, pauvres colons israel payés pour genocider un peuple et qui ont du demenager... Ben triste !
    Car Judaisme et Sionisme sont 2 choses differentes. M. Norman Finkelstein, fils de victimes des Nazis et vrai juif croyant non pas colon israelien condamne l'Etat d'Israel et ses horreurs, et est détraqué par des sionistes aveuglés par leur fanatisme...
    Mais je vous comprend M.Allard, risque de poursuites pour antisemitisme oblige. Vous êtes chanceux, les musulmans eux sont bonnes poires. Vous pouvez écrire qu'on devrait cesser de les laisser entrer car un vrai musulman est incompatible avec notre société sans poursuites. L'islamophobie pure ne coute pas cher alors que la simple critique d'un juif ou 2 peut vous couter tres cher...

  • Archives de Vigile Répondre

    19 mars 2010

    Woody Allen, Barbra Streisand, Bob Dylan; plus yankees tu meurs.
    Michel Drucker, Claude Lelouch, Simone Veil; plus cocoricos tu meurs.
    Margaret Atwood, Judy Rebick, Herb Gray; plus canucks tu meurs.
    Robert Libman, Howard Galganov, Mordecai Richler. Oups
    Nommez-moi un juif québécois? Pas un juif vivant au Québec. Un juif québécois comme Allen est américain, Ducker français et Atwood canadian.

  • Archives de Vigile Répondre

    19 mars 2010

    Yves Duteil, chantre de la langue française, n'est-il pas le petit-neveu d'Alfred Dreyfus ?
    Parent de loin, mais parent quand même. On en fait état dans sa biographie.
    Éric Zemmour n'est-il pas juif aussi ? Connaissez-vous un journaliste français qui aime autant la France ?
    Et il y en a bien d'autres qu'on aime et dont j'oublie les noms ce matin.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 mars 2010

    Vous pourriez ajouter le juif Michel Drucker qui a fait plus pour les chanteurs québécois en France que tous les voyages de nos ministres de la Culture en France et tous nos délégués à Paris, exposant 10

  • Archives de Vigile Répondre

    18 mars 2010

    "Il est absolument indéniable, m[eme pour leurs pires détracteurs que, compte tenu de leur nombre, les Juifs ont contribué beaucoup plus que quelque autre groupe à l’évolution de l’humanité."(Pierre JC Allard
    )

    Une simple affirmation n'a rien d'indéniable. Ce qui est indéniable c'est qu'il vous manque l'argument pour l'affirmer.
    Un argument de ma part :
    1- Pour être juif, chrétien ou musulman, il faut impérativement croire en Dieu. Impossible d'être juif si on ne crois pas en Dieu. Il n'y a non-plus d'ethnicité juive, ni culturelle et surtout pas génétique. Il y a des juifs de toutes nationalités, toutes ethnicités, cultures, langues, etc... Il y a même des juifs de toutes races (blanche, noir, jaune, rouge, olive, etc..). Il en va de même pour les chrétiens et musulmans.
    2- Quels critères pour évaluer la contribution à l'évolution humaine ? Nous sommes devant un jugement essentiellement de nature culturelle et qui aura une réponse bien différente du point de vue des sociétés à travers le monde.
    3- Si nous-nous basons sur la culture générale occidentale, nous pouvons prendre, pour l'exercise, le prix Nobel comme récompense d'une contribution. Or, sur 50 gagnants du prix Nobel qui déclarent croire en Dieu, 8 sont juifs et tous les autres sont chrétiens (42). Rien d'étonnant ! Ce ne réduit en rien la contribution des boudhistes (Chine) ou hindouistes (Indes) à l'évolution humaine.
    Combien de ces gens dans le monde qu'on dit juifs (2%) et chrétiens (33%) le sont vraiment ? Combien croient en Dieu ?
    Voilà un facteur dont il faut tenir compte sérieusement si nous voulons un portrait réel. La pluspart des gens sont simplement "étiquetés", arbitrairement et pour des raisons politiques, d'une confession religieuse ou une autre. Beaucoup qui sont étiquetés en tant que juifs affirment eux-mêmes ne pas l'être, ce qui pose problème à l'expression "Les juifs qu'on aime" car ils refusent d'en être étiquetés et alors les institutions juives les étiquètent alors de "self hating jews" (juifs qui s'haïssent). Je ne considère pas ce genre de comportement comme étant une contribution positive à l'évolution de l'humanité.